CETA : Chypre refuse la ratification !

Le CETA est en bien mauvaise posture. Le parlement de Chypre, membre de l’UE, n’a pas ratifié l’accord. Lors d’un vote vendredi 31 juillet, 37 députés ont voté contre et 18 pour la ratification de l’accord commercial. Selon le parti de gauche AKEL et les socialistes, le fromage halloumi de Chypre et d’autres produits agricoles de l’île ne sont pas suffisamment protégés, a rapporté samedi la station de radio d’État (RIK).

Si le CETA est entré en vigueur provisoirement en septembre 2017, les parlements nationaux – et dans certains cas régionaux – des pays de l’UE doivent encore ratifier l’accord pour qu’il devienne pleinement valide.

Le fromage Halloumi est considéré comme l’un des plats nationaux de Chypre et est exporté en grande quantité. Les partis de gauche ont également critiqué l’accord car, selon eux, il renforce les multinationales et conduit les petits producteurs au désastre. Le petit parti des Verts s’est plaint que l’accord porte atteinte à l’environnement et favorise la production d’aliments génétiquement manipulés.

Des sources gouvernementales ont déclaré samedi que Nicosie tenterait de négocier certaines exemptions pour les produits chypriotes avant que l’accord ne soit à nouveau soumis à la Chambre des représentants pour approbation. Un porte-parole du gouvernement n’a pas été en mesure de confirmation une nouvelle échéance.

Cette situation à amené le député européen Emmanuel Maurel à intervenir en ces termes :

“Le Parlement chypriote a rejeté la ratification du CETA, ce vendredi 31 juillet 2020 et 12 pays ne l’ont toujours pas ratifié.La déclaration n°20 du Conseil de l’UE, adoptée en parallèle de l’adoption de la décision par le Conseil de l’UE de signer le CETA, précise que si un État Membre de l’UE rejette le CETA et que l’Etat Membre en question le notifie au Conseil, « l’application provisoire devra être et sera dénoncée ».

Il semble donc compliqué, et démocratiquement problématique, de continuer à l ́appliquer provisoirement.

 

En conséquence, pouvez-vous nous indiquer à quelle date l’application « provisoire » du CETA sera suspendue ? Par ailleurs, n’est il pas temps de réinterroger la politique commerciale de l’Union ?”

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.