Justice pour Iyad, justice pour George

Lire l’article en anglais
sur le site original

Un article d’Oren Ziv, qui montre à quel point la violence policière est structurelle des politiques néo-libérales partout dans le monde…

Des centaines d’Israéliens et de Palestiniens ont manifesté samedi soir à Jérusalem et à Tel-Aviv contre le meurtre d’Iyad al-Hallaq, un Palestinien autiste abattu par des policiers dans la vieille ville de Jérusalem.

Al-Hallaq, 32 ans, se rendait à l’école spécialisée qu’il fréquentait et où il travaillait près de Lion’s Gate lorsque les agents de la police frontalière ont commencé à le poursuivre, affirmant qu’il tenait une arme. Al-Hallaq aurait fui et se serait caché derrière une benne à ordures voisine, où les policiers l’auraient tué par balle. Aucune arme n’a été trouvée sur les lieux de sa mort.

Les deux agents ont été arrêtés à la suite de l’incident : l’un a été libéré sous contrôle judiciaire, tandis que l’autre est en résidence surveillée.

Le 30 mai 2020À Tel-Aviv, plus de 200 personnes ont manifesté devant le siège de la police de la ville tandis que plus de 150 militants de gauche, dont une douzaine de Palestiniens, ont défilé sur la rue King George à Jérusalem. Les manifestants tenaient des pancartes qui lisaient « Palestinian Lives Matter » et « Justice pour Iyad, Justice pour George », en référence à George Floyd, un homme noir non armé qui a été tué la semaine dernière à Minneapolis, au Minnesota, après qu’un policier blanc l’a cloué au sol par le cou. La mort de Floyd a déclenché des manifestations de masse dans les villes des États-Unis.

Des manifestants Israëlines protestent devant le quartier géénral de Tel Aviv contre le meurtre d’Iyad al-Hallaq et contre l’augmentation des brutalités policières contre les demandeurs d’asile Africains dans le sud de Tel Aviv – 30 mai 2020 (Oren Ziv)

« La violence policière à Jérusalem-Est est une politique, tout comme la politique contre les Noirs aux États-Unis », a déclaré Shahaf Weisbein, l’un des organisateurs de la manifestation à Jérusalem. « La violence policière et les politiques d’occupation contre les Palestiniens sont une triste routine. Il est temps de mettre fin à l’occupation et de rendre justice à toutes les victimes de violence policière partout dans le monde. »

Laura Wharton, membre du conseil municipal de Jérusalem au nom de Meretz, a déclaré aux manifestants : « Nous nous connaissons tous ci, et malheureusement ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’il y aura de la violence policière. Ça a été un événement terrible, et nous ne pouvons pas faire la paix avec la violence ou le sentiment qu’il y a une race supérieure qui pense qu’elle peut faire tout ce qu’elle veut, y compris ouvrir le feu. »

Des manifestants à Tel-Aviv ont également protesté contre la violence policière dirigée contre les demandeurs d’asile africains lundi dernier. Dans cet incident, la police anti-émeute a violemment arrêté deux demandeurs d’asile érythréens alors qu’ils étaient assis devant une épicerie au sud de Tel-Aviv. La police a été filmée en train de maltraiter les demandeurs d’asile ainsi qu’un groupe de résidents qui ont tenté d’intervenir.

Les violences dans le sud de Tel-Aviv sont survenues quelques jours après que le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana a visité le sud de Tel-Aviv lors de sa première journée de travail, où il a rencontré des militants d’extrême droite qui demandent l’expulsion des demandeurs d’asile africains d’Israël. Dans les jours qui ont suivi, la police aurait intensifié ses activités dans le quartier de Neve Sha’anan contre les entreprises appartenant à des demandeurs d’asile. À la veille de la fête de Chavouot, à la suite de ces arrestation violentes, Ohana a de nouveau visité le sud de Tel-Aviv et soutenu la police. Dans un message sur Facebook, il a écrit que quiconque attaque des policiers en subira les conséquences.

Ohana a exprimé ses regrets suite à la mort d’al-Hallaq, affirmant que le sort des officiers en question ne sera déterminé qu’à la suite d’une enquête.

Un certain nombre de députés israéliens ont condamné le meurtre d’al-Hallaq, l’assimilant à ce qui s’est passé à Minneapolis. Le député Aida Touma-Sliman (Liste Conjointe, parti de la minorité arabe) a déclaré : « Pour tous ceux qui sont scandalisés par le meurtre aux États-Unis, regardez de près – une nation entière suffoque sous l’occupation sans pouvoir respirer. »

Oren Ziv est photojournaliste, membre fondateur du collectif de photographie Activestills et rédacteur pour Local Call (journal en hébreu). Depuis 2003, il documente une série de questions sociales et politiques en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, en mettant l’accent sur les communautés activistes et leurs luttes. Son activité de reporter a porté sur les manifestations populaires contre le mur et les colonies, le logement abordable et d’autres questions socio-économiques, les luttes contre le racisme et la discrimination, et la lutte pour la liberté des animaux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.