Contre les femmes, contre les pauvres, violence fasciste ordinaire en Bolivie…

Deux tweets pour montrer qu’Amélie de Montchanin, en défendant le coup d’état, nie la violence faite aux femmes, nie la violence faite aux humbles, nie la violence faite aux progressistes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *