Luc Ferry doit être traduit en justice

Les propos scandaleux de Luc Ferry appelant à tirer sur les manifestant-e-s sont inadmissibles, encore plus d’un ancien ministre qui a la prétention de jouer les intellectuels…

D’où cette pétition que nous vous invitons à rejoindre, en cliquant sur l’image :

Les gilets jaunes aubois à Saint-Dizier

Bon, d’accord, on était plus de mille à Troyes et on n’a pas encore trouvé le temps de vous en parler…

Alors, avant que les gaz lacrymo ne se dissipent complètement, quelques images de la manifestation de ce samedi à Saint-Dizier.

Le rendez-vous était fixé à 10 h ce samedi matin devant le Cube à Troyes. Une quarantaine de gilets jaunes aubois ont pris un car pour représenter le département lors de la grande manifestation régionale prévue l’après-midi dans les rues de Saint-Dizier.

D’autres manifestants aubois se sont rendus dans la cité bragarde par leurs propres moyens.

Renationalisons les autoroutes !

Une initiative lancée par le groupe FI de Tours, un bon moyen de sensibiliser  au scandale de la privatisation des services publics !

On va pas leur piquer leur travail ! Alors allez leur rendre visite en cliquant sur le ticket téléchargeable à apposer partout !

Solidarité avec les victimes de la répression

2 de nos amis Gilets Jaunes ont été interpellés le samedi 22 décembre devant la Préfecture et mis en garde à vue durant 24 H. 

1 autre est lui aussi mis en garde à vue pour avoir dénoncé via les réseaux sociaux les violences exercées par des forces de l’ordre munies de Flash balls (Castaners, qui ne recule devant rien, pour protéger son patron Macron, vient d’en commander 1280…bonjour les dégâts)

Quels sont les faits reprochés à nos amis, et les condamnations encourues ?

– Pour l’un, c’est un rappel à la loi, « pour participation à un attroupement en vue de commettre des violences et dégradations » (C’est sûr, à eux 2, ils allaient certainement prendre d’assaut la Préfecture !) Dans cette affaire le ridicule ne tue pas. Aujourd’hui, on peut être poursuivis pour des fait que l’on a pas commis. 

– Pour l’autre, c’est le passage devant le tribunal. On lui reproche de plus d’avoir dissimulé son visage avec un cache nez (sic). 

Ces sanctions ne visent qu’a vouloir nous faire rentrer dans le rang, à décrédibiliser notre mouvement. Mais ces manœuvres pathétiques ne feront que renforcer notre volonté d’exiger plus de justice sociale et plus de démocratie. 

Nous vous appelons toutes et tous à participer activement et financièrement à la défense de nos amis et de nos légitimes revendications, et à mettre en échec cette tentative de mise en place d’un Etat de plus en plus répressif.

Prenons en main notre destin ! Recréons un véritable lien de solidarité en aidant financièrement à la défense de nos amis, en partipant activement à notre lutte qui concerne tou(te)s les oublié(e)s et tou(te)s les invisibles laissé(e)s pour compte par ce gouvernement de chômage, de vie chère et de misère. 

POUR QUE 2019 SOIT L’ANNEE

D’UN VERITABLE PARTAGE DES RICHESSES

ET DE L’AVENEMENT

D’UNE VERITABLE DEMOCRATIE DANS NOTRE PAYS. 

ENTREZ DANS L’ESPOIR

EN REJOIGNANT NOTRE JUSTE CAUSE . 

RASSEMBLONS NOUS

DEVANT LE TRIBUNAL DE TROYES

LE 13 FEVRIER A 13 H 30 

Vous pouvez soutenir financièrement la lutte en contribuant à la cagnotte pour les frais de justice :

https://www.leetchi.com/c/solidarite-10

Mobilisons nous contre “la grande cheminée qui ne sert à rien”

C’est en ces termes, fort justes, qu’un ami désigne le projet démesuré de grand incinérateur à L Chapelle Saint-Luc.

Opinion que conforte le dernier rapport du CESER (Conseil économique, social et environnemental régional du Grand Est) qui demande un moratoire sur ce projet  “surdimensionnée”. Pour celles et ceux qui n’ont pas le temps de se plonger dans la prose administrative, la capacité de l’incinérateur a été calculée sur des chiffres très anciens (d’avant-hier”, dit le rapport) et aurait pour effet d’entraver la mise en place de pratiques de diminution des déchets.

