Européennes : analyse des votes sur Troyes

La liste France Insoumise aux élections européennes fait ses meilleurs scores sur Troyes dans les quartiers populaires : Quartier des Marots, Quartier des Chartreux, Quartier du Point du jour, Quartier Jules Guesde, Quartier des Blossières, Quartier des Lombards.
C’est également dans ces quartiers que le taux de participation est le plus faible et où le RN fait ses meilleurs scores.
Si on prend parar exemple le quartier des Chartreux, on constate que la participation y est de 39.2% seulement, avec les résultats suivants en pourcentages)

LFIRNLRLREMEELVPlace
Pub.
Gén.SPCF  
9,3640,284,4411,76,79 5,52,342,1

On sait que les quartiers populaires de Troyes sont habités par une population très multiculturelle et que le rejet de la politique de Macron s’est sans doute focalisé sur les thèses anti-immigration du RN.
Quant aux autres ils se sont soit abstenus soit ont espéré en votant en priorité France Insoumise qui arrive bien devant EELV, Place Publique, Génération.S et le PCF.
LR et son représentant Baroin payent quant à eux la politique du maire d‘abandon de ces quartiers.
Nos militants ont été bien présents sur 3 de ces quartiers (Chartreux, Point du Jour, Lombards). Il nous faudrait maintenant pouvoir atteindre également les trois autres quartiers où nous représentons un espoir.

Sans surprise, LR font leurs meilleurs scores dans les beaux quartiers Hôtel de Ville et Diderot. Mais, y compris en terre de Baroin,  ils y sont platement battus par LREM.
Les quartiers mixtes reflètent les scores les plus élevés de LREM et de Place Publique : Paul Bert, 14 Juillet, Jules Ferry et Preize.
EELV, quant à eux, ne font de beaux scores que dans les beaux quartiers de l’Hôtel de ville et de la Cathédrale.

En conclusion, l’espoir que nous pouvons être pour les populations des quartiers populaires doit être amplifié. Nous devons porter un message clair où ils puissent envisager un changement de leur quotidien difficile.
Pour les municipales, on voit nettement le rejet de la politique municipale actuelle. Faisons-en sorte que le RN ne cristallise pas toutes les colères. Proposons une liste avec des propositions parlantes et des élus dans lesquelles la multitude des habitants puissent se reconnaitre.

En conclusion, ma vision de Troyes en deux images

Marche pour le climat (Vote vert)
Marche Vérité et Justice pour Zakaria

 

 

 

 

 

Ces deux marches ont réuni  chacune environ 300 personnes qui ne se mélangent pas. A nous de construire les ponts, en fédérant le peuple !

Même dans la nuit la plus noire se faufile toujours un trait de lumière…

Ci-dessous un communiqué des groupes d’action dans l’Aube, à propos des élections européennes.

Les Insoumis-e-s du département remercient chaleureusement les 4802 citoyens qui ont porté leur suffrage sur la liste menée par Manon Aubry. Ils ont ainsi contribué à envoyer au parlement européen six députés de combat, pour défendre les peuples d’Europe dans une perspective de justice sociale et de protection écologique.

C’est le résultat d’une campagne où chacun a donné beaucoup, des militants de terrain aux candidats et équipes nationales. Merci à toutes et tous !

La France Insoumise n’a qu’un peu plus de trois ans d’existence, et elle est aujourd’hui présente au parlement européen.

Toutefois, ces députés auraient pu être bien plus nombreux pour y lutter contre le désastre annoncé de la concurrence généralisée si les forces politiquement les plus proches de la FI ne s’étaient pas entêtées dans des stratégies partidaires, souvent bien plus hostiles à son égard qu’à l’encontre de nos véritables adversaires politiques. La conséquence en a été de disperser les voix des citoyens qui ne veulent plus de cette Europe-là, anti-démocratique, anti-sociale et anti-écologique, et qui partagent les valeurs communes de lutte contre la prédation du capitalisme. Il est bien beau aujourd’hui, après les élections, d’appeler au rassemblement…

Dans l’Aube, qui n’affiche pas une santé éclatante, ces élections sont un désaveu cinglant pour la droite qui en occupe tous les postes de commande. Dans ce département qui a connu nombre de délocalisations, où on entasse déchets nucléaires et industriels, où fleurit le travail précaire, , la farce du prétendu duel Macron-Le Pen amène en tête de liste trois formations opposées à la hausse du SMIC et complices dans le vote et l’application des dispositifs répressifs contre le mouvement des Gilets Jaunes, authentique expression de la colère populaire.

Pour notre part, c’est donc encore et toujours qu’il faut fédérer le peuple dans les luttes indispensables à la sauvegarde de l’humanité, en rassemblant tous ceux qui se découvrent exclus et veulent être vus et entendus.

Même dans la nuit la plus noire se faufile toujours un trait de lumière… Les Insoumis-e-s du département continueront de nourrir cette espérance, au plus près des luttes sociales et écologiques, avec une exigence de démocratie réelle, en œuvrant sans relâche pour sortir au plus vite de la 5ème République et instaurer un véritable pouvoir populaire.

Dans cette perspective, d’autres échéances nous attendent. Au plus près des citoyen-en-s aubois, faisons de nos municipalités un laboratoire pour la 6ème République dont la France toute entière a plus que jamais besoin !

24 mai : grève mondiale pour le futur !

Communiqué de Youth for climate

Les rapports du GIEC et de l’IPBES sont clairs. Nous sommes dans une crise écologique majeure : Dérèglement climatique, destruction de la biodiversité, épuisement des ressources naturelles… Tout indique que nos modèles sociaux-économiques sont à l’origine de la 6ème extinction de masse. Pour éviter des catastrophes écologiques et sociales, les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer drastiquement et rapidement.

Pourtant, face à cette urgence, nous constatons l’insuffisance des actions entreprises par nos dirigeants politiques et économiques. Depuis maintenant plusieurs mois, la jeunesse, consciente des dangers qu’elle encourt pour son avenir, se mobilise massivement partout dans le monde : Youth For Climate, et Fridays For Future à l’international, sont devenus le symbole du passage à l’action d’une génération déjà pleinement consciente des changements à effectuer dans notre modèle sociétal.

Le 15 mars dernier, 200 000 jeunes en France et 1,8 million dans le monde étaient dans la rue pour porter nos revendications. Le lendemain, 350 000 personnes se sont à nouveau mobilisées pour la Marche du Siècle en plus des 2 millions de soutiens exprimés par les citoyens. Ce n’était qu’un début. Le vendredi 24 mai prochain, de nombreux collectifs, associations, ONG, partis et syndicats se joindront à eux pour une deuxième journée de grève internationale.

Cet appel à la grève est intergénérationnel et dépasse toute frontière : collégien.ne.s, lycéen.ne.s, étudiant.e.s, travailleur.euse.s, chômeur.euse.s, entrepreneur.euses.s, retraité.e.s et parents doivent lutter ensemble pour préserver leur droit à un futur vivable. Nous demandons que nos dirigeants prennent des mesures concrètes et à la hauteur des enjeux. Ces mesures doivent être compatibles avec une limitation du réchauffement climatique en-dessous de la barre des +1,5°C.

A deux jours des élections européennes, nous voulons aussi adresser un message : nous ne pouvons plus nous permettre de délaisser l’écologie, elle doit être au cœur de toute décision. À cette occasion, les jeunes de Francfort, Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg s’uniront pour faire entendre leur voix devant les grandes institutions européennes. Le monde entier va se mobiliser pour montrer sa détermination à construire un avenir possible.

Nous n’avons plus assez de temps pour nous satisfaire des petits pas, des promesses non actées et des combats séparés. Il est maintenant nécessaire de faire front commun pour obtenir des mesures à la hauteur des enjeux actuels et futurs.

Respect existence or expect resistance. (Respectez l’existence ou attendez-vous à de la résistance.)

Signataires :

350.org, Action non violente Cop21 (ANVCOP21), Alternatiba, Amis de la terre, Association des étudiants en médecine d’Angers (ADEMA), Astérya, Attac, AYYA, Bio consom’acteurs, BIZI!, Boycott Citoyen, CCFD-Terre Solidaire, CEMEA, Centre de recherche et d’information pour le développement (Crid), Citoyen.ne.s pour le Climat (CPLC), Citoyens Lobbyistes d’Intérêts Communs (CLIC), CliMates, Cnajep, Collectif des Associations Citoyennes, Coopérative Politique Ecologie Sociale, Coopérative EELV, Cop Trotter By EME, Décroissance 2019, Désobéissance Écolo Paris, Écocampus ENS, Éco’llectif, Ecologie au Quotidien Rhône Alpes, Enseignants pour la planète, Etudiants et Développement, Fédération des associations générales étudiantes, FIDL, le syndicat lycéen, Fondation ELYX, Gauche Démocratiques et Sociale, Génération Ecologie, Génération•s le mouvement, Grands Parents pour le Climat, Greenpeace France, GreenSAT, Gret ll Est Encore Temps, Ingénieurs sans frontières France, Jeunes Écologistes, Jeunes européens, Jeunes Génération.s (Organisation de jeunesse de Génération.s), La P’tite Rustine, Le mouvement, Le tri sera top, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Little Citizen for Climate, LUPA – Les Universitaires Planteurs d’Alternatives, MAG Jeunes LGBT, MNL – Mouvement National Lycéen, Mouvement Utopia, Notre affaire à tous, Nouvelle Donne Campus, Nous voulons des coquelicots, Objectif21, One Voice, On est prêt, On the Green Road, Osons les jours heureux, Parents For Future France, Parti communiste Français, Poly’RSE (Collectif DDRS du réseau Polytech), RenéSens, REFEDD – RÉseau Français des Étudiant.e.s pour le Développement Durable, Réseau Action Climat (RAC), SUD éducation, The New Locals, Union syndicale Solidaires, Union national des étudiants français (Unef), Union national lycéenne (UNL), Unis pour le climat, United4Earth, Workers For Future France, Youth For Climate France, ZEA

 

Carte des grèves du monde entier : https://fridaysforfuture.org/events/map

Infos pour les collégien.nes, lycéen.nes et étudiant.es de France : http://youthforclimate.fr/

Infos pour les salarié.es : https://www.facebook.com/events/2052466291713…

Festival de l’Insoumission : car gratuit depuis Troyes

LA FRANCE INSOUMISE MET EN PLACE UN CAR GRATUIT !

Remplissez le formulaire suivant (c’est pour qu’on vous retrouve à Troyes et qu’on ne vous perde pas à Paris!), puis cliquez sur l’autocar pour vous inscrire sur le site national (histoire de gérer au mieux les 47 places disponibles entre l’Aube et l’Yonne)

 

Clic sur limage pour s’inscrire sur le site national

Marche blanche pour Zakaria Touré

Samedi, une marche blanche était organisée pour dire un dernier adieu à Zakaria Touré. Plus de 300 personnes se sont réunies à 14 h devant l’hôtel de ville de Troyes. Des Insoumis-es aubois y ont participé.

Rappelons les faits : Le jeune homme est décédé le 19 février à l’âge de 21 ans, une enquête est en cours pour déterminer les causes de sa mort. D’après la presse locale, “le jeune homme de 21 ans, incarcéré à la prison de Troyes, avait été pris de convulsions. Transféré au centre hospitalier de Troyes, son état d’excitation (dû à une autre crise) a nécessité l’intervention du personnel soignant (plusieurs doses de médicaments lui ont été injectées) puis de policiers, qui ont fait usage de leur Taser pour tenter de le contrôler. Zakaria est décédé quelques heures après sa première crise de “convulsions inexpliquées”. ”

Le parquet a ouvert une enquête afin de déterminer les causes de la mort. Selon l’Est-éclair du 27 février, “les investigations médicales n’ont pas permis de lever les doutes.”

Mardi 23 avril, les proches ont pu rencontrer le procureur de la République qui leur assure faire son possible pour éclaircir les conditions du décès. C’est pour ne pas oublier et savoir que la famille de Zakaria a organisé la marche blanche de samedi.

Voir aussi le reportage de Canal 32

“Une Europe de citoyens, pas de consommateurs”

Ci-dessous la reproduction de l’article qu’a consacré la presse locale à la liste de la France Insoumise aux Européennes. Merci à elle de nous aider à contribuer au débat démocratique…

A parité de genre, ce sont André Smolarz et Anne Monsus qui ont porté la parole d’une Europe insoumise.

Des militants de la France Insoumise, soutiens de la liste de Manon Aubry, condamnent une Europe qui ne serait « qu’un marché de libre-échange ».

