Au Bundestag, les Ukrainiens dénoncent les violations des droits de l’homme dans leur pays

Loin des gesticules stériles, un point sur cette  pièce du glacis atlantiste contre la Russie (fût-elle celle de Poutine), bien loin des prétentions démocratiques des  eurolâtres de tout poil..

Les représentants de l’Ukraine ont révélé la vérité sur le gouvernement de Kiev lors d’une audience publique tenue au parlement allemand. La réunion sur l’état de la liberté d’expression et des droits de l’homme en Ukraine s’est déroulée hier, le 11 juin, avec la participation des hommes politiques allemands, des défenseurs des droits de l’homme, des personnalités publiques et politiques de l’Ukraine, ainsi que des journalistes.

Lire la suite de l’article sur 

en cliquant sur le logo

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Privé-public tous ensemble !

Merci à Reynald por ces quelques images de la mobilisation du 22 mai, qui a réuni 650 personnes à Troyes conscientes que, “quand tout sera privé, on sera privé de tout! ” 

 

22 mai 2018

Un appel (enfin !) UNITAIRE pour le 26 mai !

Pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité,
Marée populaire le samedi 26 mai

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes- hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international. La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations… Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action. Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours ? Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu.

Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager. Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.

Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales,

syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen. Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.

 

Le 5 mai, plus de cinquante Aubois-e-s à Paris !

… dont l’Aube insoumise ! Mais pas que… Travaillons à l’amplification du comité aubois de la Fête à Macron

En vidéo

 

En photos

…our se souvenir d’un beau moment, et se donner l’envie de faire encore mieux le 26…

La fête à Macron… (on rajoute au fur et à mesure de vos envois !)

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Faisons la fête à Macron : au départ de l’Aube…

On organise un car pour participer à la manifestation du 5 mai.

Clic pour voir le plan

 Départ de Troyes à 9 heures sur le Parc des Expositions : on a avancé l’horaire d’une heure pour pouvoir participer au pique-niue animations au Louvre ! 

RENDEZ-VOUS À 8 H 30 : SOYEZ À L’HEURE !

 

 

Clic pour voir le plan

Un arrêt à Romilly à 9 h 40

devant la bibiliothèque François Mitterand.

 

 

Co-voiturage à Bar sur Aube : rendez-vous 8h 00 place du Jard

Retour : on partira de Paris vers 18 h 30(Arrivée prévue à Troyes : 21 h30)

 

Prix par personne : 15

(Si c’est trop pour vous, vous pouvez ne payer que 10 €. Si c’est encore trop, envoyez-nous un petit mail, on va trouver une solution)…

De toute façon, on y va tous-tes !

(Si vous voulez et pouvez, tarif de solidarité de 20 € pour permettre à toutes et tous de participer !)

Le règlement se fait par chèque à l’ordre de l’AFPG. (Les lois de contrôle devenant de plus en plus strictes, on ne pourra accepter que des paiements par chèque : si vous ne pouvez pas, rapprochez vous d’un autre participant qui pourra faire un chèque pour plusieurs. Merci…)

Pensez à emmener votre pique-nique !

On n’est pas des champions de l’informatique … Alors si vous venez à plusieurs, remplissez un formulaire par personne… Merci !

LE CAR EST COMPLET !

 

Si vous souhaitez un renseignement  : aube.lafetamacron@gmail.com

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Notre Dame des Landes : Appel à rassemblements et actions de protestation.

Pour cette action, un covoiturage est organisé. Contacter le 06 31 54 52 36‬

La zad résiste toujours alors qu’elle est cet après-midi encore attaquée sur plusieurs points, avec plusieurs nouvelles destructions de maisons. Les expulsions ont repris en plein pique-nique avec des centaines de personnes de tous âges. Les attaques de la police ont fait de nombreux blessés. Appel à rassemblements et actions de protestation partout ce soir et grands rendez-vous ce week-end à Nantes et sur la zad :  samedi 14 – manifestation contre les expulsions de la zad à Nantes – rendez-vous 16h30 place du cirque  dimanche 15 – convergence sur la zad le dimanche pour répondre sur le terrain à l’opération d’expulsion – plus d’infos à venir prochainement. //// pour rappel sur les derniers faits d’hier mercredi après-midi : Alors qu’un pique-nique rassemblait ce midi des centaines de personnes venus de toutes la région sur le “camp des cheveux blancs”, les gendarmes ont violemment gazé et envoyé des grenades sur la foule joyeuse et multi-générationnelle réunie sous le soleil au son de la musique. De nombreux blessés sont à compter sur des personnes de tous âges. Simultanément, ils sont en train de se déployer en nombre impressionant et d’attaquer deux nouvelles zones : d’une part autour du lieu d’habitation “la Grée”, maison historique de la zad, et d’autre part aux alentours du carrefour de la Saulce, entouré de nombreux habitats.

L’écrasement d’une utopie en marche !

Ci-dessous quelques éléments de réflexion sur l’inadmissible réponse policière au questionnement sociétal que représente la ZAD de NDDL, et dont l’avenir était l’objet de négociations… un mot qui ne fait pas partie de la novlangue macronnienne….

Rassemblement en soutien devant la préfecture de Troyes, lundi 9 avril

Ce n’était même pas l’heure du laitier quand les 2 500 gendarmes ont débuté leur investissement de la Zone A Défendre (ZAD*) de Notre Dame Des Landes (NDDL) en Loire-Atlantique. L’Objectif : “déloger les Zadistes” (occupants) installés sur les terres détenues par Aéroport du Grand-Ouest (AGO) filiale de Vinci et le Département. Terres aujourd’hui revendiquées par ceux qui les ont concédés facilement lorsque le projet de construction d’un aéroport a été réactivé par Jean Claude Gayssot, Ministre communiste de l’équipement, des transports et du logement du Gouvernement de Lionel Jospin, en 2000, comme expliqué dans l’article du Figaro lisible en cliquant sur la photo extraite de l’article de ce journal.

Le 17 janvier dernier, dans son annonce d’abandon du projet, le Premier Ministre d’Emmanuel Macron, Edouard Philippe, n’a pas hésité à amener une pression inutile en appelant les “squatteurs” dans la “zone de non-droit” de la ZAD à quitter les lieux d’eux-mêmes avant le printemps, comme mentionné dans cet article du Monde.

Cliquez sur l’image pour en savoir plus

Nous connaissons ce Gouvernement pour sa capacité de négocier ses décisions prises. Aucune voix dissonante ne doit entraver les attentions du Président des riches. Se montrer opposants du “Monarque” expose à son courroux. Le 22 février, les résistants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure en ont fait les frais en subissant l’intervention musclée de la gendarmerie tôt le matin, aussi (Cliquez sur l’image pour en savoir plus). Il est vrai que le Secrétaire d’Etat à la transition écologique, Sébastien Lecornu, devait se rendre dans la Meuse, le lendemain.

L’ex-socialiste Gérard Collomb, aujourd’hui Ministre de l’Intérieur, ne semble plus trop savoir ce qu’est la persécution. Son père, syndicaliste de la métallurgie, a dû le protéger des turbulences des oppressions.

La “méthode Gérard Collomb” est de “discréditer les opposants” pour employer la force. Il est vrai que des résistants mettent aussi des bâtons dans les roues aux 4 projets (La liaison Autoroutière Lyon-Clermont-Ferrand, le village Center-Parcs à Roybon, la Prison de St Bonnet sous les Oules et la Ligne Grande Vitesse Lyon-Turin avec son tunnel sous les Alpes) du Grand-Lyon qu’il a présidé durant 16 belles années. Combien les promoteurs risquent de perdre dans ces abandons de Grands Projets Imposés et Inutiles (GPII) ?

Les “Zadistes” sont loin d’être des fanatiques souvent décrits comme violents, irresponsables et irrespectueux des biens d’autrui tout comme des règles communes. S’ils sont “dérangeants” ils sont souvent décrits comme des dangers pour que les gens s’en méfient, les repoussent, les condamnent avant . . . de les rejeter l’amalgame de l’incompréhension.

Il faut que des “courageux” osent les décrire  dans leurs diversités et leurs volontés de construire un autre monde que celui que le néolibéralisme égare dans l’obscur trou de l’asservissement.

Libres ! Ils le restent.

*ZAD : administrativement “Zone d’Aménagement Différé”

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Faisons souffler un vent d’insoumission, stoppons Macron !

Texte adopté à l’unanimité de l’assemblée représentative du samedi 7 avril

Nous, membres de la première assemblée représentative de la France insoumise, apportons notre plein soutien à la grève des cheminots et des cheminots contre la réforme du gouvernement. La bataille du rail est une bataille d’intérêt général, écologique et sociale. Nous nous y engageons avec force.

Au cours des semaines qui viennent, nous mèneront cet engagement, notamment en amplifiant les collectes de solidarité avec les grévistes et en organisant des actions d’unité entre les usagers et les salariés.

Nous soutenons l’organisation de marches et initiatives locales le 14 avril en respectant leur nature

– avec les organisations syndicales, associatives et politiques, comme d’ores et déjà initiées à Marseille ;

– avec les étudiant-e-s à Montpellier ;

– sous d’autres formes à Nantes et à Lille.

Elles doivent permettre que se fédèrent dans l’action les cheminots, les étudiants, les lycéens, les retraités, les chômeurs, les salariés du public comme du privé et tous les citoyennes et citoyens.

Nous soutenons fortement la journée de grève interprofessionnelle du 19 avril et nous serons présents au défilé annuel des organisations syndicales du 1er mai.

Enfin, nous répondons favorablement à l’appel lancé le 4 avril à la Bourse du travail en faveur d’une marche nationale à Paris le samedi 5 mai pour stopper Macron. Nous invitons l’ensemble des insoumises et des insoumis à s’impliquer notamment dans les comités d’action pour la préparer.