L'Aube Insoumise

Migrants, nos frères en République !

A l’occasion du prochain cercle de silence qui se tiendra ce samedi 9 janvier de 10 h 30 à 11 h 30, l’Aube Insoumise reproduit le document élaboré par l’association A.A.V.E.C consacré à cette manifestation qui dénonce la violence raciste à laquelle sont confrontés les migrants…

Le cercle de silence

C’ est une action non violente, un rassemblement de citoyens refusant le traitement inhumain infligé aux étrangers en situation irrégulière : enfermement des migrants, rétention administrative, expulsion arbitraire, . . .

L’immigration n’est pas un choix pour tous les migrants ! C’est une nécessité de survie pour les opprimés qui ne peuvent simplement vivre avec leurs proches, dans leur pays.

Schéma National d’Accueil des demandeurs d’asile et d’intégration des réfugiés 2021 – 2023

Mis en ligne le 18 décembre dernier sur le site du Ministère de l’Intérieur, le schéma national d’accueil des demandeurs d’asile et d’intégration des réfugiés a été élaboré par des acteurs de la politique de l’asile. Il aurait vocation de permettre d’adapter la politique d’accueil au contexte migratoire et aux spécificités des territoires.

Il est présenté comme reposant sur deux piliers : mieux héberger et mieux accompagner.

Marlène SCHIAPPA, Ministre Déléguée chargée de la Citoyenneté, présente ce document en ces termes :

« Pour atteindre l’objectif de traitement des demandes d’asile en six mois, le gouvernement a considérablement renforcé les moyens de l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides comme de la Cour nationale du droit d’asile. Tous les leviers sont mobilisés pour accélérer la sortie des réfugiés et des protégés notamment en mobilisant davantage de logements. Les collectivités locales doivent également prendre leur part dans cet effort et seront mobilisées à cette fin. Enfin, sans attendre les évolutions indispensables des règles européennes applicables dans ce domaine, les actions seront renforcées en faveur du retour des demandeurs déboutés et des retours volontaires ou contraints. Le nouveau schéma national dessine la feuille de route pour les années 2021-2023. Son élaboration s’est appuyée sur une concertation avec l’ensemble des acteurs de la politique de l’asile tout en faisant en sorte que chacun puisse assumer la responsabilité qui est la sienne. Je sais pouvoir compter sur la mobilisation de tous pour porter cette ambition commune. »

Par cette posture à priori rassurante et bienveillante, la Ministre fait reposer la responsabilité de gestion des personnes déplacées sur les Collectivités Locales, alors que c’est à l’Etat, qui gère les politiques de migrations, de les assumer. N’est-ce pas l’Etat qui :

  • d’une part, favorise l’expatriation de Français et d’entreprises à l’étranger pour son expansion politique et économique ?
  • et d’autre part, représente la France en tant que signataire des traités qui l’obligent à accueillir décemment les personnes persécutées ou en situation de vulnérabilité ?

Covid-19 et migration : le reniement des droits

pastedGraphic_1.png

Dans la tribune qu’il y consacre sous ce titre sur le site de l’IRIS, Paul Chiron, juriste en droit des étrangers, souligne que la situation des demandeurs d’asile dans l’Union européenne s’est nettement détériorée durant la crise du Covid-19. Malgré le contexte sanitaire, des refoulements illégaux ont eu lieu aux frontières françaises, et la fermeture de nombreuses administrations a plongé les demandeurs d’asile dans une grande précarité.

Et, malgré ce contexte difficile, la Commission Européenne a encore sacralisé la politique d’expulsion en Europe, en la faisant primer sur les risques sanitaires. Selon elle, dans ses orientations publiées le 17 avril, “les procédures de retour devraient se produire dans la mesure du possible.” Bon élève, la France, pendant la période du confinement, a même affrété des charters à destination de la Roumanie et de l’Albanie !

Quant à la rétention, socle de la politique migratoire française, il semble bien que le confinement lui enlève toute base légale, puisque la fermeture des frontières empêche toute perspective d’éloignement, et que les conditions déplorables d’hygiène dans les Centres de Rétention Administrative empêchent la mise en place des gestes barrières et constituent donc une atteinte au droit fondamental de l’Etat.

Dans le monde d’avant comme dans le monde d’après, la politique migratoire française n’est qu’une recherche droitière de crédibilité électorale au détriment de la liberté et des droits des personnes exilées.

Une politique d’état autour de trois axes prioritaires

La politique migratoire doit se poser sur trois principes prioritaires que seul l’Etat est en mesure de mettre en œuvre :

  1. la bienveillance, “l’humanité” : veiller à ce qu’en France et dans les pays où la France s’implique, les populations soient toutes traitées en conformité avec la déclaration des droits de l’homme (droits universels)
  2. la prévention : faire en sorte que ses choix politiques soient conformes au bien-être de tous, là où ils vivent, notamment en matière :
    1. de paix (favoriser l’expansionnisme des savoirs et de la culture au détriment de celle des conflits, vecteur de ventes d’armes et d’engagements de forces étrangères dans des rivalités régionales)
    2. d’écologie et de protection du climat (favoriser les pratiques économes tant dans les transformations que dans les déplacements en évitant le gaspillage et l’imposition de déchets toxiques auprès de populations vulnérables)
    3. d’économie (favoriser les initiatives locales de développement, la culture vivrière, l’auto suffisance, . . . en éradiquant les spoliations des autochtones)
    4. de démocratie (favoriser par l’exemplarité déjà, les expressions des peuples riches de leurs compétences à “faire sociétés”)
  3. l’action : développer une réelle politique de “vivre ensemble” plutôt que de déployer des artifices de communication qui cachent une réalité grandissante d’exclusion des plus vulnérables dont font partie les migrants qui quittent leur pays par contrainte (s).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :