Retraite des femmes : en finir avec les inégalités.

Leur situation est bien connue : les femmes souffrent des inégalités de salaires, des faibles rémunérations des métiers à dominante féminine, des carrières plus courtes que celles des hommes du fait de carrières morcelées par le temps partiel, la précarité et les interruptions d’activité en raison de l’investissement parental et domestique.

Il est urgent d’en finir avec ces inégalités et avec les faibles pensions. Mais le projet Macron de retraite par points, contrairement aux déclarations du gouvernement, pénaliserait encore plus les femmes (ce qu’affirme aussi le récent rapport de l’Institut de la protection sociale !)

Clic pour télécharger le tract

La performance féministe chilienne « Un violeur sur ton chemin » se propage dans le monde entier

Depuis le lundi 25 novembre, à l’occasion de la commémoration de la Journée internationale de la nonviolence contre les femmes, les féministes chiliennes ont commencé à manifester à travers un spectacle créé par le Collectif LasTesis et réalisé en différents points de Santiago : devant les tribunaux de justice, la cathédrale, ce vendredi 30 devant le Ministère des cultures, du patrimoine et des arts, en masse devant le Palacio de La Moneda, centres commerciaux et autres… tandis que d’autres femmes – dont beaucoup sont chiliennes – dans diverses villes du monde comme Barcelone, Madrid, Bogota, Paris, Berlin, etc… ont répété le spectacle pour soutenir les manifestations sociales qui se déroulent depuis 40 jours et continuent, chaque après-midi, à inonder les principales artères et places publiques, comme la Plaza de la Dignidad au centre de Santiago.

Selon les chiffres de l’Institut national des droits humains, depuis le début des manifestations, plus de 79 plaintes pour violence sexuelle ont été déposées, où les femmes ont été particulièrement affectées.

Le texte de la performance

« Un violeur sur ton chemin » 
Le patriarcat est un juge qui nous juge à la naissance
Et notre punition est la violence que vous ne voyez pas
Le patriarcat est un juge qui nous juge à la naissance
Et notre punition est la violence que, là, vous voyez
C’est Féminicide, Impunité pour mon assassin,
C’est la disparition, c’est le viol.
Et ce n’était pas ma faute, ni où j’étais, ni comment je m’habillais (4)
LE VIOLEUR C’ÉTAIT VOUS
LE VIOLEUR C’EST TOI
Ce sont les pacos (flics), les juges, l’État, le président
L’ÉTAT OPPRESSEUR EST UN MACHO VIOLEUR (2)
LE VIOLEUR C’ÉTAIT VOUS
LE VIOLEUR C’EST TOI
Dors paisiblement
Fille innocente
Sans te soucier du bandit
Que sur ton rêve
Doux et souriant
Veille ton amant-e carabinier-e
LE VIOLEUR C’ÉTAIT VOUS
LE VIOLEUR C’EST TOI
LE VIOLEUR C’ÉTAIT VOUS
LE VIOLEUR C’EST TOI

Clic sur le logo pour voir l’article sur le site original, ainsi que des vidéos de cette performance.

Violences faites aux femmes : nos vies valent au moins 1 milliard !

Communiqué du groupe parlementaire de La France insoumise.

Ce lundi 25 novembre, journée internationale de l’élimination des violences à l’encontre des femmes, le gouvernement d’Emmanuel Macron a donc réaffirmé qu’il ne donnera pas un centime de plus pour sauver la vie des femmes. À l’issue du Grenelle sur les violences conjugales, les quelques mesures annoncées – dont beaucoup étaient déjà en vigueur – cachent mal le choix d’Édouard Philippe et de Marlène Schiappa de continuer leur politique austéritaire au détriment de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Après le succès de la marche de samedi 23 novembre qui a réuni plus de 150 000 personnes contre les violences sexuelles et sexistes, la “grande priorité” du quinquennat c’est surtout beaucoup de com’ pour peu d’applications concrètes.

  • Pas de grand plan de formation pour la police alors que 65% des femmes tuées par leurs (ex-)conjoints avaient dénoncé les faits à la police.
  • Pas de spécialisation des juridictions alors qu’à peine 1% des plaintes pour viol aboutissent à une condamnation.
  • Pas de moyens significatifs supplémentaires pour les hébergements d’urgence alors que pour pouvoir quitter un conjoint violent il faut souvent pouvoir quitter son domicile.
  • Pas de moyens significatifs supplémentaires alors qu’une femme sur 10 en France a ou sera violée au cours de sa vie, qu’une femme sur 4 a été victime d’agressions sexuelles.

Surtout pas de moyens significatifs supplémentaires alors qu’il faudrait au moins 1 milliard pour un vrai plan de lutte contre les violences faites aux femmes.

Ce gouvernement n’est clairement, gravement, pas à la hauteur de la situation. 

Le groupe parlementaire de la France insoumise renouvelle ses propositions pour mener une politique effective de lutte contre les violences sexuelles et sexistes, parmi lesquelles :

  • un plan de financement pour la lutte contre les violences faites aux femmes d’1,102 milliard d’euros tel que déployé dans notre contre-budget 2020 ;
  • une commission d’enquête parlementaire sur les féminicides pour identifier et éradiquer les dysfonctionnements qui ont empêché de prévenir ces morts ; 
  • une proposition de loi visant à lutter contre les violences sexuelles à l’encontre des enfants par l’institution de la présomption simple de non-consentement des enfants de moins de 13 ans.

Canal FI : Emission spéciale sur les violences faites aux femmes

Le mercredi 20 novembre, à partir de 19h30, Canal FI a réalisé une émission sur les violences faites aux femmes.

Avec :

Lisa Laonet : avocate spécialisée en matière de protection de l’enfance et droits des femmes.

Bénédicte Taurine : députée de la France Insoumise, membre de la délégation droit des femmes.

Christelle Hamel : chercheuse à l’institut national d’étude démographique, co- rapportrice groupe thématique égalité femmes hommes.

Karima Gammah : association Fed à Nevers , femme victime de violences

Sophie Baudry : psychologue, animatrice groupe thématique enfance.

Antoine Béchet : assistant parlementaire d’Ugo Bernalicis et ancien cadre du Ministère de la Justice

La France insoumise à la marche #NousToutes

Après deux mois de réflexion, le Grenelle des violences conjugales a rendu mardi 29 octobre ses premières propositions. Résultat ? Aucune augmentation du budget destiné à la lutte contre les violences faites aux femmes dont la forme la plus extrême est le féminicide.

Face à l’inaction du gouvernement, La France insoumise défend la mise en place d’un budget d’un milliard d’euros pour :

– Engager la formation immédiate des agents de police
– Permettre à la justice de fonctionner dans des délais raisonnables
– Construire les places d’hébergement d’urgence et de long terme nécessaires à la mise en sécurité des victimes
– Éduquer nos enfants à la non-violence dès le plus jeune âge

✊ Rendez-vous le 23 novembre dès 13h Place de l’Opéra pour mettre en avant nos propositions !

D'ici là agissons !

Je diffuse le tract contre les violences faites aux femmes

Clic pour télécharger le tract

Précarité étudiante : l’indécence du gouvernement…

… ou un téléphone à 35 millions d’euros !

Un étudiant s’immole parce que trop précaire pour pouvoir étudier, la ministre met en place un téléphone ! Et n’augmente pas les bourses…

Pire encore, le gouvernement retire 35 millions du budget de la vie étudiante ! La vie des pauvres est toujours trop chère pour ceux qui ont oublié l’humain pour l’argent…

“La honte isole… la prise de parole, ça fait de nous un peuple !”

Ci-dessous l’interview qu’Aède Haenel a accordé à Mediapart au sujet des violences qu’elle a subies, et comment elle les transcende pour les fondre dans un combat commun d’émancipation de toute l’humanité…

La France Insoumise, dans le chapitre 6 de l’Urgence Démocratique de son programme L’Avenir en commun propose :

Abolir les ségrégations et lutter contre toutes les formes de racisme

  • Assurer l'égalité réelleet combattre les discriminations fondées sur le genre, le handicap, l'apparence, la couleur de peau, l'âge, l'orientation sexuelle, la religion ou la croyance, l'origine sociale ou la fortune.

Abolir le patriarcat dans l'Etat et la société

  • Assurer l'égalité réelle et combattre les discriminations fondées sur le genre, le handicap, l'apparence, la couleur de peau, l'âge, l'orientation sexuelle, la religion ou la croyance, l'origine sociale ou la fortune
  • Renforcer la loi et les moyens contre les violences faites aux femmes
  • Généraliser le Planning familial dans ses missions de formation et d'éducation pour la contraception et le droit à l'avortement
  • Adopter une loi de lutte contre le sexisme
  • Abolir la prostitution et garantir la dignité de la personne humaine

Une campagne de la France Insoumise

Diffusons
toutes et tous ce tract pour préparer la marche #nous toutes
samedi 23 novembre

Clic sur l'image pour télécharger le tract