Le 8 mars, un peu d’histoire…

D’après cet article du “CNRS Le Journal”, la journée des femmes est le résultat d’une initiative prise par Clara Zetkin en 1910, qui la propose à cette date à la conférence internationale des femmes socialistes.

Il faudra soixante sept ans pour que l’ONU la reconnaisse et en fasse une date officielle, et la France encore une fois en ce domaine ne se pressera pas puisque la journée des femmes n’y sera instituée qu’en 1982 !

Article passionnant à lire en cliquant sur la photo :

Sur la question de l’égalité hommes femmes, la France Insoumise propose dans L’Avenir en communentre autres choses, de réduire l’inégalité hommes femmes dans les entreprises :

L’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas une question morale. Ce n’est pas non plus une question institutionnelle ou sociétale. C’est d’abord une question sociale ! Aujourd’hui encore, à postes et qualifications équivalents, les femmes sont moins payées que les hommes. Et la maternité reste un risque pour la carrière de nombreuses femmes. Cela suffit. Il est plus que temps d’agir et de contraindre ceux qui ne veulent pas de l’égalité !
Nous proposons de réaliser les mesures suivantes :

Si vous voulez en savoir plus, demandez le livret programmatique  !

 

Des initiatives pour l’égalité des femmes

Demain 8 mars, journée de lutte pour le droit des femmes…

Une initiative nationale vous expliquera le silence de JLM sur la lettre de Macron (si, si, il peut se taire, quand le silence est d’or…)

Alors, en solidarité derrière l’ordinateur, deux initiatives locales, auxquelles les Insoumis-e-s pourront participer…

et un café citoyen, organisé par Troyes insoumise, sur la question…

(C’est de 18 à 20 heures, au Gainz Bar, 39 rue de la cité à Troyes)

Meeting du 28 février : car depuis Reims

Afin de permettre au plus grand nombre de participer au meeting du 28 février à Saint Julien les Villas, la France Insoumise met en place un car ­gratuit sur l’itinéraire Reims/Saint-Julien  les Villas.

Inscrivez vous et faites inscrire… Il y a une cinquantaine de places . Merci !

Et au 28, nous espérons !

Copie de Lieux et horaires

Endroit de l'arrêtVilleDépartRetour
Parking René Tys
13 Avenue Paul Marchandeau
REIMS17 h 30vers 00 h 30
Salle polyvalenteSAINT JULIEN LES VILLAS19 h 3022 h 30

 

Je suis avant tout un homme…

Loin des polémiques sans fondement, la parole d’un insoumis de terrain…

Des copains et moi avons entendu l’appel qui circule dans les médias pour témoigner de notre désaccord avec des actes et des propos nauséabonds qui polluent le “vivre ensemble”.­

A ce titre, nous faisons appel à être mobilisé ce mardi prochain de 18H00 à 19H00, place de l’Hôtel de Ville de TROYES.

Pour moi, cette mobilisation Citoyenne a pour seul objectif d’affirmer qu’aucun être humain, quelles que soient sa religion, sa particularité sociale, son sexe, sa couleur de peau, ses origines, . . . ne peut faire l’objet d’insultes ou de violences pour sa singularité.

Si des systèmes sont à réviser, cela ne peut sectraduire par une montée de haine contre des individus. Si des systèmes doivent être contestés, ils doivent être rejetés comme organisations partiales et, de ce fait, injustes dans leur globalité.

Profondément “Citoyen” (celui qui vit dans la cité), je suis à la fois, Républicain, écologiste, socialement laïc, Insoumis, Gilet Jaune, “irritable” certaine fois, et que sais-je… Je suis avant tout un homme qui en priorité  besogne pour la dignité et l’émancipation de tous.

Soyez nombreux à venir et à appeler à cette rencontre pour témoigner contre toutes sortes de haines et de discriminations, sans souci de ce que d’aucuns cherchent à  les utiliser à  des fins partisanes .

Manon répond à l’Aube insoumise…

A l’occasion de sa venue à Saint-André les Vergers, Manon Aubry a répondu aux interrogations qui pouvaient être les nôtres, ici dans le département, sur les enjeux de l’élection européenne.

 

Une nouvelle marche pour le climat

Dimanche 27 janvier aura lieu à Troyes une “Marche de réveil pour le climat”.

https://www.facebook.com/events/1091016371080004/

Voici un manifeste qui a été établi par l’ensemble des associations et particuliers participants à l’organisation de la marche.

Ce texte sera utilisé de 2 manières :

– manifeste remis au élus le jour de la marche.
– pétition à faire signer dès aujourd’hui autour de vous et aussi le jour de la marche. L’ensemble des signatures sera ensuite envoyé aux élus après la marche.

Alors, pour la réussite de l’opération, quelqu’un a dit : “on-compte-sur-vous” !

Cliquez sur l’image pour télécharger le texte de la pétition 

Solidarité avec les victimes de la répression

2 de nos amis Gilets Jaunes ont été interpellés le samedi 22 décembre devant la Préfecture et mis en garde à vue durant 24 H. 

1 autre est lui aussi mis en garde à vue pour avoir dénoncé via les réseaux sociaux les violences exercées par des forces de l’ordre munies de Flash balls (Castaners, qui ne recule devant rien, pour protéger son patron Macron, vient d’en commander 1280…bonjour les dégâts)

Quels sont les faits reprochés à nos amis, et les condamnations encourues ?

– Pour l’un, c’est un rappel à la loi, « pour participation à un attroupement en vue de commettre des violences et dégradations » (C’est sûr, à eux 2, ils allaient certainement prendre d’assaut la Préfecture !) Dans cette affaire le ridicule ne tue pas. Aujourd’hui, on peut être poursuivis pour des fait que l’on a pas commis. 

– Pour l’autre, c’est le passage devant le tribunal. On lui reproche de plus d’avoir dissimulé son visage avec un cache nez (sic). 

Ces sanctions ne visent qu’a vouloir nous faire rentrer dans le rang, à décrédibiliser notre mouvement. Mais ces manœuvres pathétiques ne feront que renforcer notre volonté d’exiger plus de justice sociale et plus de démocratie. 

Nous vous appelons toutes et tous à participer activement et financièrement à la défense de nos amis et de nos légitimes revendications, et à mettre en échec cette tentative de mise en place d’un Etat de plus en plus répressif.

Prenons en main notre destin ! Recréons un véritable lien de solidarité en aidant financièrement à la défense de nos amis, en partipant activement à notre lutte qui concerne tou(te)s les oublié(e)s et tou(te)s les invisibles laissé(e)s pour compte par ce gouvernement de chômage, de vie chère et de misère. 

POUR QUE 2019 SOIT L’ANNEE

D’UN VERITABLE PARTAGE DES RICHESSES

ET DE L’AVENEMENT

D’UNE VERITABLE DEMOCRATIE DANS NOTRE PAYS. 

ENTREZ DANS L’ESPOIR

EN REJOIGNANT NOTRE JUSTE CAUSE . 

RASSEMBLONS NOUS

DEVANT LE TRIBUNAL DE TROYES

LE 13 FEVRIER A 13 H 30 

Vous pouvez soutenir financièrement la lutte en contribuant à la cagnotte pour les frais de justice :

https://www.leetchi.com/c/solidarite-10

Mobilisons nous contre “la grande cheminée qui ne sert à rien”

C’est en ces termes, fort justes, qu’un ami désigne le projet démesuré de grand incinérateur à L Chapelle Saint-Luc.

Opinion que conforte le dernier rapport du CESER (Conseil économique, social et environnemental régional du Grand Est) qui demande un moratoire sur ce projet  “surdimensionnée”. Pour celles et ceux qui n’ont pas le temps de se plonger dans la prose administrative, la capacité de l’incinérateur a été calculée sur des chiffres très anciens (d’avant-hier”, dit le rapport) et aurait pour effet d’entraver la mise en place de pratiques de diminution des déchets.

