Corruption au sommet de l’Etat : le Conseil de l’Europe dénonce l’influence des lobbys sur Macron

Ci-dessous un article lisible sur un nouveau media en ligne, lecourrier-du-doir.com

Un rapport du Greco (Groupe d’Etat Contre la Corruption), organe dépendant du Conseil de l’Europe, dénonce vigoureusement l’influence des lobbys sur la politique d’Emmanuel Macron et le manque de transparence dans les relations entre l’Exécutif et les représentants d’intérêts

Les relations entre Macron et les lobbyistes posent problème au niveau européen. C’est ainsi que le Greco (Groupe d’Etat Contre la Corruption) a publié un rapport d’évaluation ce 9 janvier appelant à plus de transparence dans les relations entre gouvernement et groupes de pressions. Dans son rapport, l’institution déplore le manque de transparence dans les relations entre Exécutif et lobbys.

Ainsi, le Greco cite la loi « Sapin 2 » qui a soumis les représentants d’intérêts (lobbys) à un ensemble de règles déontologiques que sont : déclarer l’organisme pour lequel ils travaillent et les intérêts ou entités qu’ils représentent, s’abstenir de proposer ou de remettre des dons, des présents ou avantages quelconques d’une valeur significative entre autres sous peine d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende.

Cependant, le Greco, dans son rapport, note des faiblesses au regard de l’objectif affiché. L’institution déplore le fait que « l’obligation déclarative repose exclusivement sur les lobbyistes » lors des contacts entre de hauts représentants de l’Etat et les lobbys. Le Greco dénonce aussi le fait que les autorités de l’Etat qui ont rencontré les lobbys ne soient pas tenues de fournir des informations sur les représentants d’intérêts qu’ils ont rencontrés dans l’exercice de leurs fonctions.

« Les lobbys sont directement contactés par les autorités publiques »

L’autre fait marquant qui pose problème est le fait que des lobbys ne se soient pas enregistrés, comme ils devraient le faire, en prenant l’initiative de solliciter un entretien avec des autorités de l’Etat. Dans plusieurs cas, note le rapport, les lobbyistes sont « directement contactés dans le cadre de consultations visant la prise de décision dans un domaine les concernant ».

Dans le rapport de 68 pages, la position du Greco est sans ambages : « le Greco recommande que les personnes exerçant de hautes fonctions de l’exécutif soient tenues de faire rapport publiquement et à intervalles réguliers des représentants d’intérêts rencontrés et des thématiques discutés, que tous les représentants d’intérêts qui s’entretiennent avec un responsable public (plus particulièrement les personnes exerçant de hautes fonctions de l’exécutif) qu’ils aient eux-mêmes sollicité l’entretien ou non, aient l’obligation de s’inscrire sur le registre des représentants d’intérêts ».

Il convient de rappeler que l’influence des lobbys sur le gouvernement actuel avait été très vigoureusement dénoncé par Nicolas Hulot après sa démission de son poste du ministre de l’Ecologie. “C’est une entrave à la Démocratie”, disait-il dans une interview accordée à Libération en avril 2019.

Pour lire le rapport du Conseil de l’Europe, cliquez ici : Rapport Greco

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.