Celles-ci étant de plus en plus nécessaires, et heureusement progressivement mises en place, l’incinérateur risque fort, en plus, de se retrouver en sous-capacité et donc non-viable : un investissement de 78 millions d’euros, pour une débâcle sociale et environnementale…

Quelques courageux-ses se sont lancé malgré tout dans la lutte. Nous vous appelons à les soutenir dans une nouvelle étape de leur lutte en signant une pétition à l’adresse du Préfet pour demander la mise en place de ce moratoire.

Clic sur l’image pour signer la pétition

Cette pétition sera un appui de poids pour mener à bien le recours nécessaire contre le projet devant le tribunal administratif. Vous pouvez contribuer au financement solidaire de cette initiative !

Lycée rural = lycée sacrifié ?

C’est ce qu’on pouvait lire sur la banderole des lycéens qui se sont mobilisés à Bar sur Aube, le vendredi 7 décembre 2018. C’était le lendemain d’une grève de 27 enseignants (sur 29) du lycée sur les conséquences concrètes de la réforme des lycées pour l’établissement baralbin.

Dans le projet inégalitaire de Blanquer, analysé ici par Paul Vannier, responsable du livret programmatique sur l’éducation, les lycées ne fourniront pas à tous les publics la même offre de formation, une façon de plus de fractionner le territoire républicain.

El les plus éloignés sont les plus lésés. Ainsi la non-création de la spécialité “Sciences de l’ingénieur”, qui s’inscrit dans la parfaite continuité de l’option qui était en place jusqu’à présent, et attirait de nombreux élèves des filières scientifiques, constitue à terme une menace grave pour le lycée Gaston Bachelard.

Une première initiative a été de lancer la pétition suivante.

La mise en place de la réforme du Lycée entraîne la suppression des filières traditionnelles (L, ES, S) remplacées par des enseignements de spécialités parmi lesquels les élèves auront à faire un choix (3 spécialités en classe de Première, 2 en Terminale).

A ce jour, il est prévu de proposer 8 spécialités à Bar-sur-Aube (Humanités-littérature-philosophie ; Langues-littératures et cultures étrangères ; Histoire-géographie-sciences politiques ; Mathématiques ; Physique-chimie ; Sciences économiques et sociales ; Sciences de la vie et de la terre ; Arts (cinéma-audiovisuel).

Afin de proposer une offre de formation équivalente à l’offre actuelle, les signataires demandent l’ouverture de la spécialité “Sciences de l’ingénieur” à la rentrée 2019, en plus des 8 spécialités ci-dessus citées. Il en va de la sauvegarde du lycée rural de Bar-sur-Aube.

 

La pétition est à signer à cette adresse : https://www.mesopinions.com/petition/social/sauvegarde-offre-formation-qualite-lycee-bar/55705

 

Les gilets jaunes interpellent les députés aubois


Eh bien camarade, tu peux être content … Y en a un sur trois qui t’a répondu…

Et tu pourras en profiter pour te réchauffer, vu que manifestement ces gens-là n’ont pas l’intention de venir se geler avec nous !

Pour nous, la France Insoumise, notre rôle n’est pas d’attendre le peuple, c’est d’en faire partie là où il lutte et où il porte la République…

On lâche rien ! Bravo à vous toutes et tous !

Joignons-nous au mouvement populaire des gilets jaunes !

Appel national à tout-e-s les insoumis-e-s !

Depuis une semaine, le peuple s’organise contre l’injuste pouvoir macronien. Les gens n’acceptent plus de voir leur salaire stagner, les aides sociales coupées, les services publics de proximité détruits, la CSG des retraité·e·s augmenter, alors que le pays n’a jamais été aussi riche. Ils n’acceptent plus de se voir tondre, quand les privilégiés, eux, bénéficient de tous les cadeaux fiscaux. Enfin, les gens n’acceptent plus qu’on les taxe d’anti-écologistes, alors qu’ils ne peuvent faire autrement que d’utiliser leur voiture.

Comme chacun·e a pu le voir, les raisons de la mobilisation dépassent le seul refus de voir augmenter les prix des carburants. C’est une contestation globale de la politique de Macron qui est à l’œuvre.

Nombre d’entre nous avons participé le week-end dernier aux manifestations. La France insoumise doit en effet accompagner ce mouvement, sans récupération, mais avec implication. Ce week-end, soyons donc des dizaines de milliers à nous rejoindre au mouvement du peuple en colère !