Réunion publique à Aix en Othe

André Smolarz a commencé par rappeler quelques éléments clés qui distinguent la France Insoumise des autres candidatures de la campagne présidentielle.
Revendiquer l’ “insoumission” et travailler à la “révolution citoyenne”, voila qui fait que notre candidature et notre projet sont uniques, et inédits dans cette campagne.
Pourquoi ? Parce que, contrairement à nos concurrents ou adversaires, nous ne disons pas aux citoyens : “Votez pour nous, rentrez chez vous et rendez-vous dans cinq ans !”
La FI ce sont les citoyens à la manœuvre !
Etre insoumis,

  • C’est refuser la fatalité, refuser de se faire confisquer les urnes, comme c’est le cas depuis plusieurs élections, par un prétendu vote “utile”,
  • C’est refuser la compétitivité pour lui préférer la coopération,
  • C’est refuser la charité pour promouvoir la solidarité,
  • C’est refuser qu’une minorité s’accapare et nous confisque, en les gaspillants très souvent, les richesses que nous voulons partager,
  • C’est refuser de détruire la planète, en détruisant par conséquent des vies et en menaçant l’avenir de l’humanité,
  • C’est refuser d’être subordonnés à des traités (européens, libre-échange type TAFTA, CETA, TISA…) qui imposent la concurrence entre les peuples sur fond d’austérité, de dumping social et visent à interdire toute autonomie et toute souveraineté politique par les états,
  • C’est refuser, enfin, d’être associés à des organisation telles que l’OTAN qui nous entraînent dans des conflits et des guerres, alors que nous œuvrons pour la paix.

Etre insoumis, c’est vouloir et exiger, même, de faire de la politique et de la faire autrement.

Alors que nous sommes face à des candidats qui sont accrochés à leurs appareils ou, pour certain, à leurs sponsors, qui leur dictent leurs programmes, nous sommes, nous les insoumis, animés et guidés exclusivement par l’intérêt général et le bien commun.

C’est dans ce contexte et avec ces objectifs que Jean-Luc Mélenchon a proposé, en février 2016, sa candidature à l’élection présidentielle en nous demandant d’être tous ensemble la France insoumise. Nous voulons restaurer la démocratie et mettre en place les politiques sociales et environnementales qui font cruellement défaut. Il y a urgence !

André a ensuite présenté un bref historique de la FI (février 2016, 5 juin 2016 et 15-16 octobre 2016), puis les 10 mesures sorties en tête de la convention de Lille.

Les discussions avec la salle ont ensuite abordé divers sujets tels que les enjeux et risques d’une union ou pas de la gauche, mais aussi de l’importance de communiquer sur le réalisme des mesures que nous proposons. A ce sujet André a informé les personnes qui s’interrogeaient là-dessus, que le programme avait été entièrement chiffré et que la présentation du chiffrage était accessible sur la chaîne Youtube de Jean-Luc Mélenchon.

Une personne a émis la crainte que notre programme soit difficile à appliquer et à mettre en place en raison de l’opposition féroce que la finance, les instituions et les grandes firmes qui détiennent un pouvoir quasi absolu aujourd’hui risquent de manifester. Sur ce point, André a convenu, que ce ne serait pas simple, mais a indiqué qu’un certain nombre de mesures pourraient être appliquées très rapidement et sans trop d’obstacles si nous sommes élus. Ce sont, par exemple, la revalorisation du SMIC, l’abrogation de la loi El Khomri, la sécurité sociale intégrale à 100%… La mise en place de ces mesures et leur application donneraient rapidement de l’air au pays et surtout au peuple et enverrait des signaux d’entraînement et d’aspiration.

Les débats se sont achevés en petits groupes de façon conviviale aux alentours de 21h30.

 

Géopolitique et défense : les précisions de Jean-Luc Mélenchon

En précision des questions que nous avons abordée lors de la réunion citoyenne du 19 janvier à Bar sur Aube, une intervention de Jean-Luc Mélenchon.

Le vendredi 31 mars 2017, Jean-Luc Mélenchon prononçait un discours de présentation de la vision de la France insoumise en matière de géopolitique et de défense. Il a expliqué que notre objectif était l’indépendance de la France au service de la paix, ce qui signifie la sortie de l’OTAN, la non participation à l’Europe de la défense, le réinvestissement de l’ONU et la création d’un alliance des pays non-alignés. Jean-Luc Mélenchon a également parlé de la montée des risques de bouleversements géopolitiques liés au changement climatique et a montré comment la transition énergétique répondait aussi à un enjeu géopolitique en aidant la France à se passer de matières premières comme le pétrole ou le gaz. Il a enfin présenté plusieurs de ses propositions, notamment le service civil ou militaire obligatoire pendant 9 à 12 mois pour les jeunes de 18 à 25 ans ou encore la conférence de la sécurité de l’Atlantique à l’Oural pour poser par la voie diplomatique la question des frontières en Europe.

18 mars : nos candidat(e)s aux législatives y étaient !

 

Julie Lapeyre, candidate dans la première circo

“Cette marche pour la 6° République a été une réussite. Plus de 130 000 personnes ont bravé le vent et le mauvais temps pour réclamer la fin d’un régime taillé sur mesure par de Gaulle et pour de Gaulle, pour réclamer la fin d’un régime usé et pourri jusqu’à la moelle. Je suis fière et honorée d’avoir pu participer à cette marche et n’hésiterai nullement à recommencer à la prochaine occasion !”

 

 

 

Yves Bouteiller, candidat dans la troisième circo

“Quel monde! quelle énergie! quelle jeunesse! Comme ils ont eu tort les absents. Comme ils étaient heureux ceux qui, samedi, marchaient ensemble pour une 6ème république.
Ensemble, sans se connaître, partageant l’espoir d’un lendemain meilleur, d’une justice sociale affirmée, d’une planète sauvegardée, d’une liberté retrouvée.
Tout cela en un seul après-midi… Et ce n’est qu’un début, continuons ……”

Venue de Christian Audoin : la force de la conviction au service de l’enthousiasme

Il est des signes qui ne trompent pas, et le succès de la réunion publique organisée mardi 7 mars à Troyes est bien le signe que l’Aube insoumise s’est inscrite de manière forte et durable dans le paysage politique aubois.

Une bonne quarantaine de personnes se sont retrouvées pour un échange toujours passionnant, parfois un peu passionné, sur les questions de fond que pose cette campagne électorale, bien loin du climat des “affaires” et autres alliances de circonstance… Une façon d’affirmer que faire de la politique autrement est un long travail, de patience et de rigueur…

Christian nous en a donné une preuve éclatante…

Deux extraits vidéos ci-dessous, car la batterie est tombée en panne ! Pas trop tôt heureusement…

Une première réponse de Christian à une question qui est à l’esprit de tout le monde : pourquoi ne pas faire un rassemblement “à gauche” qui, mathématiquement, permettrait à un candidat (lequel ?) d’être au second tour ? Dans les images qui suivent, Christian précise à quel point notre projet est d’une autre envergure, soucieux de construire dans les têtes et les coeurs le rapport de force nécessaire à nourrir la dynamique sociale d’émancipation à mettre en place et à soutenir contre les assauts de la réaction et du patronat après la victoire électorale, première étape certes, mais simplement une étape.

Dans un deuxième temps, Christian a répondu à toute une quantité de questions, portant sur les services publics, l’éloignement des gens de leur lieu de travail, la pollution… Beaucoup de réponses, et une méthode : faire intervenir et travailler les gens autrement, en les associant aux prises de décision dans la perspective de l’ntérêt général humain.

Et pour vous consoler de cette fin trop brusque, le livret programmatique “Pour la justice et l’égalité territoriale” dont Christian est le co-auteur.

Si le livret ne s’affiche pas, vous pouvez le consulter et le télécharger sur le site de L’Avenir en commun