Consultation publique sur les pesticides, faisons entendre notre voix !

Comme la loi l’y oblige, le gouvernement a ouvert une consultation publique sur son projet d’arrêté relatif à l’utilisation des pesticides près des habitations.

Le gouvernement propose 10 mètres seulement de zone sans traitement par des pesticides les plus dangereux (Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques [CMR] ou Perturbateurs Endocriniens [PE]).

C’est bien trop faible ! 

La contamination des riverain·es peut avoir lieu lors de la pulvérisation, fumigation ou poudrage, et les molécules peuvent en outre être entraînées par un vent léger. De plus, il est scientifiquement reconnu que les pesticides sont présents dans l’air ambiant bien après leur pulvérisation : lors de l’évaporation des produits ou lorsque la poussière du sol est soulevée. Ainsi des molécules toxiques ont été retrouvées à l’intérieur de salles de classe et de chambre de village viticole, mais aussi dans l’air ambiant de villes de taille importante (telles que Bordeaux).

Le lien avéré entre certaines substances et différentes maladies mortelles dont entre autres, les leucémies, les lymphomes non-hodgkiniens, les tumeurs du tronc cérébral et la maladie de Parkinson invite à un principe de précaution par respect pour les personnes vivant sur le territoire.

Le gouvernement a sciemment déformé les conclusions de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail pour proposer cette distance ridicule de 10 mètres.

Il convient donc de respecter le principe de précaution et d’instaurer une zone tampon de 200 mètres sans pesticides CMR ni PE comme nous l’avions proposé dans notre proposition de loi sur l’instauration d’une zone tampon et dans nos amendements de la loi Egalim.

Dans cette zone, l’agriculture serait bien entendu autorisée, seul l’usage des produits dangereux pour la santé serait interdit.

L’agriculture biologique y serait fortement encouragée.

Cette mesure agirait comme un réel déclencheur pour accélérer la transition écologique et pour favoriser l’avènement d’une agriculture écologique et paysanne, respectueuse de l’être humain et de l’environnement et productrice d’une alimentation saine.

Nous invitons un maximum de personnes à déposer une contribution sur la base de ces arguments sur le site dédié :

Je participe à la consultation

Le papy de Greta ?

Ci-dessous le discours prononcé par Fidel Castro à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement, à Rio de Janeiro (Brésil) le 12 juin 1992

Monsieur Fernando Collor de Mello, Président du Brésil ;

Monsieur Boutros Ghali, Secrétaire général des Nations Unies,


Une importante espèce biologique risque de disparaître à cause de la liquidation rapide et progressive de ses conditions de vie naturelles : l’homme.

Nous prenons aujourd’hui conscience de ce problème alors qu’il est presque trop tard pour l’empêcher.

Il faut signaler que les sociétés de consommation sont les responsables fondamentales de l’abominable destruction de l’environnement. Ces sociétés sont nées des anciennes métropoles coloniales et de politiques impériales qui ont engendré à leur tour le retard et la pauvreté qui frappent aujourd’hui l’immense majorité de l’humanité. Tout en ne comptant que 20 p. 100 de la population mondiale, elles consomment les deux tiers des métaux et les trois quarts de l’énergie produits dans le monde. Elles ont empoisonné les mers et les fleuves, pollué l’air, affaibli et troué la couche d’ozone, saturé l’atmosphère de gaz qui altèrent les conditions climatiques et ont des effets catastrophiques dont nous commençons à souffrir. 

Les forêts disparaissent, les déserts s’étendent, des milliards de tonnes de terre fertile aboutissent chaque année à la mer. De nombreuses espèces s’éteignent. La pression démographique et la pauvreté conduisent à des efforts désespérés pour survivre, fût-ce au prix de la nature. On ne saurait en accuser les pays du Tiers-monde, hier colonies, aujourd’hui nations exploitées et pillées par un ordre économique mondial injuste.

La solution n’est pas d’interdire le développement à ceux qui en ont le plus besoin. Le fait est que tout ce qui contribue aujourd’hui au sous-développement et à la pauvreté constitue une violation flagrante de l’écologie. Des dizaines de millions d’hommes, de femmes et d’enfants en meurent chaque année dans le Tiers-monde, plus que durant chacune des deux guerres mondiales. L’échange inégal, le protectionnisme et la dette extérieure agressent l’écologie et favorisent la destruction de l’environnement. 

Si l’on veut sauver l’humanité de cette autodestruction, il faut mieux distribuer les richesses et les technologies disponibles sur la planète. Moins de luxe et moins de gaspillage dans un nombre réduit de pays pour qu’il y ait moins de pauvreté et moins de faim sur une grande partie de la Terre. Que l’on cesse de transférer au Tiers-monde des styles de vie et des habitudes de consommation qui ruinent l’environnement. Que l’on rende la vie humaine plus rationnelle. Que l’on instaure un ordre économique international juste. Que l’on utilise toute la science nécessaire à un développement durable sans pollution. Que l’on paie la dette écologique, non la dette extérieure. Que la faim disparaisse, non l’être humain.

Maintenant que les menaces que représentait censément le communisme ont disparu et qu’il n’y a plus de prétextes à des guerres froides, à des courses aux armements et à des dépenses militaires, qu’est-ce qui empêche de consacrer immédiatement ces ressources au développement du Tiers-monde et à la lutte contre la menace de destruction écologique de la planète ?

Que cessent les égoïsmes, que cessent les hégémonismes, que cessent l’insensibilité, l’irresponsabilité et les tromperies. Demain, il sera trop tard pour faire ce que nous aurions dû faire il y a déjà bien longtemps.

Je vous remercie.

La forêt qui en cache bien des autres !

Passons d’abord sur le pillage de la Guyane – qui n’es toujours pas une île, et qui est toujours limitrophe de l’Amazonie – autorisé par le gouvernement Macron…

Peut-être qu’il aurait été plus simple, pour aborder la crise en état responsable, de faire partie de l’ALBA, comme le préconisait l’Avenir en commun !

Mais vu que quand la maison brûle les imbéciles regardent la fumée, tous les yeux se tournent vers l’Amazonie et le Brésil (affligé d’un dirigeant dont pas aucun de nos prétendus experts ne se rappelle qu’ils ont facilité son élection en emprisonnant Lula sur la base de “preuves” qui se sont révélées tout à fait fabriquées).

Si le feu augmente en Amazonie, c’est que la politique de Bolsonaro de mépris des peuples indigènes, au service de l’agriculture industrielle (celle qui appelait de ses voeux le Mercosur) favorise la déforestation… Mais c’est aussi le cas, et c’est même pire, en Afrique, où seule la pratique du brûlis permet le maintien d’une agriculture vivrière dévastée par les traites de libre-échange (ALE) imposés aux pays africains par l’UE … et la France…

En trois cartes, la ration télévision publique (euh la belge… faut par rêver) dresse un bilan édifiant : de gauche à droite, l’Amérique, l’Amérique et l’Afrique, la densité des feux en Afrique sub-saharienne…

L’article complet est ici, si vous n’avez pas le temps, voici la conclusion, histoire de remettre les choses en perspective : “Et si le monde a actuellement les yeux tournés vers l’Amazonie, l’ESA estime que l’Afrique subsaharienne représente environ 70% de la superficie brûlée dans le monde, selon les bases de données satellitaires mondiales…

Résumons donc : on pille chez nous, on sort deux trois pièces jaunes pour faire de la communication, et on oublie d’avouer ses crimes… Le refus de la transition vers les énergies renouvelables, le maintien acharné du nucléaire a des conséquences concrètes, même si elles sont assez lointaines pour être invisibles : la société Orano, qui approvisionne en uranium Areva, va raser une forêt protégée pour exploiter une mine au Kazakhstan… Ils ont oublié d’en parler au G7 ! Lisez l’article ci-dessous, sorti du site Novastan…

A ce jeu de poker menteur, c’est l’humanité toute entière qui perdra sa mise !

Vigilance CETA : le vote des députés Aubois

A l’heure où, tartufferie nouvelle oblige, Macron découvre que le Mercosur n’est pas paré de toutes les promesses environnementales qui poussaient à le ratifier avant que la déforestation sauvage promue par Bolosnaro n’incendie l’Amazonie, il est bon de rappeler la position de nos députés aubois sur le traité de libre-échange avec le Canada : le CETA.
Sans surprise, le seul député LREM de l’Aube a voté pour, tandis que les deux députés LR ont voté contre…

Il est temps, comme le souligne le communiqué national ci-dessous, de tirer la leçon de cet échec cuisant de la doctrine absurde du libre-échange.

Un tel accord conduirait à poursuivre les politiques de déforestations de l’Amazonie, le poumon vert de notre planète, aujourd’hui en feu.

Mercosur, tirer la leçon pour le Ceta et le Jefta

La présidence de la République annonce que la France se retire de l’accord de libre échage UE-Mercosur que nous avons tant combattu.

Il était temps de reconnaître que nous avions raison. Il est temps d’en tirer la leçon pour le CETA et l’accord JEFTA avec le Japon pollueur nucléaire et destructeur de la biodiversité. Seul Macron pouvait imaginer que Bolsonaro était écologiste. C’est une victoire du combat social et ecologiste contre le libre-échange. Mais nous ne pourrons que la traiter d’hypocrite si dans le même temps Emmanuel Macron ne revient pas sur les autres traités écocides.

C’est tout un système avec lequel il faut rompre.
L’humanité doit mettre fin au libre-échange pour notre avenir à tous, et la France insoumise en fait un combat central.

Le monde à l’envers, ou la drôle de cohérence des Verts allemands

Ci-dessous la traduction d’un article en anglais d’Andy Gheorgiu, consultable dans sa version originale ici. Il souligne encore une fois qu’il n’est guère d’écologie véritable qui ne s’attaque au libéralisme qui épuise les ressources de notre planète au service et au profit de quelques-uns.

Le 21 juin 2019

C’est le monde à l’envers : des électeurs font confiance à des Verts allemands pour faire face à la crise climatique, au moment même où ce parti soutenait le gaz américain « Libre » obtenu par fracturation.

Il y a fort longtemps, dans un pays connu pour ses forêts verdoyantes, ses vieilles traditions et sa grande industrie, un miracle allait se produire. Une transition énergétique propre et indispensable par un pays européen industrialisé – et très influent – était sur le chemin de la soi-disant « Energiewende » (« Révolution énergétique »).

Cependant, la transition avait trop bien marché. Le puissant lobby des combustibles fossiles a constaté qu’un système énergétique décentralisé respectueux du climat, basé sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (peut-être couplé à un modèle économique modifié), était sur le point de transformer les anciens schémas économiques et était sur le point de transformer les anciens schémas énergétiques.

C’est pourquoi il lutte avec acharnement contre tout ce qui pourrait nous sauver du chaos climatique. Ses tenants ont même infiltré les esprits des groupes environnementaux, des groupes de réflexion et de la plupart des univers politiques existants. Leur clé pour maintenir le statu quo polluant est le gaz.

L’Allemagne est déjà le plus gros consommateur et revendeur de gaz d’Europe. Utilisant près de 92 milliards de mètres cubes de gaz fossiles en 2017, le gaz représentait 24% de la consommation d’énergie primaire de l’Allemagne. Après l’annonce finale de l’élimination du charbon, l’industrie des combustibles fossiles voit émerger un marché du gaz encore plus important en Allemagne. S’exprimant lors du Forum économique mondial de cette année à Davos, la chancelière Merkel a assuré le secteur des combustibles fossiles que l’élimination du charbon ne signifie rien d’autre que du gaz en Allemagne.

Terminaux GNL proposés pour l’Allemagne

Grâce au gazoduc Nord Stream existant, Gazprom peut acheminer le gaz russe directement en Allemagne par la mer Baltique, permettant ainsi à Moscou de contourner les pays de transit européens tels que la Pologne, la Biélorussie et l’Ukraine, touchée par la crise. L’ Allemagne et Gazprom poussent maintenant fortement en faveur de la construction d’un deuxième gazoduc, Nord Stream II, qui doublerait la capacité actuelle d’entrée de gaz russe en passant de 55 à 110 Gm3 par an.

Mais au lieu d’arrêter le projet ou de lancer un débat sur le besoin réel de gaz en Allemagne, le pays investit en outre des fonds publics dans des projets similaires à Nord Stream II, tels que le corridor de gaz du Sud.

Battage publicitaire américain et soumission allemande ? (en anglais)

Pendant ce temps, sous la pression de l’administration Trump, Merkel veut cofinancer la construction d’au moins un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) avec des fonds publics. Quatre terminaux sont en cours de discussion. Le budget fédéral allemand pour 2019 prévoit des subventions pour le gaz de 36,85 millions d’euros plus 65,7 millions d’euros en crédits d’engagement jusqu’en 2023. Mais ce n’est pas la fin de l’histoire.

Dans le budget commun, les investissements privés et les projets d’infrastructure « Amélioration de la structure économique régionale » peuvent également être subventionnés. Cinquante pour cent du montant total de la subvention sera payé par l’État fédéral touché et l’autre moitié par le gouvernement national. Dans le cas du projet de terminal méthanier à Brunsbüttel, le gouvernement fédéral actuel veut ajouter 50 millions d’euros des fonds publics du budget commun à la somme de 450 millions d’euros qui ne permettent pas à eux seuls d assurer le financement du projet autrement non rentable de ce projet. Cela déclencherait automatiquement le versement 50 millions d’euros supplémentaires du gouvernement national !

Le ministre de l’Economie, Peter Altmaier, a qualifié le soutien de « geste en faveur de nos amis américains », conscient du fait que les analystes du marché ont qualifié la décision de « création d’une ruine de l’investissement », soulignant que « l’Allemagne n’a pas besoin du gaz de Trump. »

Le candidat le plus avancé est le terminal méthanier de Brunsbüttel, dans l’État fédéral du Schleswig-Holstein. Selon Brunsbuettel Ports, le gaz pourrait provenir des États-Unis et serait utilisé sur place par les sociétés pétrochimiques, par exemple par Yara, l’un des bien nommés « Exxon de l’agriculture », pour la fabrication d’engrais. La société énergétique allemande RWE a signé un contrat de capacité avec l’investisseur German LNG et a conclu en novembre 2018 un accord de coopération avec le premier acheteur mondial de GNL, Tokyo Gas. Un mois plus tard, Woodside Energy Trading et RWE ont signé un accord de fourniture de GNL à moyen terme, dont la source principale est le gaz fossile provenant du projet de gaz naturel liquéfié Corpus Christi, au Texas. En termes simples, le service public allemand veut acheter plus de GNL aux États-Unis, car Trump promeut les richesses en gaz en Europe.

Le plus gros concurrent de Brunsbüttel est Stade, situé dans l’État fédéral voisin de Basse-Saxe. Ce site est privilégié par le géant pétrochimique et le fournisseur d’agents de soutènement, Dow Chemical, qui souhaite utiliser le gaz pour ses installations énergivores et comme matière première directe pour la production de plastiques et de produits pétrochimiques. Le site de Dow Chemical consomme à lui seul 1% de la production d’électricité allemande.

Sous la pression de l’administration Trump, le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, a invité les plus grands groupes de pression américains du GNL à une conférence à Berlin le 12 février.

En présence du secrétaire adjoint américain à l’Energie, Dan Brouillette, Altmaier a annoncé le même jour que le gouvernement allemand modifierait également le cadre juridique en vigueur de sorte que les consommateurs, et non les investisseurs, paient les coûts de construction et d’exploitation annuels des conduites de raccordement pour les terminaux méthaniers.

Le projet de nouvelle législation a été publié secrètement le jeudi 14 mars 2019. La date limite pour le dépôt des déclarations officielles a été fixée au mardi 19 mars 2019 à 15 heures, heure de Paris. J’ai néanmoins pu faire une déclaration au nom de Food & Water Europe et de l’Alliance climatique allemande contre le GNL. Notre document a été signé par 25 groupes environnementaux, soulignant les menaces climatiques, environnementales et économiques liées aux terminaux méthaniers proposés, mais également les vices de procédure évidents liés à la nouvelle législation proposée.

Le Conseil fédéral allemand devait approuver la nouvelle législation. Nous espérions que les gouvernements des États fédéraux co-dirigés par les Verts s’abstiendraient au moins du vote – ce qui aurait entraîné le rejet de la nouvelle législation. Cependant, la réalité fut différente.

Les verts en puissance vendent leurs valeurs fondamentales

Au lieu de s’opposer  aux développements récents visant à créer une infrastructure inutile d’importation de GNL, ou pour le moins de les critiquer, les Verts ont voté en faveur de la nouvelle législation, ouvrant la voie à un afflux de gaz fracturé américain hostile au climat.

C’est vraiment dommage que le gouvernement allemand (composé de conservateurs et de socialistes) soutienne ces projets, mais c’est encore pire lorsque le Parti Vert (qui fait partie du gouvernement régional de plusieurs États fédéraux d’Allemagne) soutient la construction par des subventions gouvernementales d’une infrastructure d’importation de gaz naturel liquéfié obtenu par fracturation.

Cela paraît absurde, en particulier étant donné que les Verts allemands sont arrivés en deuxième position lors des élections au Parlement européen en mai 2019 et qu’ils avaient même atteint un record dans un nouveau sondage, devançant les conservateurs d’Angela Merkel.

Opposition à la hausse

Le peuple allemand en a définitivement eu assez de cette hypocrisie et l’opposition grandit dans tout le pays.

Food & Water Europe a initié et co-fondé la Climate Alliance contre le GNL en octobre 2018, qui a contraint l’investisseur chez Brunsbüttel à ouvrir un dialogue public avec plusieurs événements publics qui se sont tenus en février 2019.

Aux premières heures du 31 janvier, nous avons surpris les politiciens et les représentants de l’industrie (qui s’étaient réunis pour un soi-disant petit déjeuner parlementaire) en organisant une action de protestation devant la représentation permanente de l’État fédéral du Schleswig-Holstein à Berlin. Nous avons également lancé une pétition contre le projet de terminaux méthaniers en Allemagne, signée par  plus de 79 600 personnes .

Entre-temps, notre opposition croissante attire l’attention de la très influente ONG allemande  Deutsche Umwelthilfe (Aide à l’environnement allemande), qui a publié un avis juridique contestant la réalisation du projet de terminal méthanier à Brunsbüttel. Parallèlement aux manifestations Friday for Future et Extinction Rebellion Germany, des manifestations ont été organisées dans la perspective du vote susmentionné sur la législation relative au GNL à Berlin.

Une chose est maintenant claire pour toutes les personnes impliquées : nous sommes prêts pour ce combat en évolution. La lutte ne fait que commencer.

Ne les laissons pas voter la “loi climat” sans agir

La loi climat proposée par le gouvernement pro-nucléaire d’Edouard Philippe va accroître gravement les risques : elle prévoit entre autres de décaler de 10 ans l’échéance pour atteindre 50% de nucléaire dans la production électrique…

Comme quoi il est bien des gens qui font de l’écologie uniquement un souci préélectoral.

Le réseau Sortir du nuclaire lance une campagne pour interpeller les députés. Pour y participer, cliquez sur l’image ci-dessous.

24 mai : grève mondiale pour le futur !

Communiqué de Youth for climate

Les rapports du GIEC et de l’IPBES sont clairs. Nous sommes dans une crise écologique majeure : Dérèglement climatique, destruction de la biodiversité, épuisement des ressources naturelles… Tout indique que nos modèles sociaux-économiques sont à l’origine de la 6ème extinction de masse. Pour éviter des catastrophes écologiques et sociales, les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer drastiquement et rapidement.

Pourtant, face à cette urgence, nous constatons l’insuffisance des actions entreprises par nos dirigeants politiques et économiques. Depuis maintenant plusieurs mois, la jeunesse, consciente des dangers qu’elle encourt pour son avenir, se mobilise massivement partout dans le monde : Youth For Climate, et Fridays For Future à l’international, sont devenus le symbole du passage à l’action d’une génération déjà pleinement consciente des changements à effectuer dans notre modèle sociétal.

Le 15 mars dernier, 200 000 jeunes en France et 1,8 million dans le monde étaient dans la rue pour porter nos revendications. Le lendemain, 350 000 personnes se sont à nouveau mobilisées pour la Marche du Siècle en plus des 2 millions de soutiens exprimés par les citoyens. Ce n’était qu’un début. Le vendredi 24 mai prochain, de nombreux collectifs, associations, ONG, partis et syndicats se joindront à eux pour une deuxième journée de grève internationale.

Cet appel à la grève est intergénérationnel et dépasse toute frontière : collégien.ne.s, lycéen.ne.s, étudiant.e.s, travailleur.euse.s, chômeur.euse.s, entrepreneur.euses.s, retraité.e.s et parents doivent lutter ensemble pour préserver leur droit à un futur vivable. Nous demandons que nos dirigeants prennent des mesures concrètes et à la hauteur des enjeux. Ces mesures doivent être compatibles avec une limitation du réchauffement climatique en-dessous de la barre des +1,5°C.

A deux jours des élections européennes, nous voulons aussi adresser un message : nous ne pouvons plus nous permettre de délaisser l’écologie, elle doit être au cœur de toute décision. À cette occasion, les jeunes de Francfort, Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg s’uniront pour faire entendre leur voix devant les grandes institutions européennes. Le monde entier va se mobiliser pour montrer sa détermination à construire un avenir possible.

Nous n’avons plus assez de temps pour nous satisfaire des petits pas, des promesses non actées et des combats séparés. Il est maintenant nécessaire de faire front commun pour obtenir des mesures à la hauteur des enjeux actuels et futurs.

Respect existence or expect resistance. (Respectez l’existence ou attendez-vous à de la résistance.)

Signataires :

350.org, Action non violente Cop21 (ANVCOP21), Alternatiba, Amis de la terre, Association des étudiants en médecine d’Angers (ADEMA), Astérya, Attac, AYYA, Bio consom’acteurs, BIZI!, Boycott Citoyen, CCFD-Terre Solidaire, CEMEA, Centre de recherche et d’information pour le développement (Crid), Citoyen.ne.s pour le Climat (CPLC), Citoyens Lobbyistes d’Intérêts Communs (CLIC), CliMates, Cnajep, Collectif des Associations Citoyennes, Coopérative Politique Ecologie Sociale, Coopérative EELV, Cop Trotter By EME, Décroissance 2019, Désobéissance Écolo Paris, Écocampus ENS, Éco’llectif, Ecologie au Quotidien Rhône Alpes, Enseignants pour la planète, Etudiants et Développement, Fédération des associations générales étudiantes, FIDL, le syndicat lycéen, Fondation ELYX, Gauche Démocratiques et Sociale, Génération Ecologie, Génération•s le mouvement, Grands Parents pour le Climat, Greenpeace France, GreenSAT, Gret ll Est Encore Temps, Ingénieurs sans frontières France, Jeunes Écologistes, Jeunes européens, Jeunes Génération.s (Organisation de jeunesse de Génération.s), La P’tite Rustine, Le mouvement, Le tri sera top, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Little Citizen for Climate, LUPA – Les Universitaires Planteurs d’Alternatives, MAG Jeunes LGBT, MNL – Mouvement National Lycéen, Mouvement Utopia, Notre affaire à tous, Nouvelle Donne Campus, Nous voulons des coquelicots, Objectif21, One Voice, On est prêt, On the Green Road, Osons les jours heureux, Parents For Future France, Parti communiste Français, Poly’RSE (Collectif DDRS du réseau Polytech), RenéSens, REFEDD – RÉseau Français des Étudiant.e.s pour le Développement Durable, Réseau Action Climat (RAC), SUD éducation, The New Locals, Union syndicale Solidaires, Union national des étudiants français (Unef), Union national lycéenne (UNL), Unis pour le climat, United4Earth, Workers For Future France, Youth For Climate France, ZEA

 

Carte des grèves du monde entier : https://fridaysforfuture.org/events/map

Infos pour les collégien.nes, lycéen.nes et étudiant.es de France : http://youthforclimate.fr/

Infos pour les salarié.es : https://www.facebook.com/events/2052466291713…

Laure Manesse à Troyes : “Non à une écologie punitive, battons-nous pour maintenant le peuple !”

Le mouvement européen  organisait à Troyes un débat entre  entre neuf candidats aux élections européennes des partis LR, UDI, LAREM, DLF, PP/PS, LFI, Génération.S, PCF et EELV.

Fidèle à sa conception vivante et approfondie du débat démocratique, le RN a refusé le débat !

C’est Laure Manesse qui représentait la France Insoumise.

Les thèmes abordés : Développement économique et social, Politique extérieure et défense, Environnement et Développement durable.

Une quinzaine d’insoumis étaient présents dans la salle pour soutenir Laure  qui a maîtrisé parfaitement ce débat. Ils ont été les seuls du public à poser deux questions, l’une sur leur futur groupe d’appartenance au sein du conseil européen, et une autre sur le CETA. La façon dont Macron nous a imposés le CETA a valu à la candidate LREM d’avoir tout le monde contre elle à ce propos.

Deux vidéos des interventions de Laure prises par un camarade Rémois.

A la place de la règle d’or des 3%, la règle verte pour le bien des peuples !
Mettre à plat les traités européens et instaurer un protectionnisme solidaire

Manon répond à l’Aube insoumise…

A l’occasion de sa venue à Saint-André les Vergers, Manon Aubry a répondu aux interrogations qui pouvaient être les nôtres, ici dans le département, sur les enjeux de l’élection européenne.