La précarité détruit nos vies

Un étudiant de Lyon 2, âgé de 22 ans et originaire de Saint-Étienne, a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu, ce vendredi 8 novembre 2019 vers 14h50, devant le 367, rue Garibaldi dans le 7e arrondissement de Lyon.

Le syndicat Solidaires étudiants, dont il était membre, a publié le communiqué suivant

Depuis hier après-midi, un de nos camarades et ami est entre la vie et la mort, à l’hôpital. En grande précarité financière, privé de bourse, désespéré, il s’est immolé par le feu devant le bâtiment du CROUS de Lyon. Nous n’avons pas suffisamment de mots pour crier notre douleur et notre tristesse.
Notre dégoût, aussi, à l’égard de ces institutions qui l’ont poussé à l’irréparable, comme il l’a expliqué dans un message poignant. Car ce sont bien ces institutions inhumaines, cette précarité, cette violence trop commune que l’Etat et l’Université exercent contre les étudiant-e-s dans l’indifférence générale qui ont guidé son geste, profondément politique, acte désespéré mais aussi et surtout geste de lutte contre un système fascisant et raciste qui broie. Elles sont à ce titre responsables et coupables.
Nous pensons à lui et à ses proches, ami-e-s et sa famille. Nous attendons et espérons sa rémission, pour retrouver, parmi nous et dans nos luttes, ce camarade et son sourire, syndicaliste impliqué, toujours prêt à aider les autres, chaleureux, humain.
Pour reprendre son message, “Vive le socialisme, vive l’autogestion, vive la sécu”.
Nous t’aimons. 

Cet étudiant a laissé un message d’explication sur Facebook :

APPEL À MANIFESTER

COMMUNIQUE
DE LA FRANCE INSOUMISE

Communiqué de presse du mouvement La France insoumise.

Vendredi 8 novembre, un étudiant de 22 ans s’est immolé par le feu devant le Crous de Lyon. Il est actuellement entre la vie et la mort. 

La France insoumise exprime son soutien à l’ensemble de ses proches, à sa famille, à ses amis ainsi qu’à ses camarades du syndicat Solidaires étudiant·e·s.

Sur les réseaux sociaux, il a expliqué son terrible geste notamment par sa détresse financière. 

Il y a urgence à éradiquer la pauvreté qui a atteint le taux record de 14,7% de la population. Aujourd’hui en France, la pauvreté et la précarité mettent aussi en danger les étudiant·es. La France Insoumise renouvelle sa proposition d’une allocation d’autonomie pour les jeunes de 18 à 25 ans qui les protégera pendant leurs études. 

Nous appelons aux rassemblements organisés par Solidaires Etudiant·e·s et l’Union Syndicale Solidaires, ce mardi 12 novembre devant tous les Crous de France pour rappeler que la précarité tue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *