La cour constitutionnelle allemande lance un ultimatum à la BCE

Si vous préférez les mots, voici l’article du blog de JLM consacré à ce sujet…

L’Europe allemande frappe l’Europe latine

Encore un mauvais coup de l’Europe allemande. La cour suprême de Karlsruhe vient d’interpeller la Banque centrale européenne. Elle lui reproche de sortir de son mandat en rachetant les dettes souveraines des États auprès des banques privées. Retenons d’abord l’essentiel. En mettant en cause cette politique du banquier central, la cour exerce une pression : elle laisse penser que ces décisions pourraient être remise en cause ou bien ne plus être possibles. Ce qui revient à pousser les agences de notation à dégrader la note des pays les plus endettés. Ce qui provoquera mécaniquement la hausse des taux d’intérêts auxquels l’argent leur est prêté par le « marché financier ». 

En pleine explosion des dettes souveraines, en pleine crise de la pandémie, c’est un énorme coup de poignard dans le dos des principaux concurrents économique de l’Allemagne en Europe. Car la France, l’Italie et l’Espagne qui seraient étranglées par cette politique sont les deuxième, troisième et quatrième économie du continent. Il est clair que l’Allemagne connait les conséquences de sa politique. On peut donc la lire soit comme une démonstration du caractère morbide de sa volonté de puissance en Europe, soit comme un acte conscient de contribution au démantèlement d’une Union européenne qui lui a désormais assez servi à restaurer sa domination pour qu’elle puisse s’en passer après détruit ses voisins.

Un calcul nationaliste de cette sorte est naturellement désastreux à l’heure du suprême bras de fer qui se joue entre Chine et USA quand le continent européen est menacé d’être un simple terrain de jeu. Les Allemands, au contraire des Français, pensent avoir les moyens de jouer seuls leur partition dans ce jeu. Nous n’avons aucune chance dans cette partie avec des dirigeants comme nous en avons. Ni avec la « classe politique » dominante de notre pays eurobéate, incapable de lucidité ni de comprendre, fusse du point de vue de leurs objectifs, le fait national, la volonté de puissance qu’il ne comporte intrinsèquement ni le point d’appui que cela représente pour la sauvegarde de la France. La comédie va continuer : qui ne bée pas d’admiration sera classé comme nationaliste anti-européen et ainsi de suite. Comme depuis le début de l’hallucination collective et jusqu’à la disparition politique de notre pays.

La démarche allemande est habile. Elle demande si la BCE applique les traités en pratiquant ces rachats. De cette façon, elle ne donne pas l’impression de continuer le jeu des pressions directes que son gouvernement exerçait sur le même thème. Mais il s’agit bel et bien d’une pression politique pourtant interdite par les traités. Pour la troisième fois dans l’Histoire longue, un gouvernement allemand détruit méthodiquement ses voisins et l’avenir politique du continent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.