Comme beaucoup de militants, les sondages ne sont pas leur tasse de thé. Il n’empêche avec aux alentours de 8%, la liste de La France Insoumise (LFI) pourrait espérer cinq à six sièges dans le futur parlement européen. « Cela dit, même avec un seul siège actuellement, avec d’autres élus d’autres pays il est vrai, on a renversé la situation sur la pêche électrique », lance Anne Monsus. Avec André Smolarz, tous deux membres militants aubois de La France Insoumise, ils font campagne pour leur liste qui s’appuie sur le programme « L’avenir en commun », déjà mené lors des dernières élections présidentielle et législatives. Et avec comme priorité absolue la construction d’une Europe « sociale, solidaire et émancipatrice des citoyens. »

 PROGRÈS SOCIAL ET RESPONSABILITÉ ENVIRONNEMENTALE

« Lorsque l’on regarde l’Europe d’aujourd’hui, cette Europe de libre-échange, elle apparaît incompatible avec le progrès social et la responsabilité environnementale. Nous sommes pour une révolution citoyenne. Nous désobéirons aux traités », martèlent les deux militants.

S’agissant de la question des flux migratoires, LFI «prône des mesures d’urgence et humaintaires » ainsi que des mesures de soutien aux pays d’accueil. LFI entend également « créer un statut « détresse climatique et alimentaire » et revoir les accords qui étrangement les pays en voie de développement ».

UNE MONNAIE COMMUNE AVEC LES BRICS

Quid de l’avenir de la monnaie euro ? « Ce n’est pas prioritaire dans le cadre de cette élection, mais nous souhaitons à terme construire une monnaie commune de réserve avec les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, NDLR) pour faire face à l’hégémonie du dollar. »

La politique agricole commune ? « Elle a beaucoup apporté au début. Mais avec la libéralisation, ça ne va pas du tout dans le sens d’une autonomie alimentaire. A La France Insoumise, nous prônons la relocalisation des productions avec une vraie réforme du modèle agricole, avec plus de reconversions, plus de bio. Que chacun vive dignement de son travail, quelle que soit sa profession. Nous voulons une Europe de citoyens et pas une Europe de consommateurs. Et surtout pas d’une Union européenne qui n’est qu’un marché de libre-échange, symbole de casse et de désastre », souligne encore Anne Monsus.

Pas de réunion publique en vue pour le moment pour LFI, durant cette campagne électorale. Manon Aubry, on s’en souvent, avait rempli la salle polyvalent de Saint-Julien-les -Villas, le 28 mars dernier, lors d’un meeting régional.

JEAN-FRANÇOIS LAVILLE

Nos commentaires :

la victoire de Younous Omarjee, seul député LFI au parlement européen, sur la pêche électrique : https://lafranceinsoumise.fr/2019/02/15/peche-electrique-apres-la-victoire-de-younous-omarjee-les-deputes-insoumis-demandent-linterdiction-immediate-en-france/

le programme de La France Insoumise pour les européennes, au sein du regroupement européen “Maintenant le peuple’ : clic sur l’image pour télécharger

 

Enfin, dernière nouvelle, pas connue à l’heure de l’article, Marina Mesure, candidate LFI aux élections européennes, sera à Bar sur Aube le lundi 13 mai…

Le 8 mars, un peu d’histoire…

D’après cet article du “CNRS Le Journal”, la journée des femmes est le résultat d’une initiative prise par Clara Zetkin en 1910, qui la propose à cette date à la conférence internationale des femmes socialistes.

Il faudra soixante sept ans pour que l’ONU la reconnaisse et en fasse une date officielle, et la France encore une fois en ce domaine ne se pressera pas puisque la journée des femmes n’y sera instituée qu’en 1982 !

Article passionnant à lire en cliquant sur la photo :

Sur la question de l’égalité hommes femmes, la France Insoumise propose dans L’Avenir en communentre autres choses, de réduire l’inégalité hommes femmes dans les entreprises :

L’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas une question morale. Ce n’est pas non plus une question institutionnelle ou sociétale. C’est d’abord une question sociale ! Aujourd’hui encore, à postes et qualifications équivalents, les femmes sont moins payées que les hommes. Et la maternité reste un risque pour la carrière de nombreuses femmes. Cela suffit. Il est plus que temps d’agir et de contraindre ceux qui ne veulent pas de l’égalité !
Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

Si vous voulez en savoir plus, demandez le livret programmatique  !

 

Des initiatives pour l’égalité des femmes

Demain 8 mars, journée de lutte pour le droit des femmes…

Une initiative nationale vous expliquera le silence de JLM sur la lettre de Macron (si, si, il peut se taire, quand le silence est d’or…)

Alors, en solidarité derrière l’ordinateur, deux initiatives locales, auxquelles les Insoumis-e-s pourront participer…

et un café citoyen, organisé par Troyes insoumise, sur la question…

(C’est de 18 à 20 heures, au Gainz Bar, 39 rue de la cité à Troyes)