Celles-ci étant de plus en plus nécessaires, et heureusement progressivement mises en place, l’incinérateur risque fort, en plus, de se retrouver en sous-capacité et donc non-viable : un investissement de 78 millions d’euros, pour une débâcle sociale et environnementale…

Quelques courageux-ses se sont lancé malgré tout dans la lutte. Nous vous appelons à les soutenir dans une nouvelle étape de leur lutte en signant une pétition à l’adresse du Préfet pour demander la mise en place de ce moratoire.

Clic sur l’image pour signer la pétition

Cette pétition sera un appui de poids pour mener à bien le recours nécessaire contre le projet devant le tribunal administratif. Vous pouvez contribuer au financement solidaire de cette initiative !

“C’est la survie du lycée qui serait menacée”

C’est l’enjeu de la mobilisation des enseignants du lycée Gaston Bachelard, à Bar sur Aube, face aux conséquences catastrophiques pour l’établissement baralbin de la mise en place de la réforme des lycées.

Devant des parents, des citoyens, des élus et des gilets jaunes, explication de la situation et de la mobilisation…

Deux absents de taille (si on peut dire !) :

  • le maire de Bar sur Aube, qui doit penser que puisque l’on ferme Clairvaux pour ouvrir Lavau, il peut bien offrir quelques élèves aux lycées de son ami Baroin ;
  • le député, qui n’a sans doute toujours par reçu le mail d’alerte envoyé par les enseignants en grève à 100% le 6 décembre, et qui avait sereinement répondu aux lycées venus le voir le vendredi 7 décembre qu’il n’était au courant de rien !

En Macronie (pas si) triomphante, la même réponse aurait été faite par la Rectrice : “les enseignants, les parents, les gens quoi… n’auraient pas compris la réforme !” Fonder sa raison en supposant la bêtise des autres, la forme la plus répandue du mépris…

On a vu à quoi cela mène !

Les militant-e-s de l’Aube Insoumise apportent tout leur soutien à cette mobilisation pour le service public d’éducation à Bar sur Aube.

Lycée rural = lycée sacrifié ?

C’est ce qu’on pouvait lire sur la banderole des lycéens qui se sont mobilisés à Bar sur Aube, le vendredi 7 décembre 2018. C’était le lendemain d’une grève de 27 enseignants (sur 29) du lycée sur les conséquences concrètes de la réforme des lycées pour l’établissement baralbin.

Dans le projet inégalitaire de Blanquer, analysé ici par Paul Vannier, responsable du livret programmatique sur l’éducation, les lycées ne fourniront pas à tous les publics la même offre de formation, une façon de plus de fractionner le territoire républicain.

El les plus éloignés sont les plus lésés. Ainsi la non-création de la spécialité “Sciences de l’ingénieur”, qui s’inscrit dans la parfaite continuité de l’option qui était en place jusqu’à présent, et attirait de nombreux élèves des filières scientifiques, constitue à terme une menace grave pour le lycée Gaston Bachelard.

Une première initiative a été de lancer la pétition suivante.

La mise en place de la réforme du Lycée entraîne la suppression des filières traditionnelles (L, ES, S) remplacées par des enseignements de spécialités parmi lesquels les élèves auront à faire un choix (3 spécialités en classe de Première, 2 en Terminale).

A ce jour, il est prévu de proposer 8 spécialités à Bar-sur-Aube (Humanités-littérature-philosophie ; Langues-littératures et cultures étrangères ; Histoire-géographie-sciences politiques ; Mathématiques ; Physique-chimie ; Sciences économiques et sociales ; Sciences de la vie et de la terre ; Arts (cinéma-audiovisuel).

Afin de proposer une offre de formation équivalente à l’offre actuelle, les signataires demandent l’ouverture de la spécialité “Sciences de l’ingénieur” à la rentrée 2019, en plus des 8 spécialités ci-dessus citées. Il en va de la sauvegarde du lycée rural de Bar-sur-Aube.

 

La pétition est à signer à cette adresse : https://www.mesopinions.com/petition/social/sauvegarde-offre-formation-qualite-lycee-bar/55705