Solidarité avec les salariés d’Engie-Cofely

Une trentaine de personnes se sont montrés solidaires auprès des 4 salariés syndiqués de l’entreprise Engie Cofely sanctionnés de 2 jours de mise-à-pied pour avoir bu un café pendant leur période de travail.

Y a-t-il discrimination syndicale par ces sanctions de l’entreprise que le tribunal des Prud’hommes a étudiée lors de sa séance d’aujourd’hui ?

Le délibéré sera rendu le 8 janvier prochain.

Ces travailleurs sentent souffler l’esprit des “ordonnances Macron” qui rentreront en application dès janvier prochain.

Il va être dur d’être salarié, . . . et encore plus d’être salarié-syndiqué.

 

Licenciés pour la pause… un peu fort de café !

Une nouvelle affaire de répression anti-syndicale à l’entreprise Engie Cofely :quatre syndiqués CGT ont été mis à pied deux jours pour avoir bu un café. 

L’Aube insoumise apporte son entière solidarité à ces salariés.

Le comble de cette affaire, c’est surtout l’aspect discriminatoire de la part de la direction. Touché par le même reproche, 1 technicien non syndiqué, non représenté à l’entretien a écopé d’une journée de mise à pied, alors que les 4 autres techniciens syndiqués, élus et représentés par la CGT ont été sanctionnés par deux jours de mise à pied.

Ces salariés ont reçu une lettre d’entretien préalable à un éventuel licenciement….

L’Aube insoumise appelle tous les Insoumis disponibles à se mobiliser pour soutenir ces salariés 

à l’audience des prud’hommes

du Lundi 23 Octobre 2017 à 14 H00 

Le débat mené par Daniel Mermet avec les salariés en lutte de GM&S Industry, Eric Cocquerel et Nedjim Bouizzoul

plateau8_gms1

« Je ne l’accepte pas. » Voilà ce qu’Emmanuel Macron a déclaré ce dimanche 15 octobre aux trois journalistes venus l’interroger à l’Élysée. Qu’est-ce qui scandalise à ce point le président déterminé à « dire les choses » ? La diminution de l’impôt de solidarité sur la fortune ? La baisse des aides personnalisées au logement ?

Voici donc un petit courrier de rappel de Franck Dépretz

Continuer la lecture de « Le débat mené par Daniel Mermet avec les salariés en lutte de GM&S Industry, Eric Cocquerel et Nedjim Bouizzoul »

Rallumons les étoiles

A l’initiative du collectif de Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP) de l’Aube, ce samedi 14 octobre a vu déambuler des “allumeurs d’étoiles” dans les rue de Troyes. Cette action s’inscrivait dans le cadre d’une opération nationale de sensibilisation (le Jour de la nuit) à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé avec, selon les organisateurs, des balades nocturnes, des observations des étoiles, des sorties nature et des extinctions de lumières polluantes (vitrines, enseignes lumineuses, panneaux publicitaires, . . .)

En tant que Citoyen (homme de la cité) écologiste (militant pour la biodiversité) et politique (militant dans “L’Aube Insoumise”), je ne pouvais être qu’à ma place pour cette sortie nocturne (http://www.lest-eclair.fr/43172/article/2017-10-13/pubs-eteintes-etoiles-rallumees).

Homme de terrain, je suis plus à l’aise dans l’action que dans le développement d’intentions. Chacun fait avec ce qu’il est ! L’objectif reste celui d’être en cohérence avec ce que l’on défend.

Intégrer cette action en tant que Citoyen, ça a été ma façon de dire que je suis acteur dans ma ville. Je ne suis pas d’accord avec l’agression publicitaire qui est un outil dévastateur de l’émancipation des personnes, un aliénateur.

Intégrer cette action en tant qu’écologiste, ce n’est que concourir à la lutte contre les pollueurs de toutes espèces. C’est sensibiliser les gens sur l’ensemble des conséquences des éclairages nocturnes sur nous, êtres humains, mais aussi sur tout notre environnement (les animaux, la nature, les biorythmes, . . .).

Intégrer cette action en tant “qu’Insoumis”, ce n’était pas que suivre le programme “l’Avenir en commun“, mais bien participer à la démonstration qu’une opposition citoyenne sur un système établi pour l’intérêts de quelques-uns existe. D’ailleurs, lors des trois contrôles de police que le groupe a subis durant les 90 minutes d’action, l’un des agents nous expliquait que nous étions en train de nuire à des sociétés et que leur mission était de l’éviter. Ils étaient sourds à nos dénonciations des nuisances publicitaires et nocturnes.

D’autres actions organisées par le collectif auront probablement lieu ; et je me débrouillerai bien d’en être encore.

On lâche rien !

Reynald

Exigeons un referendum sur le CETA !

1ab0c16afc7ed0797a575ec91a1505ff

Exigeons un referendum sur le CETA !

Le CETA, traité de commerce et d’investissement entre l’Union Européenne et le Canada est entré en application provisoire le 21 septembre dernier, mais il n’est pas trop tard pour le stopper car il n’a pas été ratifié en France. Ratifié, il ouvrirait grand la porte à de nombreux traités similaires. Pour un argumentaire détaillé, lire l’Appel de Frédéric Viale adressé ce soir 13 octobre à tous les collectifs locaux.
Frédéric Viale est l’auteur (paru en 2015) de « Le manifeste contre les accords transatlantiques – Attentats massifs contre la démocratie » et a tenu avec Jean-Michel Coulomb la conférence organisée par le collectif STOP-TAFTA-CETA de l’Aube le 16 mars 2015 à Troyes.
Pour les actions, cliquez sur les vignettes ci-dessous.

Interpelle

 arton1222-d9af010,5 - bombe2

Il faut agir vite : interpellons nos parlementaires pour que soit organisé un référendum sur la ratification nationale du CETA !

Pour en savoir plus : Les 10 bonnes raisons de refuser la ratification du CETA par la France

Solidarité avec les salariés de Free et Lidl

A la suite de l’émission sur la 2 d’Elise Lucet, Cash Investigation, les groupes d’appui de l’agglomération ont décidé de manifester leur soutien aux salariés victimes des violences patronales.

Nous connaissons tous plus ou moins les nouvelles techniques de gestion des « relations humaines » dans les grandes entreprises. La réalité est pourtant souvent loin de ce qu’on imagine.

Le documentaire d’Élise Lucet sur France 2 mardi 26 septembre dernier (à voir ou revoir en cliquant ici) montre à quel point les méthodes « managériales » chez Lidl et chez Free sont brutales et violentes dans le seul but de soumettre leurs employés à une relation de subordination et d’obéissance à la hiérarchie sans aucune défense possible. L’arme fatale en la matière est le licenciement.

Dans ce contexte déjà bien dur pour les travailleurs, la loi El Kohmri et les ordonnances Macron sur la loi travail élargissent la capacité des entreprises à licencier et donc à accroître leurs moyens de pression sur leurs salariés. Ces textes de loi ne renforcent aucunement les droits des salariés comme le prétend le gouvernement. La disparition des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) en est un exemple flagrant.

La France insoumise a choisi lors de ses amphis d’été à Marseille de s’inscrire résolument dans l’action. Dans l’Aube il nous semble donc important de manifester notre solidarité à tous les travailleurs dans le but d’obtenir le retrait des ordonnances Macron et de la loi El Khomri.

Les Insoumis ont brandi des pancartes et distribué un tract … Un accueil chaleureux leur a été fait montre pour s’être emparés des préoccupations concrètes des gens…

Des gens à des gens qui ne roulent pas en TGV !
Devant le Lidl du bd Jules Guesde

 

 

 

 

 

 

Les pancartes brandies appelaient au dialogue social (le vrai !) Cliquez ci-dessous sur la première pancarte pour voir la suite

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le lendemain, même action devant la boutique Free rue Emile Zola.

Devant la boutique Free, rue Emile Zola

 

    

 

(Clic sur l’image du tract pour lire le recto-verso)

Publication du calendrier de la convention

calendrier-600x378-1

Voir sur le site La France Insoumise

dans Convention

Depuis la fin de l’été, la France insoumise s’est engagée dans un processus de convention afin de préciser son rôle, ses modalités d’actions et ses principes d’organisation.

Nous publions ce jour un calendrier des différentes étapes de la convention. Une première phase de préparation s’est ouverte avec le lancement de la boite à idées et se terminera au début du mois de novembre. Une deuxième phase de consultation suivra et permettra à l’ensemble des insoumis de s’exprimer sur la plate-forme. Enfin, ce processus se terminera par une séance de clôture qui aura lieu le week-end des 25 et 26 novembre.

Bien sûr, ce calendrier n’est qu’indicatif : il pourra être amené à évoluer en fonction des retours de la boite à idées et des éléments de l’actualité politique.

Vous pouvez retrouver le calendrier dans la colonne de droite de la page de la convention ou bien ci-dessous.

1) PHASE DE PRÉPARATION

Mardi 15 août
Une boite à idées a été lancée sur la plate-forme pour recueillir les propositions des insoumis.e.s autour de 4 axes :

  • Quelles campagnes et quels thèmes d’actions pour la France insoumise ?
  • Quelles modalités d’actions pour la France insoumise ?
    Quels outils pour faciliter la mise en mouvement ?
  • Quelle organisation pour le mouvement ?

Vendredi 29 septembre

  • Des premières améliorations de la plate-forme numérique sont mises en place

Lundi 9 octobre

  • Le recueil des idées dans la boite à idées se termine

Mardi 10 octobre

  • Le calendrier des étapes de la convention est publié

Vendredi 13 octobre

  • Le travail de synthèse commence.
  • La liste des personnes en charge des synthèses de la boite à idées est publiée.
  • La composition de l’équipe opérationnelle du mouvement est publiée.
  • Un appel à volontaires est lancé pour permettre aux insoumis.e.s de participer aux différents pôles de l’équipe opérationnelle du mouvement (coordination des groupes d’appui, organisation des évènements, matériel de campagne, animation des réseaux sociaux, vidéos, outils numériques).

Lundi 16 octobre

  • Un appel à inscription pour participer au tirage au sort en vue de la séance de clôture des 25 et 26 novembre est lancé.

Mardi 17 octobre

  • La carte à jour des groupes d’appui est publiée sur la plate-forme en faisant apparaitre les groupes d’appui certifiés et en permettant aux groupes d’appui certifiés de commander gratuitement du matériel.
  • La liste des livrets thématiques et la composition de l’équipes d’animation du programme est publiée.
  • Un appel est lancé pour permettre à chaque insoumis.e.s de rejoindre le livret thématique de son choix et de participer à ses travaux.
  • Le recueil des contributions de groupes politiques soutenant le mouvement se termine.

Vendredi 20 octobre

  • La synthèse de la boite à idées « Quels outils pour le mouvement ? » est publiée.
  • La synthèse de la boite à idées « Quelles modalités d’actions pour la France insoumise ? » est publiée.
  • Un appel à volontaires est lancé pour rejoindre le pole en charge des méthodes d’actions.
  • Une répartition géographique des députés est publiée. Il s’agit pour chaque département de disposer d’un.e député.e référent.e.

Mardi 24 octobre

  • Le texte de définition et de fonctionnement de l’espace politique est publié.

Vendredi 27 octobre

  • La synthèse de la boite à idées « Quelles campagnes et quels thèmes d’actions pour la France insoumise ? » est publiée.
  • La synthèse de la boite à idées « Quelle organisation pour le mouvement ? » est publiée.
  • Une seconde période de consultation est ouverte auprès des insoumis à propos des futures campagnes nationales du mouvement et de ses principes d’organisation.

Lundi 30 octobre

  • Un premier tirage au sort est effectué parmi les inscrits.
  • Un formulaire d’inscription pour participer à la séance de clôture des 25 et 26 novembre est envoyé aux inscrits tirés au sort (premier tirage au sort).

Mardi 31 octobre

  • La composition des équipes d’animation des livrets thématiques est publiée

Vendredi 3 novembre

  • Des nouvelles fonctionnalités de la plate-forme sont rendues disponibles pour répondre aux besoins exprimés dans la boite à idées.

 

2) PHASE DE CONSULTATION

Mardi 7 novembre

  • Un vote en ligne des insoumis.e.s est lancée à propos des futures campagnes nationales du mouvement et de ses principes d’organisation.

Lundi 13 novembre

  • La phase d’inscription pour les inscrits tirés au sort le 30 octobre est close.
  • Un second tirage au sort est effectué parmi les volontaires pour remplacer les volontaires tirés au sort qui n’auraient pas confirmé leur participation.
  • Un formulaire d’inscription pour participer à la séance de clôture est envoyé aux inscrits tirés au sort (second tirage au sort).

Vendredi 16 novembre

  • Des fiches pratiques pour l’action, réalisées à partir de la synthèse de la boite à idées « Quelles modalités d’actions pour la France insoumise ? » sont publiées.

Lundi 20 novembre

  • La phase d’inscription pour les volontaires tirés au sort le 13 novembre est close.

 

3) MISE EN OEUVRE

Mardi 21 novembre

  • L’ordre du jour de la séance de mise en œuvre des 25 et 26 novembre est publié.
  • Un appel à témoignages vidéo est lancé auprès des insoumis.e.s.

Samedi 25 novembre

  • Première journée de la séance de mise en œuvre.
  • Les résultats de la consultation en ligne des signataires sont annoncés à l’ouverture.

Dimanche 26 novembre

  • Deuxième journée de la séance de mise en œuvre.

Collomb, le Ministre intestinal, enfonce le clou “bordélique”.

“S’ils veulent vraiment trouver un travail, les ouvriers de GM&S peuvent très bien aller travailler tous les jours à 180 kilomètres de chez eux”, a estimé Gérard Collomb ce dimanche 8 octobre sur BFMTV. La preuve : lui-même fait très souvent le trajet Lyon-Paris en TGV.

Je suis donc allé visiter sa page Facebook et je lui ai laissé ce petit commentaire.

Monsieur, je prends connaissance de vos propos sur les salariés GM&S et par extension sur tous les demandeurs d’emplois et j’aimerais que vous m’expliquiez comment peut-on faire 8 heures de présence sur le lieu de travail, 3h de trajet aller/retour, 7 heures de sommeil, environ 1h30 de préparation le matin, quelques courses, et en plus de tout cela, simplement avoir le droit de vivre, éduquer nos enfants, nous cultiver, faire l’amour, manger, pratiquer nos sports ou hobbies. Comment en outre payer en plus de nos charges, les trajets avec un misérable salaire, et trouver encore assez de moyens pour faire tout ce que j’ai cité plus haut, hormis, évidemment, faire l’amour à moins qu’il ne soit tarifé.

Nous sommes beaucoup à admirer vos propos et attendons donc votre aide en ce sens, mais comment faire car :
– nous payons nos frais, nos transports et nos véhicules,
– nous travaillons dur et souvent physiquement, ou
– nous nous battons à plus de 20 chômeurs sur le même poste,
– nous préparons nous-mêmes le repas familial,
– nous n’avons pas de chauffeur ni de personnel de maison…
– et pour l’immense majorité nous ne nous glandons pas la nénette à parader à la télé ou dans les salons feutrés des ministères, mais nous produisons tout ce dont vous jouissez sans trop vous fatiguer.
Sans explications précises de votre part, nous nous verrons dans l’obligation de foutre le bordel, cyniques et fainéants que nous sommes, en ayant bien conscience d’être des extrémistes qui désirent se payer des costards sans travailler. Mais peut-être que votre pensée est elle aussi trop complexe pour les illettrés que nous sommes ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre d’État, Ministre de l’intérieur, mes sincères indignations.