AFPA de Romilly : ce n’est malheureusement pas une surprise !

La presse locale titrait ces derniers jours sur la suppression d’une vingtaine de postes au centre AFPA de Romilly, et la suppression de la filière du bâtiment.

L’explication donnée, c’est les difficultés financières de l’organisme, qui, dans un marché devenu plus concurrentiel, a perdu beaucoup de parts de marchés, en particulier vis-à-vis des conseils régionaux, qui ont pris une place beaucoup plus grande en ce domaine ces dernières années.

Mais cela, c’est encore une logique de coûts, et c’est cela que nous refusons : l’AFPA est un service public dont le souci est d’assurer à tous, quel que soit leur lieu d’habitation, un accès égal à la qualification professionnelle.

Et avoir laissé se dégrader la situation, au mépris des demandes des organisations syndicales, n’est qu’une privatisation de plus, fut-elle déguisée.

Dès le mois de. mars, Alexis Corbière, député de la France Insoumise, posait une question écrite sur “le rôle de l’AFPA dans la formation professionnelle des demandeurs d’emploi ” :

Le député Alexis Corbière appelle l’attention de Madame la Ministre du Travail sur la situation financière alarmante et l’absence de direction stratégique de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa).

Créée en 1949, cet organisme est historiquement le bras armé de l’État pour la qualification et la requalification des demandeurs d’emploi. A l’origine une association, l’Afpa a été transformée en Établissement public à caractère industriel et commercial en 2017.

Aujourd’hui, l’Afpa produit un déficit structurel de soixante-dix millions d’euros par an et a déjà frôlé la cessation de paiement. C’est la conséquence du transfert aux régions de la compétence de l’État sur la formation professionnelle et l’ouverture de ce marché à une concurrence sauvage, via appels d’offres.

Quinze années de réformes libérales de la formation professionnelle n’ont pas permis d’améliorer le service rendu. La réforme de la formation professionnelle présentée le 5 mars 2018 semble oublier la formation des demandeurs d’emploi, en ne se concentrant que sur les salariés. Le Grand Plan d’Investissement pour une société de compétences (PIC), annoncé par Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle, n’a pas été précisé depuis. Mais il est certain que pour améliorer la formation professionnelle des chômeurs, le gouvernement aura besoin de s’appuyer sur un outil fort : ce qu’est incontestablement l’Afpa, avec dans les années 2000 un taux de qualification complète de 80% à l’issue de la formation et un taux de retour à l’emploi six mois après la sortie de la formation de 70%, pour les demandeurs d’emploi.

Le député demande à la Ministre du Travail de dévoiler ses intentions concernant l’avenir de l’Afpa. Il demande en outre que soient rapidement annoncées les mesures de réforme de la formation professionnelle concernant les demandeurs d’emplois et le contenu du PIC.

L’Aube Insoumise affirme sa totale solidarité avec la revendication des organisations syndicales de l’AFPA qui déclarent que “la développer est un devoir d’état”.
Ci-dessous le communiqué intersyndical (vous pouvez le télécharger en cliquant sur l’image !)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *