De Jospin à Macron, la pente descendante vers la médiocrité politique !

macrontrump

Souvenons-nous de Jospin qui déclarait en septembre 1999 sur TF1 « il ne faut pas tout attendre de l’État », Sarkozy qui prétendait « tout régler du haut de l’État », Hollande qui dans son programme annonçait « Réguler, contrôler, sanctionner » et enfin, Macron qui, sous couvert de modernité (tu parles !) déclare tout énervé en évoquant le cas GM&S, «bien connu dans la région», qu’on ne pouvait pas prétendre «protéger tous les emplois», y compris ceux qui n’ont «plus de destin économique». Ce serait, dit-il, «une mauvaise politique».

C’était il y a 2 jours en Corrèze, le mercredi 4 octobre 2017, lors de son déplacement qui portait sur la formation professionnelle et l’apprentissage. Juste avant sa déclaration il avait déclaré en off (capté par les caméras de BFMTV) «Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne pourraient avoir des postes là-bas […] parce qu’il y en a qui ont des qualifications pour le faire». C’était à propos des salariés de GM&S à La Souterraine qui étaient venus en car avec des élus en demandant à le rencontrer.

Pour toute réponse ils ont été accueillis par les lacrymos des CRS et le mépris de classe du Président. Il est bien en Marche, dans les pas de ses prédécesseurs, vers la médiocrité croissante en politique où le «destin» du Monde n’est «qu’économique».

S’il veut le bordel, il ne s’y prendrait pas mieux ! Reste plus qu’à tous les faignants à se réveiller !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *