Réponse de l’Aube insoumise à l’appel du PCF “au rassemblement”

Ci-dessous la position de l’Aube insoumise, suite aux assemblées de circonscription, quant à l’appel lancé par la fédération départementale du PCF.

Nous répondons donc à l’appel que la fédération départementale du PCF de l’Aube nous a fait parvenir sous forme de lettre ouverte. Nous verserons cette réponse au débat public.

Nous répondons, vous le constaterez, au plus vite, après avoir pris le temps nécessaire pour que nos assemblées de circonscription puissent s’emparer de la question qui nous était posée. La dernière s’est tenue hier.

Dans le département comme sur tout le territoire, les citoyens qui ont soutenu dès le début l’action de la France insoumise l’ont fait dans l’idée que l’élection présidentielle et les élections législatives s’organiseraient en continuité autour d’un principe fédérateur, l’implication citoyenne, et d’une plate-forme programmatique, L’Avenir en commun. Jean-Luc Mélenchon en a été le brillant porte-parole, il nous appartient maintenant de relever le gant, avec l’humilité des militants de terrain, au niveau départemental.

Le vœu partagé de nos trois assemblées de circonscription est donc qu’il y ait, dans chacune d’entre elles, un candidat porteur de cette dynamique à laquelle il a manqué bien peu de choses pour qu’elle soit un succès qui change le cours des choses à l’élection présidentielle.
L’heure n’est pas au regret, mais avec un peu plus d’implication et d’initiatives partagées, et sans candidature de témoignage, nous n’en serions pas là aujourd’hui…

Aussi y aura-t-il dans chaque circonscription auboise un(e) candidat(e), investi(e) par la France insoumise, pour porter le projet sur lequel se sont prononcés 22 496 Aubois. Leur proposer un autre mot d’ordre, un socle limité à des propositions communes, en bref confisquer leur vote au profit de négociations d’appareil, est une démarche qui ne peut nous convenir, et dont nous sommes maintenant (après les consultations au cours de nos trois assemblées de circonscription) certains qu’elle ne leur conviendrait pas.

Il est évident que la multiplication des candidats risque d’entraîner l’élimination des propositions progressistes et écologiques au 2ème tour. Le score de JLM dans le département légitime nos candidatures, et tous doivent bien avoir conscience de la responsabilité qu’ils prennent en lançant des appels qui risqueraient encore une fois de nous écarter du vote final. C’est là quelque chose dont on peut féliciter les communistes de Marseille, qui ont décidé de retirer leurs candidats face à la France insoumise. De la même manière, nous disons bravo aux militants encartés, dont de nombreux communistes, qui ont eux aussi accepté de signer la charte afin de mener une campagne commune pour promouvoir L’avenir en commun.
Vous pointez, à juste titre, le danger que représente le score du Front National dans notre département. Le constat est juste, mais employer les mêmes remèdes qui, depuis quinze ans, au lieu de soigner le mal, le font empirer, n’est plus, ni acceptable, ni légitime. Ce n’est pas dans la précipitation d’un accord électoral, en quelques jours, alors qu’aucune initiative commune n’a pu être construite durant les six mois de la campagne présidentielle, que l’on construira de manière pérenne et efficace la mobilisation citoyenne dont nous avons besoin pour faire face au péril de l’extrême-droite.

L’Aube insoumise est une première mise en œuvre de ce rassemblement citoyen nécessaire, ouvert à toutes et tous, dans le respect total de leurs appartenances ou non-appartenances partidaires. Nous sommes pour notre part prêts à participer à toute initiative en ce sens et nous ferons au plus vite des propositions pour faire avancer cette mobilisation indispensable contre les politiques que va poursuivre et amplifier le nouveau Président. C’est là la seule manière, nous en sommes convaincus, que nous pourrons soigner le mal et se débarrasser du FN.

Nos six candidat(e)s se présenteront donc dans les trois circonscriptions de l’Aube dans un souci de cohérence et d’ouverture aux autres forces qui se réclament d’un pays de progrès, de justice et d’écologie. Comme tous leurs concitoyens, les militants, sympathisants et électeurs communistes, mais aussi socialistes et écologistes, qui ont conscience de l’instant qui se joue, y ont bien entendu toute leur place.

Si les divergences d’approche en termes de stratégie et de programme empêchent ce rassemblement, nous nous présenterons donc de manière séparée… Que ce soit alors l’occasion de proposer aux électeurs du département un débat approfondi, première étape du dépassement qui nous permettra de continuer ensemble à lutter pour une société plus juste.

Dans l’attente que nous nous retrouvions ensemble, nous vous souhaitons, chers camarades, une belle campagne au service d’un camp du progrès dont le succès est notre ambition commune.

Fraternellement

Pour les groupes d’appui de l’Aube insoumise,
Pour les candidat(e)s de la France insoumise aux élections législatives

Michel Bach

Pour votre info, télécharger l’appel du PCF

Pour diffuser notre position, télécharger notre réponse

11 mai : invitation à la réunion de la circo 3

Après les présidentielles, place à la législative…..

Nous proposons aux insoumis aubois habitant dans la 3ème circonscription de nous réunir le

Jeudi 11 mai à 18h30
Salle Bodier
Square du souvenir
La Chapelle saint Luc

Le menu est copieux, il faut amplifier encore la dynamique créée le 23 avril dernier!
Au boulot, tout le monde sur le pont.

A jeudi

Yves Bouteiller et Janny Borca

Candidats sur la circo 3

Législatives : quelle est ma circonscription ?

Si je n’habite pas à Troyes

Clic pour connaitre les communes de la première circonscription (hors Troyes)
Clic pour connaitre les communes de la deuxième circonscription (hors Troyes)
Clic pour connaitre les communes de la troiième circonscription (hors Troyes)

 

 

 

 

 

 

 

 

Si j’habite à Troyes

Clic pour connaitre votre circonscription grâce à votre bureau de vote

Circo 3 : première réunion de campagne…

La première réunion de préparation pour les législatives de juin 2017 s’est tenue hier à Romilly. 8 personnes présentes, 3 excusées et 5 qui ne sont pas venues…

​Nous avons fait le point quant aux résultats nationaux du 23 avril, et décliné sur la circonscription qui nous intéresse. Les différents enjeux ont été identifiés, et la nécessité de mener une campagne dense, et dynamique, actée.
​Après un échange entre les participants, il a été décidé de favoriser le travail sur les agglomérations et le canton de Romilly qui est un grand pourvoyeur de suffrages(21.50% le 23 avril, contre 16.61% sur la circonscription, avec un taux de participation inférieur de 5 points à la moyenne départementale, soit 600 électeurs potentiels).
​Ces villes et gros villages représentent 65% de la circonscription et sont concentrés dans l’agglomération et autour de Romilly et Nogent. Compte tenu de nos forces et du court délai de la campagne, nous serons ainsi plus efficaces.
​Après un décompte par secteur, nous pensons être en capacité de distribuer 20 000 tracts nationaux, autant départementaux, et un tract local, là où le besoin s’en fera sentir.

De plus, outre le bandeau national, 1000 affiches spécifiques pour la 3ème seront éditées.
​Ce dispositif complètera le matériel officiel mise à disposition par le national.
Il a été rappelé, que le travail sur les réseaux sociaux et sur internet sera lui aussi entrepris, nous avons à faire connaître nos comptes mail, Facebook et twitter, par l’intermédiaire de nos diffusions.

​La bataille financière a elle aussi été évoquée par Mélanie, les dons par chèques et aussi en espèces seront libellés à l’ordre de AFCE BB10, et ouvriront le droit à une réduction d’impôts de 66%.

​Notre présence sur les marchés avec les différents matériels est elle aussi actée. Nous organiserons des réunions pendant la campagne.

Il a été décidé de se rencontrer, à Troyes et à Romilly, toutes les semaines pour faire le point sur le travail engagé.

Fin de la réunion autour du cake confectionné par Nadia à 21h.

Les Aubois(e)s, merci !

12000 à 22000 voix, 10000 de plus dans le département … Merci !

Grâce à nous, nous sommes la première force de gauche dans ce pays, et dans ce département …

C’est dire l’enjeu… Continuons…

Nous poserons les premières pierres lors de la coordination départementale de mercredi. Venez et faites venir !

(Comme nous sommes partageux, je signale que j’ai piqué l’idée de ce post à Yves Bouteiller, candidat aux législatives dans la troisième circonscription !)

Distribution à Romilly

Une petite photo de l’après distribution, direction l’apéro ! … Eh les gens, gardez de la joie pour le 23 avril … Grâce à vous, on y croit !

 

18 mars : nos candidat(e)s aux législatives y étaient !

 

Julie Lapeyre, candidate dans la première circo

“Cette marche pour la 6° République a été une réussite. Plus de 130 000 personnes ont bravé le vent et le mauvais temps pour réclamer la fin d’un régime taillé sur mesure par de Gaulle et pour de Gaulle, pour réclamer la fin d’un régime usé et pourri jusqu’à la moelle. Je suis fière et honorée d’avoir pu participer à cette marche et n’hésiterai nullement à recommencer à la prochaine occasion !”

 

 

 

Yves Bouteiller, candidat dans la troisième circo

“Quel monde! quelle énergie! quelle jeunesse! Comme ils ont eu tort les absents. Comme ils étaient heureux ceux qui, samedi, marchaient ensemble pour une 6ème république.
Ensemble, sans se connaître, partageant l’espoir d’un lendemain meilleur, d’une justice sociale affirmée, d’une planète sauvegardée, d’une liberté retrouvée.
Tout cela en un seul après-midi… Et ce n’est qu’un début, continuons ……”

“D’autant plus sensible au drame qu’ont été les délocalisations de l’industrie textile dans l’Aube”

Ci-dessous l’intervention de Janny Borca, lors de la présentation de sa candidature dans la troisième circonscription.

janny-borca63 ans
Retraitée du textile
Militante CGT

Vu mon activité professionnelle, je suis d’autant plus sensible au drame qu’ont été les délocalisations de l’industrie textile dans l’Aube depuis des années. C’est ainsi que de nombreuses familles se retrouvent sans emplois et dans la précarité.

Mais cette vague de désindustrialisation, malheureusement, ne s’est pas arrêtée au textile. En quelques mois, l’usine Simpa, qui faisait vivre le bassin d’emploi de Vendeuvre sur Barse, est fermée alors que le carnet de campagne est plein, pour se transporter en Roumanie… Et c’est le  même drame qui vise maintenant l’usine Allia à La Villeneuve aux Chênes, car le trust suisse qui s’en est emparé veut exporter la production au Portugal, où la main d’oeuvre est moins chère. C’est le scandale du dumping social à l’intérieur des frontières européennes.

On se rappelle que la campagne présidentielle de 2012 s’était déroulée en même temps que le conflit des Sodimedical. Qu’est-il advenu des belles promesses ? Rien, et les anciennes ouvrières de l’entreprise, qui se sont battu héroïquement pour défendre l’outil industriel aubois, se sont retrouvées dans les pires difficultés, comme ça a été le cas pour celles de VSP, à qui la justice de classe a refusé un dédommagement décent…

Alors oui, dans ce contexte, poser la question de la réindustrialisation, c’est poser la question de l’avenir du département.

Dans notre programme L’Avenir en commun, cela passe par un certain nombre de mesures, dans un chapitre à juste titre intitulé «Protéger et partager» :

instaurer un protectionnisme solidaire pour produire en France
engager un plan de relance de l’activité et de l’emploi au service de la transition écologique
en injectant 100 milliards supplémentaires dans l’économie pour des investissements socialement et écologiquement utiles
en transformant les 41 milliards annuels du pacte de responsabilité et du CICE pour financer les travaux et les activités socialement et écologiquement utiles
mobiliser l’argent pour financer les petites et moyennes entreprises et la création d’emploi, par la création d’un pôle public bancaire et en accordant une licence bancaire à la Banque Populaire d’Investissement pour qu’elle puisse se financer auprès de la BCE.
protéger l’économie sociale et solidaire
empêcher les licenciements boursiers
abroger la loi Le Khomri
travailler moins pour travailler tous : 6ème semaine de congé pour tous les salariés ;
majorer les heures supp (25 % pour les quatre premières, 50 % ensuite)
revenir sur le travail du dimanche
instaurer une allocation d’études pour permettre aux jeunes d’étudier sans avoir à travailler ;
rétablir le droit à la  retraite à taux plein à 60 ans, ramener la durée de cotisation à 40 annuités.

C’est pour ça que je propose ma candidature, dans le cadre de la France insoumise, pour l’élection dans la 3ème circonscription de l’Aube.
Je porterai avec courage et détermination notre projet, pour L’avenir en commun, avec Jean-Luc Mélenchon et, localement, avec les insoumises et les insoumis pour redonner le pouvoir aux Aubois.

L’action en faveur du logement est au coeur de notre programme !

Ci-dessous l’intervention d’Yves Bouteiller, lors de la présentation de sa candidature dans la troisième circonscription.

yves-bouteiller62 ans
Commercial à la retraite
Conseiller municipal à Romilly pendant 13 ans
Président d’associations sportives et politiques

Il faut déjà souligner la nécessité que chacun dispose d’un espace protégé, le logement, qui est le point d’accès à beaucoup d’autres droits comme :

l’éducation pour les enfants ;
la santé ;
la participation à la vie citoyenne.

C’est pourquoi nous portons la proposition d’inscrire le droit au logement dans la constitution. Nous devons garantir une sécurité sociale du logement et atteindre l’objectif de zéro SDF.
Il faut détruire le mécanisme d’accumulation capitaliste par la spéculation immobilière  qui est, comme chacun le sait, la cause des crises financières aux USA et en Espagne dans les années 2007 et 2008. Nous combattons la régulation par le prix, et préférons, selon l’adage «chacun selon ses moyens, chacun selon ses besoins», une régulation fixant sur la base des revenus le montant que chacun peut consacrer à son logement.
Il n’est pas question de toucher à la loi SRU, mais au contraire de renforcer l’obligation de se soumettre à la loi en obligeant les villes récalcitrantes à accueillir des logements sociaux en quantité suffisante.

Il faut en effet cesser de regarder le logement comme une charge, mais au contraire comme  un investissement à caractère productif. D’après un rapport du FMI, 1 € investi produit 3 € d’activité et de retour pour l’Etat, sous forme d’impôt et de TVA. L’investissement locatif serait ainsi remboursé en 20 ans.

Le constat dans notre pays est accablant :

150 000 personnes vivent dans la rue, dont 30 000 enfants sans abri fixe ;
4 millions de personnes sont mal logées ;
12 millions sont menacées par un problème lié directement à leurs conditions de logement.

En même temps, a contrario, 3 millions de logements sont vacants et les allègements fiscaux ne permettent pas, on le voit bien, de régler le problème. Au contraire, ils alimentent la spéculation.

Nous engagerons donc un vaste plan pour le logement, doté d’un budget de 18 milliards d’euros sur les 100 milliards du plan de soutien national, accompagné des mesures suivantes :

interdiction des expulsions locatives sans relogement ;
construction de 200 000 logements par an pendant 5 ans ;
réhabilitation de 700 000 logements aux normes écologiques, dans le cadre de la planification écologique, pièce maîtresse de notre programme :
renforcer la détection des passoires énergétiques et mettre fin aux situations de précarité énergétique que connaissent les ménages
coordonner, former et labelliser des professionnels de la rénovation énergétique, avec obligation de résultats ;
mettre en place un guichet unique, regroupant les demandes de financement, l’évaluation des besoins, la coordination des professionnels, qui est une nécessité pour organiser la rénovation par les propriétaires particuliers ;
mise en place d’une garantie universelle des loyers, pour favoriser l’accès de tous au logement ;
lancer un plan d’éradication du logement insalubre, de renouvellement urbain et de construction de logements sociaux, en renforçant les sanctions envers les communes ayant un parc social insuffisant ;
donner la priorité au collectif sur l’individuel, et interdire la vente des logements sociaux ;
lutter contre la spéculation immobilière en imposant les transactions d’importance au moyen d’une taxe progressive ;
soutenir les projets d’habitat participatif et coopératif.

Voilà, le débat reste ouvert, cette liste de nos actions n’est pas exhaustive, mais l’action en faveur du logement est bien au coeur de notre programme L’avenir en commun.