Covid-19 : URGENCE «MAINTIEN DES DROITS» : accès à l’IVG & hébergement d’urgence

Le problème : 

Les femmes sont en première ligne face au Covid-19. Chez les infirmières et les sages-femmes, près de 90 % des effectifs sont composés de femmes. Les caissières sont à 80% des femmes, de même que 87 % du personnel employé dans le Ephad. Les salaires sont trop faibles malgré le caractère essentiel de ces métiers.

Dans les périodes de crise, les droits fondamentaux des personnes sont souvent remis en question. Cela risque d’impacter tout particulièrement les femmes, dont certains droits ne semblent pas garantis. De plus, le confinement implique des risques de violence accrus pour les femmes.

Nos mesures : 

  • La réouverture des plannings familiaux et la garantie du maintien de l’accès aux IVG sur le territoire ;
  • Des subventions d’urgence aux associations d’accompagnement des personnes contre les violences ;
  • Une ouverture 24h/24 du numéro vert 3919 contre les violences faites aux femmes et aux enfants ;
  • La réquisition de logements vacants et de chambres d’hôtels pour l’hébergement d’urgence pour les femmes et les enfants en respectant les normes sanitaires. Le confinement risquant de faire exploser les situations de violences intrafamiliales, il faut que l’État puisse accueillir plus de personnes en moins de temps, ce qui nécessite plus de places ;
  • Organiser des visites de vérification par la police dans les foyers où des violences intrafamiliales ont été signalées ; 
  • L’ajout d’une case dans le document de sortie dérogatoire permettant de signaler une sortie en cas de violence dans le foyer – ce qui permet une prise en charge immédiate de la personne dès le contrôle du document.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.