Monter d’un cran : l’intersyndicale appelle à la grève les 9, 10 et 11 janvier

Clic pour lire sur le site original

3 janvier 2020  Stéphane Ortega

Donner un signe fort après quinze jours de vacances où le mouvement d’opposition à la réforme des retraites à été porté par les seuls salariés de la SNCF et la RATP, c’était le souhait de Philippe Martinez. C’est chose faite ce vendredi 3 janvier, avec un appel unitaire des syndicats CGT, FO, Solidaires, et FSU, à trois journées interprofessionnelles les 9, 10 et 11 janvier. Les organisations syndicales « appellent à mettre en débat, dès lundi, dans toutes les entreprises, services et lieux d’études en organisant des assemblées générales de salarié.e.s, d’étudiant.e.s et de lycéen.ne.s, les conditions de la réussite du 9 janvier et de ses suites dès le lendemain ». Après le 9 et le 10 janvier, elles appellent à faire du samedi 11 janvier, « une journée de manifestation dans tout le pays ». Probablement une première dans l’histoire syndicale de ces quarante dernières années.

Déjà le 1er janvier, dans sa réponse aux vœux d’Emmanuel Macron, le secrétaire général de la CGT avait appelé « tous les Français à se mobiliser et à se mettre en grève », lors d’une interview donnée à RMC et BFM TV. Du coup, la CGT avait proposé d’avancer à ce vendredi la réunion de l’intersyndicale nationale initialement prévue le lundi 6 janvier. Et chose assez inhabituelle, Philippe Martinez, qui pendant les fêtes a multiplié les visites auprès des militants et sur les piquets de grève, s’est déplacé en personne pour participer à cette réunion. Une façon de donner à la semaine qui vient un caractère décisif et d’afficher que toute la CGT est portée vers l’objectif de faire monter d’un cran le rapport de force face au gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *