Gilets Jaunes de l’Aube : “Soyons réalistes… (air connu !)

Nous avons appris sur la page Facebook de la France en colère 10 qu’une lettre avait été envoyée, au nom des gilets jaunes, au Préfet. Cette entrevue a donné lieu à la publication d’un compte-rendu.

Vous pouvez consulter les deux documents en cliquant sur les images ci-dessous.

         

 

 

 

Sans doute les auteurs de cette initiative ignoraient-ils l’initiative de vote lancée sur les revendications des gilets jaunes, afin que l’expression collective soit à la hauteur des exigences de démocratie du mouvement !

Car le choix des trois revendications principales (qui a décidé ?) est plus qu’étonnant !

En effet, la première revendication est celle de la baisse des taxes… sur la nourriture, l’eau, le gaz, le fioul… Bravo : la baguette coûtera moins cher, le caviar aussi ! Et comme il n’y aura pas de taxe sur le kérosène, les bobos parisiens pourraient aller se ressourcer de l’autre côté de la planète pendant que les précaires continueront de s’empoisonner dans les embouteillages ! Cette revendication n’a aucun sens si elle ne s’accompagne pas d’une augmentation des salaires, des retraites, des minima sociaux et de leur indexation sur le coût de la vie !

La lutte des gilets jaunes ce n’est pas la diminution des taxes, c’est la hausse du pouvoir d’achat et une meilleure répartition des richesses !

Vient ensuite le fameux RIC, pour une réelle démocratie participative, porte d’entrée pour améliorer ensuite notre quotidien…. Eh bien voilà un préfet qui a dû être content : des manifestant-e-s qui lui déclarent gentiment qu’on réglera les problèmes plus tard.

Le RIC est un vrai outil, qui mérite un vrai débat : quel RIC avec quelles modalités et avec quelle constitution ? Si le RIC ne nous permet pas de sortir du régime existant, il ne sera qu’un instrument de plus qu’utilisera la Macronie pour nous vendre ses pseudo-réformes institutionnelles et son bradage des services publics…

C’est pourquoi la France Insoumise déposera, lors de sa niche parlementaire le 21 février, une “proposition de loi constitutionnelle visant à instaurer la possibilité de référendum d’initiative citoyenne.” C’est certes l’actualité, mais c’est aussi le programme que nous avons défendu lors de l’élection présidentielle.

 

Cette proposition de loi va donc jusqu’au bout de la logique du RIC, en proposant un référendum de convocation d’une Assemblée Constituante, au motif que “Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.”

Donner le pouvoir au peuple, comme le demandent les gilets jaunes, c’est lui donner le pouvoir de changer les règles et le système, et non d’aménager une constitution dépassée et obsolète.

La troisième revendication porte sur la transparence dans l’utilisation des fonds publics : louable initiative, mais si l’on réduit ces fonds aux émoluments des personnels politiques et de (certains ?) haut-fonctionnaires, on ne va pas aller bien loin !

A-t-on oublié l’ISF ? A-t-on oublié une répartition plus juste de l’impôt sur le revenu (14 tranches au lieu de 5 comme le propose la FI)? A-t-on oublié le refus de vendre les biens d’état comme les barrages et les aéroports ? A-t-on oublié les nécessités de financement de la santé publique en s’attaquant aux lobbies des cliniques privées et de l’industrie pharmaceutique ?

Ce que veulent les gilets jaunes, comme le veut la FI, c’est une économie du partage, en faveur des plus démunis, une économie de solidarité, qui prenne l’argent là où il est, c’est-à-dire dans les dividendes excessifs donnés aux actionnaires de multinationales qui évitent l’obligation de l’impôt par l’évasion et l’optimisation fiscale !  Justice fiscale, l’outil du peuple pour le peuple !

Alors, de grâce, ne concluons pas ce mouvement exemplaire par un nouvel exemple de compromission, même si les élections approchent, même si la perspective d’une dissolution se dessine, même si les egos ont de nouveau tendance à se réveiller…

Continuons à ne rien lâcher …. Exigence du combat pour le peuple et envers le peuple !

“La démocratie est la lutte contre toute élite qui voudrait s’attribuer l’autorité sur autrui en vertu de sa puissance propre, que ce soit l’élite de la naissance, de l’argent ou même de l’intelligence.”

Le débat est sur les rond-points et dans la rue, pas dans les salons dorés de la République bourgeoise !

 

Moins de pain, plus de jeux et beaucoup de cons.

 

L’hiver est bien là, avec sa cohorte de misères. Les “naufragés de la N118” se comptent par milliers, mais S.O.S. Méditerranée n’a pu en secourir aucun. Un véritable carnage, sans compter les pauvres transporteurs qui se sont vus interdire de polluer le temps que fonde la neige. Gageons que le salaire de tous ces braves gens qui vient d’augmenter leur permettra sûrement de s’acheter des chaînes à neige… à crédit. Et puis il faut voir le bon côté des choses ça n’est pas donné à tout le monde de partager ne serait-ce qu’une nuit la vie d’un réfugié ou d’un SDF. C’est beau l’empathie !

Bouffe Merde TV et Connards NEWS en ont fait des tonnes sur le sujet. Beaucoup moins en revanche sur les affirmations de Sylvain Maillard, député LREM, qui ne comptait que “50 SDF” dans Paris la ville lumière. Lumière dont beaucoup de gens d’en haut et de leurs suiveurs ne semblent pas être équipés. Mais, on doit l’avouer, sous Macron 1er roi des cons et des banquiers, la pauvreté diminue. Il faut juste savoir calculer, bande de nuls cyniques et fainéants que vous êtes ! Sur ces 50 SDF parisiens, 11 sont déjà morts rien qu’en janvier. Il ne reste donc plus que 39 foutus salopards refusant d’être hébergés. Aller ! une bonne gelée à -15° et il n’y aura plus “d’ici la fin de l’année, […] des femmes et des hommes dans les rues”.

Le bon peuple besogneux et moutonesque va donc pouvoir fêter cela grâce à la fulgurante augmentation de son pouvoir d’achat : +8€ pour un smicard, +26€ pour 5000€ de salaire. Le pied ! Du coup Bruno Bonelli, député LREM (encore un) qui s’agace : “On n’entend que ça, le pouvoir d’achat”, va pouvoir retrouver son calme. Les heureux bénéficiaires de cette substantielle manne macronienne vont donc pouvoir au choix : se payer du Nutella en promo, jouer 6 numéros au loto ou, mieux encore, refiler cette petite fortune à leurs parents retraités qui viennent dans le même temps de perdre mensuellement 3 à 4 fois ce que leurs enfants gagnent en plus. Macron renforce donc la solidarité générationnelle. CQFD.

Et si vous n’êtes toujours pas convaincus par vos bienfaiteurs, tocards que vous êtes, vous le serez à coup sûr en prenant connaissance des avancées phénoménales annoncées : augmentation du budget des armées, sélection dans les universités, 29% d’expulsion de migrants en plus en janvier 2018 par rapport à janvier 2017, limitation à 80 km/h, suppression de la taxe d’habitation, nouvelle police de prox… heu, non, enfin de “sécurité du quotidien”, recyclage des tentes et duvets des sans-abris et des centrales nucléaires. Tout ça pour votre bien-être et votre sécurité.

Alors, merci qui ?