Multinationales françaises : masque vert et soutiens fumeux pour mieux lutter contre l’intérêt général

Maxime Combes, économiste, membre d’ATTAC, du collectif STOP TAFTA-CETA et militant pour la cause environnementale, vient de publier sur le site d’information «Basta !» un article intitulé «Les multinationales françaises à l’offensive contre la transition écologique».

Cet article nous informe d’une tribune publiée dans «Le Monde» du 14 avril et dans plusieurs médias européens par des personnalités de tout horizon (Ministres, eurodéputés, ONG, think tanks, dirigeants d’entreprise…) qui prônent une «alliance européenne pour une relance verte» après la crise du coronavirus.

Cette tribune (accès à la tribune et la liste des signataires à la fin de ce texte), initiée par Pascal Canfin, est signée notamment par :

  • 79 eurodéputés des groupes Renew Europe (Pascal Canfin LREM, ex-écologiste), Verts/ALE (Yannick Jadot député européen écologiste), S&D (sociaux démocrates), PPE (droite),
  • aux côtés de 37 patrons (L’Oréal, Danone, Saint Gobain, Nestlé, Engie, Suez, Ikea…)
  • 28 associations d’entreprises,
  • la confédération européenne des syndicats avec à sa tête le Français Laurent Berger (secrétaire général de la CFDT),
  • mais aussi des ministres de onze pays dont Elisabeth Borne pour la France, ministre de la Transition écologique,
  • sept ONG et six think tanks.

Si on arrête là l’information, tout semble normal et on se demande pourquoi les députés européens LFI n’ont pas signé des deux mains. La réponse a été donnée, dans le tweet ci-dessous, par Martine Billard, Oratrice nationale de la FI et Co-animatrice du livret Planification écologique et règle verte, ou encore par Clémentine Autain (c’est à 8’35 dans la vidéo ci-dessous).

Mais qu’est-ce qui cloche là-dedans ?

Eh bien, au même moment ou «en même temps !» comme on dit ici, Maxime Combes nous apprend que ces mêmes entreprises multinationales, et de nombreuses autres, regroupées au sein de l’Association française des entreprises privées (AFEP), font du lobbying auprès de la Commission européenne pour obtenir le report ou l’annulation de nombreuses initiatives de transition écologique que la Commission envisageait de mettre en œuvre dans le cadre du Pacte vert européen.
Bien moins connue que le Medef, l’AFEP est pourtant le grand lobby des grandes entreprises françaises. Maxime Combes nous rappelle par exemple, qu’elle a obtenu de Bruno Le Maire et de l’exécutif français qu’ils ne légifèrent pas sur l’interdiction des dividendes comme cela avait été évoqué par le gouvernement. Plusieurs de ses membres éminents, notamment le groupe L’Oréal et Plastic Omnium dont le PDG Laurent Burelle préside l’AFEP, prévoient toujours de verser de jolis pactoles à leurs actionnaires.

A l’intérêt général, les membres de l’AFEP préférer opter pour leurs actionnaires.

Pour lire la Tribune et accéder à la liste des signataires c’est ici

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.