Municipales : la tambouille de Castaner

Communiqué de La France insoumise.

La suspension par le Conseil d’État du décret de Christophe Castaner sur l’attribution des nuances politiques aux élections municipales ne l’aura pas dissuadé de tenter des mauvais coups. La publication des « nuances » de listes attribuées par les préfets confirme que le ministre de l’Intérieur s’autorise tous les tripatouillages pour rendre illisible les résultats du scrutin.

Pour diminuer l’ampleur du désastre annoncé pour les candidats LREM, en magicien, Christophe Castaner a créé une nuance fourre-tout (« LUC » !) qu’il attribue très largement pour gonfler artificiellement le score du parti présidentiel.

À l’inverse Castaner a dispersé les listes soutenues par La France insoumise sous diverses nuances improbables (LUG, LDVG, LFI, LVEC). L’objectif est clair : diviser nos résultats. Dans l’écrasante majorité des cas pourtant, les têtes de listes que nous soutenons ont déclarées en préfecture une nuance unique : « Divers gauche ».

L’incohérence est totale. Pour une même configuration politique Castaner attribue des nuances différentes. À Toulouse ou dans le 7e secteur de Marseille les listes dans lesquelles nous sommes engagées sont soutenues par LFI et EELV. La première est arbitrairement classée « DVG » et la seconde « LVEC ». Pourtant la tête de liste toulousaine est écologiste et à celle de Marseille insoumise ! En résumé le « nuancier » de Castaner n’est qu’une manipulation. L’honnêteté eu voulu que le ministère indique en plus les étiquettes déclarées par les candidat·es. Mais cela aurait démasqué ses bidouillages.

Pour rappel, La France insoumise est engagée dans 550 listes aux élections municipales. Elle est ainsi présente dans plus de 75% des communes de plus de 30 000 habitant·es. Elle soutient des démarches de fédérations populaires, avec les citoyen·nes et leurs collectifs ainsi que les forces politiques disponibles pour le faire. La qualification « Divers gauche » est à ce titre le meilleur reflet des configurations dans lesquelles elle participe au scrutin. En effet la nuance « citoyenne » n’existe pas pour Castaner.

Le 15 mars, le bulletin de vote des listes soutenues par La France insoumise est le meilleur moyen de faire reculer les candidat·es LREM en défendant le Référendum d’initiative citoyen local, les chartes éthiques, le droit de révoquer les élu·es et l’écologie populaire qu’il faut construire.

Les manœuvres de Christophe Castaner ne pourront effacer cette réalité. Le temps de l’implication citoyenne est venu. Celui de la sanction contre les candidats favorables à la réforme des retraites aussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.