L’action en faveur du logement est au coeur de notre programme !

Ci-dessous l’intervention d’Yves Bouteiller, lors de la présentation de sa candidature dans la troisième circonscription.

yves-bouteiller62 ans
Commercial à la retraite
Conseiller municipal à Romilly pendant 13 ans
Président d’associations sportives et politiques

Il faut déjà souligner la nécessité que chacun dispose d’un espace protégé, le logement, qui est le point d’accès à beaucoup d’autres droits comme :

l’éducation pour les enfants ;
la santé ;
la participation à la vie citoyenne.

C’est pourquoi nous portons la proposition d’inscrire le droit au logement dans la constitution. Nous devons garantir une sécurité sociale du logement et atteindre l’objectif de zéro SDF.
Il faut détruire le mécanisme d’accumulation capitaliste par la spéculation immobilière  qui est, comme chacun le sait, la cause des crises financières aux USA et en Espagne dans les années 2007 et 2008. Nous combattons la régulation par le prix, et préférons, selon l’adage «chacun selon ses moyens, chacun selon ses besoins», une régulation fixant sur la base des revenus le montant que chacun peut consacrer à son logement.
Il n’est pas question de toucher à la loi SRU, mais au contraire de renforcer l’obligation de se soumettre à la loi en obligeant les villes récalcitrantes à accueillir des logements sociaux en quantité suffisante.

Il faut en effet cesser de regarder le logement comme une charge, mais au contraire comme  un investissement à caractère productif. D’après un rapport du FMI, 1 € investi produit 3 € d’activité et de retour pour l’Etat, sous forme d’impôt et de TVA. L’investissement locatif serait ainsi remboursé en 20 ans.

Le constat dans notre pays est accablant :

150 000 personnes vivent dans la rue, dont 30 000 enfants sans abri fixe ;
4 millions de personnes sont mal logées ;
12 millions sont menacées par un problème lié directement à leurs conditions de logement.

En même temps, a contrario, 3 millions de logements sont vacants et les allègements fiscaux ne permettent pas, on le voit bien, de régler le problème. Au contraire, ils alimentent la spéculation.

Nous engagerons donc un vaste plan pour le logement, doté d’un budget de 18 milliards d’euros sur les 100 milliards du plan de soutien national, accompagné des mesures suivantes :

interdiction des expulsions locatives sans relogement ;
construction de 200 000 logements par an pendant 5 ans ;
réhabilitation de 700 000 logements aux normes écologiques, dans le cadre de la planification écologique, pièce maîtresse de notre programme :
renforcer la détection des passoires énergétiques et mettre fin aux situations de précarité énergétique que connaissent les ménages
coordonner, former et labelliser des professionnels de la rénovation énergétique, avec obligation de résultats ;
mettre en place un guichet unique, regroupant les demandes de financement, l’évaluation des besoins, la coordination des professionnels, qui est une nécessité pour organiser la rénovation par les propriétaires particuliers ;
mise en place d’une garantie universelle des loyers, pour favoriser l’accès de tous au logement ;
lancer un plan d’éradication du logement insalubre, de renouvellement urbain et de construction de logements sociaux, en renforçant les sanctions envers les communes ayant un parc social insuffisant ;
donner la priorité au collectif sur l’individuel, et interdire la vente des logements sociaux ;
lutter contre la spéculation immobilière en imposant les transactions d’importance au moyen d’une taxe progressive ;
soutenir les projets d’habitat participatif et coopératif.

Voilà, le débat reste ouvert, cette liste de nos actions n’est pas exhaustive, mais l’action en faveur du logement est bien au coeur de notre programme L’avenir en commun.

L’Etat est-il encore capable de soigner ses citoyens dans les meilleures conditions ?

Ci-dessous l’intervention d’Alexandre Faou, lors de la présentation de sa candidature dans la première circonscription.

alexandre-faou

Etudiant infirmier
Militant alternatiste
Insoumis passionné

Mon statut d’étudiant infirmier m’invite inévitablement à évoquer les problématiques de santé sur notre territoire, et à les promouvoir comme un des axes principaux de notre campagne. 
Plus qu’un point qui me tient personnellement à coeur, il s’agit là d’un enjeu primordial dans la valeur que nous donnons à notre démocratie, avec une question centrale : L’état est-il encore capable de soigner ses citoyens dans les meilleures conditions ?

Aborder tous les problèmes présents dans le milieu de la santé en les détaillant nous prendrait un temps considérable, j’aimerais donc simplement vous en citer quelques uns :

Dévalorisation des professionnels
Tarification à l’acte
Logique d’entreprise
Loi Bachelot et Touraine
Numerus clausus
Sous-effectifs
Pénurie de médecin de campagne
Manque de formations, de locaux décent, de matériel, de lits
Précarité professionnelle
Charge de travail trop importante
Problématiques familiale, de santé, Burn out et suicide des professionnels

Le système de santé publique nous a été confisqué, au travers d’une politique incohérente et détachée des réalités telles que les décrivent et les font remonter les professionnels de terrain, qui subissent chaque jour les effets de ces politiques sur leur quotidien au travail et même jusque dans leur vie privée, lentement déchirée par cette liste interminable d’erreurs et de méthodes politiciennes, qui n’ont pour seul but de faire de l’hôpital une énorme entreprise qui rapporte.
Mais cet hôpital ne tient plus que sur le dévouement des professionnels.Par exemple, dans l’Aube, il manquerait 11 psychiatre pour pouvoir accueillir, avec les soignants, la patientèle touchée par des pathologies mentales, un problème de santé publique qui touche jusqu’à 1 français sur 5.
On pourrait tout aussi bien citer les difficultés pour les hôpitaux de notre département à accueillir les autres patients, tant leur moyens financiers ont été saignés au cours des dernières années.
Et enfin, comment ne pas penser aux 6 infirmiers qui ont mis fin à leur jours en France durant l’année qui vient de passer ? Comment rester indifférent à ces appels à l’aide répété du corps médical ? Comment peut on abandonner ceux qui soignent les Français, les Aubois et qui nous montrent aujourd’hui l’extrême nécessité d’une grande réforme de notre système de santé.

Nous proposons donc de quitter la logique d’entreprise présente dans l’hôpital pour en refaire un véritable service public de la santé qui prend à la fois soin de ses patients et de ses soignants.
Cela passe inévitablement par le changement de financement de l’hôpital avec une refonte de la tarification à l’activité  et la mise en place d’un corps de médecins fonctionnaires au sein de maisons de santé qui permettront un maillage des désert médicaux et un désengorgement des urgences qui sont aujourd’hui trop souvent consultés par manque de généralistes disponibles.
Nous fusionnerons la sécurité sociale et les complémentaire pour mettre fin à des dépenses qui n’ont pas lieu d’être, permettant une réelle égalité face à la santé, pour qu’il n’y ait plus d’un côté les mutuelles pour les plus pauvres avec peu de remboursement, et d’un autre côté des versions supérieures réservées aux plus riches.

De plus pour que l’hôpital publique puisse mener à bien la mission qui lui a été confiée, nous formerons et embaucherons des médecins, des infirmières et des aides soignantes après avoir évalué les manques sur le local, au sein des hôpitaux par les professionnels.

Ces professionnel seront évidemment inclus dans la remise en place effective des 35h qui devront être réellement appliquées en s’astreignant à une décision nécessaire dès le début du quinquennat, à savoir la possibilité pour nos soignants, soit de récupérer, soit de se faire payer leur compte d’heures supplémentaires qui peut parfois aller jusqu’à plusieurs semaines de travail en plus dans l’année.

Aussi pour éviter à l’avenir de créer en France, un système à l’américaine dont on connait déjà les effets, c’est vers nos candidatures, et celle de Jean-Luc Mélenchon, que nous devons nous tourner.

Nos candidats aux élections législatives

Le 10 février, les insoumis(e)s du département faisaient connaître leurs binômes, strictement paritaires, de candidatures aux élections législatives. Du secteur public et privé, jeunes et moins jeunes, une représentation nouvelle et diversifiée, à l’image des attentes des électrices et des électeurs aubois.

Chaque candidat s’est présenté en développant un aspect du programme. Ces interventions sont lisibles dans la partie argumentaires du site…

ja
Le binôme de la première circonscription, Alexandre Faou (le jeune !) et Julie Lapeyre (à gauche, évidemment !)

 

andre-rosieres
André Smolarz
a
Anne Monsus était seule pour représenter la deuxième circonscription.

 

yj
Janny Borca et Yves Bouteiller pour la troisième circonscription !

L’article que Libération Champagne y a consacré est téléchargeable ici.

Une belle assemblée citoyenne sur la santé !

Riva
Riva

Une trentaine de personnes ont assisté vendredi soir à l’assemblée citoyenne organisée sur le thème de la santé, dans le cadre de la campagne présidentielle. Un débat riche et approfondi, éclairé par Riva Gherchanoc, co-rédactrice du livret programmatique sur la santé (bientôt disponible).

Merci à toutes et tous, et à la prochaine, qui aura lieu le 24 mars sur le thème de l’énergie.

ag-bsa-sante

Une écoute collective réussie

Une quinzaine de personnes réunies au restaurant “La cigogne” pour regarder “L’émission politique” sur la 2, et soutenir JLM dans sa lutte incessante contre les mediacrates (qui furent bien à la hauteur de leur réputation, ce soir-là, alliant sans vergogne l’incompétence à l’abjection)…

ecoute-coll-01

 

ecoute-coll-02

Pour une santé gratuite et publique

Le groupe de soutien de Bar sur Aube organise, en collaboration avec les camarades de la France en commun, une assemblée citoyenne sur la question de la “Santé, publique et gratuite”

tracts-ag-cit-bsa-02-couleurs
Clic sur l’image pour télécharger le tract en pdf

Monsieur Hamon, choisissez

Ci-dessous la transcription de l’intervention de Jean-Luc Mélenchon

Bonjour,

Je m’exprime devant vous de cette façon parce que, comme vous, je vois que la campagne pour l’élection présidentielle dans laquelle je suis candidat entre dans une grande turbulence et que cela mérite réflexion.

Vous avez vu qu’après que messieurs Juppé et Sarkozy aient été éliminés de cette élection, après que le président de la République en exercice ait dû renoncer à venir défendre son bilan devant les Français, c’est au tour de monsieur Fillon, dorénavant, d’être lui-même dans la tourmente. Et beaucoup d’observateurs pensent que, d’ici à quelques jours, son rôle deviendra intenable compte tenu de ce que les médias et les enquêtes lui reprochent. Clairement, nous entrons dans une zone de grandes turbulences. D’autant que, dimanche dernier, l’élimination de monsieur Valls a terminé ce tableau.

Que se passe-t-il ? Et bien je crois que tout le monde le voit simplement : que ce soit dans un parti ou dans l’autre, de toute façon, il y a un courant qui pousse à dégager les responsables de la situation que nous vivons aujourd’hui. Cette vague, elle est d’une puissance terrible. Et qui essaye de s’y opposer sera emporté. Et tant mieux ! Il faut ouvrir des perspectives positives mais personne ne fera rien contre cette volonté générale qui s’exprime aujourd’hui.

Pour ma part, j’ai choisi mon camp. Et depuis un moment, vous le savez. M’a-t-on assez reproché d’avoir dit : « On vote, ils dégagent ». Bon, c’était un peu piquant, mais enfin il faut bien admettre que ça correspond à l’état d’esprit des Français qui se manifeste aussi bien d’ailleurs à droite qu’à gauche.

À ce moment, après l’élimination de monsieur Valls, monsieur Benoît Hamon s’adresse à moi et il dit qu’il me tend la main. Et bien j’en suis heureux. Car, d’une façon générale, ça change d’avec ce que j’ai connu pendant les dix dernières années, où personne ne me parlait sur ce ton. J’ai noté aussi le nombre des mots de mon vocabulaire et de mon programme qui étaient repris par lui et j’en suis enchanté. Je considère que ça fait avancer les idées et je ne réclame pas de droits d’auteur, au contraire : plus on partage, plus je suis content. Je l’ai toujours dit et je crois que pensent comme moi beaucoup de gens.

Doit-on se parler ? Mais évidemment qu’on doit le faire. Moi, je suis partisan d’une pratique républicaine de l’échange et du dialogue. On doit pouvoir se parler dans ce pays. Vous voyez, quand j’arrive dans une ville comme Tourcoing pour y faire un meeting, ou Toulouse, où j’ai fait mon pique-nique, ou bien encore Périgueux, le maire de la commune n’est pas de mon bord et nous n’avons pas du tout l’intention de changer d’avis. Et pourtant nous nous rencontrons et nous parlons, et je suis accueilli d’une manière tout à fait courtoise dans ces municipalités. Alors, à plus forte raison, je pense que cela doit être possible pour moi de parler avec Benoît Hamon que j’ai connu comme responsable du syndicat étudiant, comme dirigeant du mouvement de la jeunesse socialiste, et ensuite comme ministre. Par conséquent, il n’y a rien qui s’oppose à ce qu’on se parle.

Mais ce n’est pas une affaire de rapports personnels, cette affaire-là. C’est une affaire de fond : de quel côté se place-t-on pour la suite des évènements et pour la façon de gérer le pays à partir de l’élection de 2017. Je demande qu’on y réfléchisse : on n’est pas en train de faire un congrès de parti, on est en train de préparer l’élection pour une période historique où la France va peser très lourd dans la balance sur des grandes questions : traités de commerce internationaux, traités européens… enfin, toutes ces questions arrivent sur la table. Donc il faut y aller avec de l’ordre, de la méthode et une clarté absolue des points de vue. Et puis pas de double langage : plus personne dans ce pays n’a l’intention de se faire faire une deuxième fois le coup du Bourget, c’est à dire un grand discours, extrêmement flatteur à entendre aux oreilles, suivi de pratiques qui sont exactement à l’inverse.

Benoît Hamon, qui est le vainqueur de la primaire du PS, s’adresse à moi. Alors j’ai regardé attentivement ce qu’il me demandait. J’ai bien vu qu’il n’a pas l’intention de mettre en cause sa candidature. Il ne la met pas en discussion entre nous. Bon. Il a tranché la question dans un entretient avec monsieur Bourdin. Et je vous demande de… plutôt que de le dire moi, autant que ce soit lui qui le dise avec ses mots. Voici :

— Extrait Benoît Hamon —
Benoît Hamon : On n’est pas candidat à l’élection présidentielle pour faire un tour de piste.
Jean-Jacques Bourdin : Donc vous irez jusqu’au bout ?
Benoît Hamon : Mais je l’ai déjà dit lors des primaires.
Jean-Jacques Bourdin : Donc vous irez jusqu’au bout ?
Benoît Hamon : J’irai jusqu’au bout : il y aura un bulletin de vote Benoît Hamon à l’élection présidentielle
—Fin de l’extrait —

Bon, vous avez entendu. Donc, maintenant, que me propose-t-il ? De former une majorité gouvernementale parlementaire cohérente. Alors je dis, en toute sympathie, à Benoît Hamon : ce n’est pas possible que vous nous demandiez de former une majorité parlementaire gouvernementale cohérente, comme vous le dites, en mélangeant des gens qui veulent tourner la page, comme nous, avec des gens qui sont responsables de ce qu’il y a sur la page, comme c’est le cas des députés que vous avez l’intention d’investir pour la prochaine élection à l’occasion de votre convention. Car nous allons retrouver des gens dont je vous demande comment nous faisons pour ensuite former une majorité avec eux puisque nous les avons combattus pendant des années.

En fait, pour être plus concret, comment voulez-vous former une majorité pour abolir la loi El Khomri avec madame El Khomri comme députée du PS ? Comment voulez-vous qu’on abroge toutes les brutalités auxquelles le président du groupe du PS Bruno Le Roux s’est abandonné avec monsieur Bruno Le Roux comme candidat ? Comment peut-on même imaginer de changer quoi que ce soit alors que vous vous proposez de faire réélire comme député d’Évry monsieur Manuel Valls ? Ce n’est pas sérieux. On ne fera croire à personne que tout cela peut fonctionner ensemble puisque ça n’a déjà pas fonctionné ensemble jusque là.

Alors j’admet que vous ayez voté le soutien au Premier ministre de François Hollande, le dernier en date, mais vous ne pouvez pas nous demander de participer au grand-écart dans lequel vous vous trouvez. Et puis ce n’est pas tout : vous nous demandez aussi de former une majorité cohérente avec des députés de votre parti qui se préparent à voter pour monsieur Macron. Mais rien de tout ça n’est sérieux ! On ne peut pas gouverner un grand pays avec des équipes de bric et de broc, les uns qui ont été contre les autres pendant des années, tout soudain se retrouvant et s’embrassant sur la bouche. Assez de carabistouilles, c’est le moment de la clarté.

Je dis donc à Benoît Hamon, en toute sympathie : maintenant, il faut choisir. Vous avez une vague qui est en mouvement. Alors adossez-vous à elle. Faites-vous porter à elle. Choisissez. Entre eux et nous, choisissez. Entre la vague dégagiste et le sauvetage de l’ancien monde, choisissez. Choisissez et tranchez.

Parce que nous, nous ne changerons pas d’avis : nous voulons tourner la page, nous voulons passer à la 6e République, nous voulons sortir des traités européens, nous voulons la planification écologique, nous voulons sortir de l’OTAN, et ainsi de suite. Nous voulons le partage des richesses, d’une manière claire et nette dans ce pays, en faveur de ceux qui ont été détroussés par les deux derniers présidents de la République. Nous voulons que la vie change pour ces millions de pauvres, de gens qui n’ont plus de logement, qui sont dans la rue, et qui n’ont rien à faire de nos arrangements. Ce qui compte pour eux c’est que la vie change pour de vrai, et on ne la changera pas en rafistolant le vieux monde.

Enfin, je vous dis ça, c’est mon point de vue. Vous l’aurez entendu, cher Benoît Hamon, et moi j’entendrai la réponse que vous me donnerez samedi, en fonction du fait que vous aurez ou non investi ces personnes qui n’ont rien à faire dans la majorité parlementaire que vous nous proposez de composer avec vous. En tout cas, nous, de ce genre d’équipage, nous ne ferons jamais partie.

Enfin, pour vous tous qui m’écoutez, je vous donne rendez-vous ce dimanche à Lyon. J’espère que vous serez nombreux au meeting que j’y organise. Parce que ce jour-là, à Lyon, il y aura, entre les deux fleuves, la Saône et le Rhône, les trois grandes pensées qui animent notre époque : le communautarisme de madame Le Pen, parce que ce n’est que du communautarisme ce qu’elle fait ; l’indifférence aux autres qu’incarne le libéralisme de monsieur Macron, qui propose l’ubéralisation pour tous ; et notre pratique à nous, l’humanisme, celui de la solidarité, de la coopération plutôt que de la compétition, et de l’universalisme, c’est à dire que nous pensons que tous les êtres humains sont semblables par leurs besoins et que, dès lors, ils sont égaux en droits pour y trouver une réponse, à ces besoins.

Ça, c’est l’enjeu. Voilà. J’espère que vous serez aussi nombreux. Alors à Paris aussi, hein ! Ça a lieu aux Docks d’Aubervilliers. Là, il y aura mon hologramme donc ça sera pour vous l’occasion de découvrir ce que tout le monde sait : quand l’esprit humain invente, quand on ne lui pose pas avant des conditions de couleur de peau, de religion ou de genre, et bien l’imagination se déchaîne et elle met en partage les savoirs. C’est ce que la science nous apprend et j’en suis tellement heureux.

Encore un mot. La veille, samedi, je serai dans un petit village de Haute-Saône qui s’appelle Champagney. J’y vais parce que l’année 1789, les gens de ce petit village, comme dans quelques autres petits villages de France, ayant appris qu’on faisait la traite des esclaves, ont été indignés de le savoir. Et ils ont écrit, dans leurs cahiers de doléances et leurs lettres au roi qu’on ne pouvait pas traiter les gens de cette façon puisque tous les êtres humains étaient semblables. Ils utilisent, pour la première fois, ce mot dans le vocabulaire politique, et ils le répètent dans leurs textes. Si bien qu’ils ont témoigné pour notre honneur du fait que quand le peuple français a eu a s’exprimer sur cette question, il était contre. « Et pourquoi, me direz-vous, ce samedi-là ? ». Et bien parce que c’est le 4 février et la première abolition de l’esclavage en France dans la grande Révolution de 1789, a eu lieu un 4 février. Et je voudrais marquer d’une pierre blanche cet instant, ce moment magnifique.

À notre tour d’être dignes de nos anciens. Ne supportons pas l’esclavage social qu’endurent tant de gens dans ce pays, qui souffrent au travail. Ne supportons pas l’esclavage de la relégation auxquelles tant de personnes sont contraintes par le chômage. Ne supportons pas la condition de « sous-citoyens » de ceux qui n’ont même plus d’adresse parce qu’ils sont dans la rue et n’ont plus aucune capacité de participer à la vie de la communauté humaine. Voilà ce que signifiera ma présence ce 4 février et je suis heureux de pouvoir vous en parler.

Bon, bref, d’ici dimanche, on aura les réponses à mes questions. Je les redis, pour le cas où il n’aurait pas compris : Benoît Hamon, choisissez entre eux et nous.