Les Insoumis à la marche pour le climat !

Vendredi 29 novembre, les Insoumis se sont joints aux citoyens qui luttaient pour le climat, contre la folie consumériste symbolisée par l’opération publicitaire Black Friday. On sait que plus du quart des objets achetés ce jour-là retourneront aux invendus ou finiront à la poubelle… et la moyenne générale de baisse, quand on fait attention aux prix de départ, aux promotions partielles, aux intérêts de prêts à la consommation, n’est que de 0,2 %.

Ou encore un bon moyen de faire tourner une machine folle, pour le bénéfice de quelques-uns, sans réelle utilité pour l’ensemble de la population.

Le point de vue des Insoumis lors de la manifestation

Clic sur le logo pour voir le JT sur le site de Canal 32

Cette action s’inscrivait dans l’appel national de la France Insoumise contre le Black Friday.

À l’initiative de différentes associations, une journée de « Block Friday » a été organisée.  Elle a donné lieu à une multitude d’actions de désobéissance non-violentes contre l’événement annuel « Black Friday » de méga-promotions mondiales, symbole d’un modèle économique climaticide.

À la pointe avancée de cette dérive, Amazon. En 2018, l’entreprise a émis autant de gaz à effet de serre que le Portugal, dissimule plus de la moitié de son chiffre d’affaires français, a détruit trois millions de produits neufs et continue de faire disparaître les emplois des commerces traditionnels. Dans la continuité des marches pour le climat, ces actions concrètes de résistance et de révolte contre un système de surconsommation à bout de souffle sont salutaires. La France insoumise soutient donc ces actions. 

Les scientifiques tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme en matière d’urgence écologique. Pour garder un espoir de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6 % par an. Soit fournir chaque année, pendant 10 ans, un effort deux fois plus important que si nous avions concrètement agi il y a 10 ans. Alors même qu’au lieu de décroître, ces émissions continuent d’augmenter annuellement.

À l’origine de ces émissions de gaz à effet de serre, un cercle vicieux qui se répète : produire plus, pour consommer plus, pour produire plus… Or, nous vivons sur une planète aux ressources finies. Nous ne pouvons pas prendre plus à la planète que ce qu’elle peut reconstituer en un an, ni produire plus, y compris de déchets, que ce qu’elle peut supporter. L’urgence est donc à respecter les limites planétaires, au lieu de consommer l’équivalent de 3 planètes par an. 

Si l’on ne change pas radicalement nos manières de produire et de consommer, il est prévu un triplement de la masse de déchets dans le monde d’ici 2100. D’abord, nous croulons sous les objets, pris dans un grand déménagement du monde permanent. Puis nous croulons littéralement sous les déchets. Sans parler des 350 millions de tonnes de plastique, souvent à usage unique, qui se dispersent en millions de particules. Il y aura bientôt plus de plastique que de poissons en Méditerranée.

D’autant que ces tonnes de déchets sont massivement exportés. Réserves d’eau contaminées, récoltes perdues, maladies respiratoires, installation de mafias du plastique, des ramasseur·ses de déchets précaires exposés… des pays et des populations assument les coûts économiques, sociaux et environnementaux de notre pollution exportée. Enterrez ces déchets que nous ne saurions voir.

Il convient de rappeler que les premier·es responsables de la pollution sont les industriels, non pas les individus. La culpabilisation des consommatrices et des consommateurs est inutile. Comme le dit Paul Connet, fondateur du mouvement Zero Waste : « si un objet ne peut être ni réparé, ni composté, ni recyclé, alors il n’aurait pas dû être produit ». L’urgence est à sortir de l’ère du tout-jetable. La France insoumise défend la nécessité d’un état régulateur qui mette au pas les industriels, interdise l’obsolescence programmée et la publicité. Les messages publicitaires délivrés – à toute heure et tout au long de l’année – accaparent les regards et les pensées. 

Nous défendons un monde où chacune et chacun aurait le droit de ne pas être sollicité·e en permanence par des injonctions publicitaires à l’achat, à la consommation, à l’être par l’avoir. Stoppons Amazon et son monde !

Pour en savoir plus :

MICHELIN : Les Insoumis disent non à l’intimidation !

Les Insoumis devant Michelin

Les camarades de Lutte Ouvrière s’étaient vus refuser la possibilité de distribuer des tracts devant l’usine Michelin le 14 octobre.

Devant cet essai patronal d’entraver la parole politique de soutien aux salariés, surtout de la part d’une entreprise qui s’est gavée au CICE pour s’offrir le luxe de licencier et de fermer une usine, la France Insoumise, le PCF et Lutte ouvrière ont distribué conjointement devant les portes de l’usine ce mercredi 6 novembre.

Dans leur lutte contre les licenciements et la fermeture de l’usine de La Roche sur Son, les salariés ont tout le soutien de la France Insoumise. On peut ainsi lire dans Ouest-France du 7 octobre l’article suivant :

Inquiets quant à l’avenir du site Michelin à La Roche-sur-Yon, des salariés ont débrayé, vendredi 4 octobre
.Le groupe des Insoumis de La Roche-sur-Yon réagit : « Les Insoumis yonnais soutiennent les salariés de l’usine Michelin de La Roche-sur-Yon. Nous étions à leur côté lors de la grève du 4 octobre 2018, à l’appel de la CGT. Nous avons manifesté et affirmé notre solidarité dans cette lutte hélas prémonitoire. »
Sous la plume de Gorges Perron, le collectif tacle l’absence des « collectivités vendéennes et (de) leurs élus ». Le collectif appelle les Yonnais « à réagir pour sauvegarder l’emploi de leurs amis, de leurs parents, de leurs collègues salariés et ouvriers ». Pour la France insoumise, le groupe Michelin, « une fois de plus, vise à faire payer à ses salariés les dividendes de ses actionnaires ».

Rojava : rassemblement de soutien

Mercredi 30 octobre à 18 heures se tenait un rassemblement de soutien au Rojava agressé, au mépris du droit international, par l’armée turque, et abandonné lâchement par ceux, pays de l’Europe et Etats-Unis, pour lesquels ils ont sacrifie 11000 jeunes gens et filles pour vaincre Daesh.

Mercredi 30 octobre à 18 heures se tenait un rassemblement de soutien au Rojava agressé, au mépris du droit international, par l’armée turque, et abandonné lâchement par ceux, pays de l’Europe et Etats-Unis, pour lesquels ils ont sacrifie 11000 jeunes gens et filles pour vaincre Daesh.

Les Insoumis sur la place de l'Hôtel de Ville

Des Insoumis-e-s étaient venu-e-s de tout le département, et même trois camarades avaient fait le déplacement depuis la Haute-Marne pour affirmer notre attachement à cette expérience exceptionnelle de justice, de féminisme, de démocratie et d’écologie qu’est le projet politique du Rojava.

Des Insoumis-e-s étaient venu-e-s de tout le département, et même trois camarades avaient fait le déplacement depuis la Haute-Marne pour affirmer notre attachement à cette expérience exceptionnelle de justice, de féminisme, de démocratie et d’écologie qu’est le projet politique du Rojava.

Assistantes maternelles en lutte

Samedi 26 octobre 2019, les Insoumis sont venus prêter main forte aux assistantes maternelles en lutte contre les attaques que subit leur profession.

Voici le texte de leur pétition, que vous pouvez télécharger… et faire signer en cliquant sur l’image ci-dessous.

“Nous, Assistant.e.s Maternel.le.s, avons été mobilisé.es durant 6 mois pour défendre les particularités de notre indemnisation par pôle emploi lorsque nous perdons une partie de notre activité lors d’une entrée en crèche de l’enfant ou en cas de déménagement des parents par exemple.

Lors de sa présentation de la réforme de l’assurance chômage, Madame PENICAULT avait déclaré ne pas toucher à ces règles particulières qui compensent la précarité de notre profession.

Quelques semaines plus tard, nous apprenons que nous faisons l’objet d’une nouvelle attaque totalement injuste.
En effet l’article 49 du projet sur la loi de financement de la sécurité sociale vient ajouter une nouvelle règle consistant à nous obliger à nous inscrire sur le site de la CAF (monenfant.fr) et à y indiquer nos disponibilités et les plages horaires concernées.

Après le décret du 30 décembre 2018 qui a considérablement amplifié les sanctions contre les privés d’emploi, c’est au tour des Assistant.e.s Maternel.le.s d’être stigmatisé.es par le gouvernement qui n’hésite pas à brandir la menace du retrait de leur agrément.

Alors que nous, professionnel.le.s, et nos employeurs négociions nos contrat, que les conditions d’accueil peuvent et doivent être adaptées en fonction des besoins des enfants, on voudrait donc nous imposer un remplissage maximal en fonction de nos agrément !

Un projet qui semble cohérent avec les ordonnances sur la petite enfance qui paraitront en décembre et qui prévoient d’augmenter le nombre d’enfants accueillis dans les micro-crèches.

Les enfants sont-ils une marchandise que l’on va entasser dans les différents modes d’accueil ? Pour nous la réponse est NON !

Le gouvernement ferait mieux de s’occuper de notre statut largement dérogatoire au code du travail.
Nous attendons toujours la confirmation de la possibilité de bénéficier de la médecine du travail et nous rappelons que, loin de profiter de l’assurance chômage, nos semaines atteignent très souvent des volumes horaires hors normes, loin des 35 heures.

Nous sommes des professionnel.le.s de la petite enfance, c’est à nous de gérer notre activité en préservant l’intérêt et le bien-être des enfants que nous accueillons.

Nous sommes déjà suivi.e.s par les services PMI des conseils départementaux et par les relais d’assistants maternels qui connaissent nos capacités d’accueil, pourquoi nous imposer de nouvelles obligations déclaratives ?”

Dix millions de fraude à la Sécurité Sociale ?

En ces temps ou le néolibéralisme du gouvernement ne connaît plus de limites, et envisage dans le PLFSS 2020 de voler sur nos cotisations ce qu’il a lâché sous la pression des gilets jaunes en décembre, le combat de Raymonde et Claude Didierjean prend encore plus de sens !

En cause, la façon bien désinvolte dont l’établissement de Bourbonne les Bains joue sur le soit-disant “flou” de la législation (alors que le texte est précis – “5 sites d’application”) pour ne faire aux curistes que trois applications au lieu des cinq prévues dans le remboursement forfaitaire de la Sécurité Sociale. Et, le comble, ils sont loin d’être les seuls à ainsi abuser des fonds publics !

Raymonde et Claude ont, comme vous pourrez le lire dans les deux articles ci-joints, mené tous les combats possibles : pétition, lettres aux députés, interpellation de la CAM, concours d’un avocat…

Lire l'article de Que Choisir ?

DIX MILLIONS DE FRAUDE POTENTIELLE

Les deux soins manquants peuvent être facturés 180€ indûment, voire  plus.Sur les 71 stations interrogées, 63 ont répondu : 47 stations (75%) seraient hors la loi.Á 470 000 curistes RH par an en 2017 sur 2 ans, si 60% ont subit cette fraude, on obtient :

940000x180x60% = 10 476 000 € pris dans nos poches

Conséquence de ce dévouement à la cause commune : sous prétexte de non-respect du règlement intérieur, le PDG de VALVITAL, M. Bernard Riac, propriétaire de onze établissements dont celui de Bourbonne les Bains leur refuse l’accès à ses onze établissements, alors que les eaux de Bourbonne les Bains sont les plus adaptées au traitement de l’ostéoporose de Raymonde et de la coxarthrose sévère de Claude… 

Lire l'article de FR3 Grand Est
L'aspect juridique de l'affaire : lisez la lettre de l'avocat de Raymonde et Claude

Raymonde et Claude ont quand même reçu une réponse de la sécurité sociale : si l’on y lit que le “flou” de la législation amènera à une nouvelle rédaction de l’article incriminé en 2020, on y lit aussi que ” le préjudice à la sécurité sociale n’est pas clairement établi dans la mesure où un supplément serait facturé aux curistes par l’établissement thermal pour la délivrance de 5 applications” ! Est-ce à dire qu’il est normal que des soins remboursés par la SS soient en plus facturés à l’usager ?

L’Aube insoumise tient à affirmer son soutien à ce combat juste et courageux.

Elles vous appelle à signer la pétition en cliquant sur le bouton en haut de l’article !

Elle saisit son groupe parlementaire, et en particulier les deux députés référents des départements de l’Aube (Adrien Quatennens) et de la Haute-Marne (Caroline Fiat) pour interpeller sous la meilleure forme la ministre de la santé, et proposer toute disposition législative susceptible de mettre fin à ce scandale !

Le livret programmatique de la France Insoumise

Européennes : analyse des votes sur Troyes

La liste France Insoumise aux élections européennes fait ses meilleurs scores sur Troyes dans les quartiers populaires : Quartier des Marots, Quartier des Chartreux, Quartier du Point du jour, Quartier Jules Guesde, Quartier des Blossières, Quartier des Lombards.
C’est également dans ces quartiers que le taux de participation est le plus faible et où le RN fait ses meilleurs scores.
Si on prend parar exemple le quartier des Chartreux, on constate que la participation y est de 39.2% seulement, avec les résultats suivants en pourcentages)

LFIRNLRLREMEELVPlace
Pub.
Gén.SPCF  
9,3640,284,4411,76,79 5,52,342,1

On sait que les quartiers populaires de Troyes sont habités par une population très multiculturelle et que le rejet de la politique de Macron s’est sans doute focalisé sur les thèses anti-immigration du RN.
Quant aux autres ils se sont soit abstenus soit ont espéré en votant en priorité France Insoumise qui arrive bien devant EELV, Place Publique, Génération.S et le PCF.
LR et son représentant Baroin payent quant à eux la politique du maire d‘abandon de ces quartiers.
Nos militants ont été bien présents sur 3 de ces quartiers (Chartreux, Point du Jour, Lombards). Il nous faudrait maintenant pouvoir atteindre également les trois autres quartiers où nous représentons un espoir.

Sans surprise, LR font leurs meilleurs scores dans les beaux quartiers Hôtel de Ville et Diderot. Mais, y compris en terre de Baroin,  ils y sont platement battus par LREM.
Les quartiers mixtes reflètent les scores les plus élevés de LREM et de Place Publique : Paul Bert, 14 Juillet, Jules Ferry et Preize.
EELV, quant à eux, ne font de beaux scores que dans les beaux quartiers de l’Hôtel de ville et de la Cathédrale.

En conclusion, l’espoir que nous pouvons être pour les populations des quartiers populaires doit être amplifié. Nous devons porter un message clair où ils puissent envisager un changement de leur quotidien difficile.
Pour les municipales, on voit nettement le rejet de la politique municipale actuelle. Faisons-en sorte que le RN ne cristallise pas toutes les colères. Proposons une liste avec des propositions parlantes et des élus dans lesquelles la multitude des habitants puissent se reconnaitre.

En conclusion, ma vision de Troyes en deux images

Marche pour le climat (Vote vert)
Marche Vérité et Justice pour Zakaria

 

 

 

 

 

Ces deux marches ont réuni  chacune environ 300 personnes qui ne se mélangent pas. A nous de construire les ponts, en fédérant le peuple !

Même dans la nuit la plus noire se faufile toujours un trait de lumière…

Ci-dessous un communiqué des groupes d’action dans l’Aube, à propos des élections européennes.

Les Insoumis-e-s du département remercient chaleureusement les 4802 citoyens qui ont porté leur suffrage sur la liste menée par Manon Aubry. Ils ont ainsi contribué à envoyer au parlement européen six députés de combat, pour défendre les peuples d’Europe dans une perspective de justice sociale et de protection écologique.

C’est le résultat d’une campagne où chacun a donné beaucoup, des militants de terrain aux candidats et équipes nationales. Merci à toutes et tous !

La France Insoumise n’a qu’un peu plus de trois ans d’existence, et elle est aujourd’hui présente au parlement européen.

Toutefois, ces députés auraient pu être bien plus nombreux pour y lutter contre le désastre annoncé de la concurrence généralisée si les forces politiquement les plus proches de la FI ne s’étaient pas entêtées dans des stratégies partidaires, souvent bien plus hostiles à son égard qu’à l’encontre de nos véritables adversaires politiques. La conséquence en a été de disperser les voix des citoyens qui ne veulent plus de cette Europe-là, anti-démocratique, anti-sociale et anti-écologique, et qui partagent les valeurs communes de lutte contre la prédation du capitalisme. Il est bien beau aujourd’hui, après les élections, d’appeler au rassemblement…

Dans l’Aube, qui n’affiche pas une santé éclatante, ces élections sont un désaveu cinglant pour la droite qui en occupe tous les postes de commande. Dans ce département qui a connu nombre de délocalisations, où on entasse déchets nucléaires et industriels, où fleurit le travail précaire, , la farce du prétendu duel Macron-Le Pen amène en tête de liste trois formations opposées à la hausse du SMIC et complices dans le vote et l’application des dispositifs répressifs contre le mouvement des Gilets Jaunes, authentique expression de la colère populaire.

Pour notre part, c’est donc encore et toujours qu’il faut fédérer le peuple dans les luttes indispensables à la sauvegarde de l’humanité, en rassemblant tous ceux qui se découvrent exclus et veulent être vus et entendus.

Même dans la nuit la plus noire se faufile toujours un trait de lumière… Les Insoumis-e-s du département continueront de nourrir cette espérance, au plus près des luttes sociales et écologiques, avec une exigence de démocratie réelle, en œuvrant sans relâche pour sortir au plus vite de la 5ème République et instaurer un véritable pouvoir populaire.

Dans cette perspective, d’autres échéances nous attendent. Au plus près des citoyen-en-s aubois, faisons de nos municipalités un laboratoire pour la 6ème République dont la France toute entière a plus que jamais besoin !

24 mai : grève mondiale pour le futur !

Communiqué de Youth for climate

Les rapports du GIEC et de l’IPBES sont clairs. Nous sommes dans une crise écologique majeure : Dérèglement climatique, destruction de la biodiversité, épuisement des ressources naturelles… Tout indique que nos modèles sociaux-économiques sont à l’origine de la 6ème extinction de masse. Pour éviter des catastrophes écologiques et sociales, les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer drastiquement et rapidement.

Pourtant, face à cette urgence, nous constatons l’insuffisance des actions entreprises par nos dirigeants politiques et économiques. Depuis maintenant plusieurs mois, la jeunesse, consciente des dangers qu’elle encourt pour son avenir, se mobilise massivement partout dans le monde : Youth For Climate, et Fridays For Future à l’international, sont devenus le symbole du passage à l’action d’une génération déjà pleinement consciente des changements à effectuer dans notre modèle sociétal.

Le 15 mars dernier, 200 000 jeunes en France et 1,8 million dans le monde étaient dans la rue pour porter nos revendications. Le lendemain, 350 000 personnes se sont à nouveau mobilisées pour la Marche du Siècle en plus des 2 millions de soutiens exprimés par les citoyens. Ce n’était qu’un début. Le vendredi 24 mai prochain, de nombreux collectifs, associations, ONG, partis et syndicats se joindront à eux pour une deuxième journée de grève internationale.

Cet appel à la grève est intergénérationnel et dépasse toute frontière : collégien.ne.s, lycéen.ne.s, étudiant.e.s, travailleur.euse.s, chômeur.euse.s, entrepreneur.euses.s, retraité.e.s et parents doivent lutter ensemble pour préserver leur droit à un futur vivable. Nous demandons que nos dirigeants prennent des mesures concrètes et à la hauteur des enjeux. Ces mesures doivent être compatibles avec une limitation du réchauffement climatique en-dessous de la barre des +1,5°C.

A deux jours des élections européennes, nous voulons aussi adresser un message : nous ne pouvons plus nous permettre de délaisser l’écologie, elle doit être au cœur de toute décision. À cette occasion, les jeunes de Francfort, Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg s’uniront pour faire entendre leur voix devant les grandes institutions européennes. Le monde entier va se mobiliser pour montrer sa détermination à construire un avenir possible.

Nous n’avons plus assez de temps pour nous satisfaire des petits pas, des promesses non actées et des combats séparés. Il est maintenant nécessaire de faire front commun pour obtenir des mesures à la hauteur des enjeux actuels et futurs.

Respect existence or expect resistance. (Respectez l’existence ou attendez-vous à de la résistance.)

Signataires :

350.org, Action non violente Cop21 (ANVCOP21), Alternatiba, Amis de la terre, Association des étudiants en médecine d’Angers (ADEMA), Astérya, Attac, AYYA, Bio consom’acteurs, BIZI!, Boycott Citoyen, CCFD-Terre Solidaire, CEMEA, Centre de recherche et d’information pour le développement (Crid), Citoyen.ne.s pour le Climat (CPLC), Citoyens Lobbyistes d’Intérêts Communs (CLIC), CliMates, Cnajep, Collectif des Associations Citoyennes, Coopérative Politique Ecologie Sociale, Coopérative EELV, Cop Trotter By EME, Décroissance 2019, Désobéissance Écolo Paris, Écocampus ENS, Éco’llectif, Ecologie au Quotidien Rhône Alpes, Enseignants pour la planète, Etudiants et Développement, Fédération des associations générales étudiantes, FIDL, le syndicat lycéen, Fondation ELYX, Gauche Démocratiques et Sociale, Génération Ecologie, Génération•s le mouvement, Grands Parents pour le Climat, Greenpeace France, GreenSAT, Gret ll Est Encore Temps, Ingénieurs sans frontières France, Jeunes Écologistes, Jeunes européens, Jeunes Génération.s (Organisation de jeunesse de Génération.s), La P’tite Rustine, Le mouvement, Le tri sera top, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Little Citizen for Climate, LUPA – Les Universitaires Planteurs d’Alternatives, MAG Jeunes LGBT, MNL – Mouvement National Lycéen, Mouvement Utopia, Notre affaire à tous, Nouvelle Donne Campus, Nous voulons des coquelicots, Objectif21, One Voice, On est prêt, On the Green Road, Osons les jours heureux, Parents For Future France, Parti communiste Français, Poly’RSE (Collectif DDRS du réseau Polytech), RenéSens, REFEDD – RÉseau Français des Étudiant.e.s pour le Développement Durable, Réseau Action Climat (RAC), SUD éducation, The New Locals, Union syndicale Solidaires, Union national des étudiants français (Unef), Union national lycéenne (UNL), Unis pour le climat, United4Earth, Workers For Future France, Youth For Climate France, ZEA

 

Carte des grèves du monde entier : https://fridaysforfuture.org/events/map

Infos pour les collégien.nes, lycéen.nes et étudiant.es de France : http://youthforclimate.fr/

Infos pour les salarié.es : https://www.facebook.com/events/2052466291713…

Festival de l’Insoumission : car gratuit depuis Troyes

LA FRANCE INSOUMISE MET EN PLACE UN CAR GRATUIT !

Remplissez le formulaire suivant (c’est pour qu’on vous retrouve à Troyes et qu’on ne vous perde pas à Paris!), puis cliquez sur l’autocar pour vous inscrire sur le site national (histoire de gérer au mieux les 47 places disponibles entre l’Aube et l’Yonne)

 

Clic sur limage pour s’inscrire sur le site national

Marina Mesure : “Je lutterai implacablement contre la concurrence des salariés entre eux”.

Qui est Marina Mesure, candidate LFI aux Européennes, qui viendra animer une réunion publique à Bar sur Aube le 13 février ? Des réponses dans la vidéo de CanalFI…