L’action en faveur du logement est au coeur de notre programme !

Ci-dessous l’intervention d’Yves Bouteiller, lors de la présentation de sa candidature dans la troisième circonscription.

yves-bouteiller62 ans
Commercial à la retraite
Conseiller municipal à Romilly pendant 13 ans
Président d’associations sportives et politiques

Il faut déjà souligner la nécessité que chacun dispose d’un espace protégé, le logement, qui est le point d’accès à beaucoup d’autres droits comme :

l’éducation pour les enfants ;
la santé ;
la participation à la vie citoyenne.

C’est pourquoi nous portons la proposition d’inscrire le droit au logement dans la constitution. Nous devons garantir une sécurité sociale du logement et atteindre l’objectif de zéro SDF.
Il faut détruire le mécanisme d’accumulation capitaliste par la spéculation immobilière  qui est, comme chacun le sait, la cause des crises financières aux USA et en Espagne dans les années 2007 et 2008. Nous combattons la régulation par le prix, et préférons, selon l’adage «chacun selon ses moyens, chacun selon ses besoins», une régulation fixant sur la base des revenus le montant que chacun peut consacrer à son logement.
Il n’est pas question de toucher à la loi SRU, mais au contraire de renforcer l’obligation de se soumettre à la loi en obligeant les villes récalcitrantes à accueillir des logements sociaux en quantité suffisante.

Il faut en effet cesser de regarder le logement comme une charge, mais au contraire comme  un investissement à caractère productif. D’après un rapport du FMI, 1 € investi produit 3 € d’activité et de retour pour l’Etat, sous forme d’impôt et de TVA. L’investissement locatif serait ainsi remboursé en 20 ans.

Le constat dans notre pays est accablant :

150 000 personnes vivent dans la rue, dont 30 000 enfants sans abri fixe ;
4 millions de personnes sont mal logées ;
12 millions sont menacées par un problème lié directement à leurs conditions de logement.

En même temps, a contrario, 3 millions de logements sont vacants et les allègements fiscaux ne permettent pas, on le voit bien, de régler le problème. Au contraire, ils alimentent la spéculation.

Nous engagerons donc un vaste plan pour le logement, doté d’un budget de 18 milliards d’euros sur les 100 milliards du plan de soutien national, accompagné des mesures suivantes :

interdiction des expulsions locatives sans relogement ;
construction de 200 000 logements par an pendant 5 ans ;
réhabilitation de 700 000 logements aux normes écologiques, dans le cadre de la planification écologique, pièce maîtresse de notre programme :
renforcer la détection des passoires énergétiques et mettre fin aux situations de précarité énergétique que connaissent les ménages
coordonner, former et labelliser des professionnels de la rénovation énergétique, avec obligation de résultats ;
mettre en place un guichet unique, regroupant les demandes de financement, l’évaluation des besoins, la coordination des professionnels, qui est une nécessité pour organiser la rénovation par les propriétaires particuliers ;
mise en place d’une garantie universelle des loyers, pour favoriser l’accès de tous au logement ;
lancer un plan d’éradication du logement insalubre, de renouvellement urbain et de construction de logements sociaux, en renforçant les sanctions envers les communes ayant un parc social insuffisant ;
donner la priorité au collectif sur l’individuel, et interdire la vente des logements sociaux ;
lutter contre la spéculation immobilière en imposant les transactions d’importance au moyen d’une taxe progressive ;
soutenir les projets d’habitat participatif et coopératif.

Voilà, le débat reste ouvert, cette liste de nos actions n’est pas exhaustive, mais l’action en faveur du logement est bien au coeur de notre programme L’avenir en commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *