Les féministes s’affichent ensemble pour dire non à une réforme des retraites « sexiste »

Ci-dessous un article de Sylvia Zappi, dans le Monde du 17 décembre.

A la suite de l’article, “l’appel des grandes gagnantes”, signé entre autre par Clémentine Autain, Manon Aubry,

Lire l’article
sur le site original

“Contrer la parole gouvernementale et afficher un point de vue féministe sur les retraites. Clémentine Autain a réussi son pari en réunissant lundi 16 décembre, à la Maison des métallos à Paris, l’initiative intitulée « toutes gagnantes ».

Vingt-huit femmes, militantes associatives, syndicalistes, personnalités, chercheuses et politiques, se sont retrouvées devant 300 personnes pour dénoncer un projet gouvernemental « sexiste, injuste et discriminatoire » et lancer un appel pour son retrait. « Le gouvernement communique beaucoup sur les soi-disant avantages pour les femmes de la réforme Macron. C’est insupportable quand on sait ce que va être la réalité », a asséné la députée de Seine-Saint-Denis.

Les intervenantes se sont succédé pour souligner les inégalités femmes hommes qui vont, selon elles, se creuser avec la réforme à venir. Tout d’abord en rappelant que les pensions féminines sont, en moyenne, 25 % inférieures à celles des hommes : une différence due aux carrières hachées (temps partiel et chômage), au type d’emplois moins qualifiés occupés, aux écarts de prime et de salaires. Résultat : 37 % des pensionnées touchent moins de 900 euros, a dénoncé Caroline De Haas du collectif Nous toutes. « Cette réforme va accroître la précarité financière et réduire l’autonomie des femmes, avec toute la dépendance au mari ou au compagnon que cela entraîne », a-t-elle souligné.

« Le miroir grossissant des inégalités salariales »

La réforme annoncée par Edouard Philippe va agir comme « le miroir grossissant des inégalités salariales », a relevé Sophie Binet, responsable de la CGT chargée des droits des femmes. La dirigeante syndicale a mis en exergue les droits familiaux « rabotés » et les pensions de réversion « fragilisées ». Ajoutant : « Non, monsieur le premier ministre, les femmes ne sont pas les grandes gagnantes de la réforme ! Les femmes qui ont des carrières moins longues vont voir au contraire leur départ à la retraite repoussé. »

Meeting sur le thème « Femmes et retraites » à l'initiative de plusieurs mouvements féminisites, le 16 décembre à la Maison des métallos, à Paris.
Meeting sur le thème « Femmes et retraites » à l’initiative de plusieurs mouvements féminisites, le 16 décembre à la Maison des métallos, à Paris. LAURENCE GEAI POUR LE MONDE

Des femmes de chambre travaillant dans les hôtels, des professeurs, une danseuse de l’Opéra de Paris… les témoignages ont souligné combien l’angoisse de devoir partir à la retraite avec une santé diminuée au-delà de 62 ans est forte. « Il faut qu’on arrête la novlangue du gouvernement en proposant un contreprojet », a lancé Mme Autain y intégrant notamment la réduction du temps de travail, permettant le partage des tâches domestiques.

Les représentantes des partis de gauche ont rivalisé de suggestions pour bâtir une « réforme féministe »« Il faut des pénalités plus lourdes pour les employeurs qui ne respectent pas l’égalité professionnelle alimentant un fond de solidarité pour les femmes », a avancé Laurence Cohen, sénatrice PCF. Sandra Regol, la secrétaire nationale adjointe d’EELV, elle, a suggéré l’instauration d’un « congé parental obligatoire pour les hommes et les femmes, comptabilisée dans les retraites ». Quant à Manon Aubry, députée européenne LFI, elle a proposé de « lever du tabou des cotisations sociales, notamment sur les dividendes ».

On ne pouvait se quitter sans chanter ensemble l’hymne des #femmes Et pour poursuivre la lutte contre la #retraite à points, on se retrouve demain dans la rue ! “

L’appel des grandes gagnantes

Clic sur l’image pour lire et signer l’appel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.