L'Aube Insoumise

Quatre mois de “Macron-économie”.

crayon

Pour éviter que notre mémoire ne s’efface au fur et à mesure que les mauvaises décisions économiques et sociales (1) du gouvernement s’accumulent, tentons un petit récapitulatif depuis le début du quinquennat.

Ordonnances sur le travail

  • Plafonnement des indemnités prudhommales pour licenciement illégal : c’est la prime à la fraude, une sorte de principe de faveur à l’envers. Plafonnement pour les patrons licenciant « sans cause sérieuse et réelle », mais diminution des indemnités pour les salariés licenciés. Dans les très petites entreprises (TPE de 1 à 10 salariés), le plancher des indemnités de licenciement est encore plus bas que dans les entreprises de plus de 10 salariés : un demi-mois de salaire pour une ancienneté inférieure à 2 ans ; un mois entre 2 et 4 ans d’ancienneté, etc. Le délai de recours est raccourci de deux ans à un an avec obligation pour le salarié de fournir préalablement un dossier complet.
  • Avec la remise en cause de la hiérarchie des normes, la négociation au plus près de l’entreprise va accroître la subordination des salariés à leur employeur et renforcer la tendance à l’individualisation de la relation salariale. L’aménagement du temps de travail avait déjà été inclus dans ce cadre par les lois précédentes, notamment Fillon et El Khomri. La négociation des salaires entre dans le périmètre de la compétence de l’entreprise, avec une extension du domaine des accords d’entreprise signés par des syndicats minoritaires. Dans les entreprises de moins 11 et de moins de 20 salariés si elles n’ont pas de délégué syndical (c’est le cas presque partout), le chef d’entreprise pourra organiser un référendum (dans la loi El Khomri c’était sur initiative des syndicats représentant 30 % des salariés). Dans les entreprises de moins de 50 salariés, les employeurs pourront négocier avec un élu du personnel non mandaté par un syndicat.
  • Le contrat de chantier : nouvelle manière de contourner le CDI sans supprimer les défauts du CDD. La négociation des contrats précaires se fera dans l’entreprise. Il y a présomption de légalité des accords d’entreprises, nouveau socle du droit du travail. Jusqu’ici les CDD relevaient de règles établies par la loi ; désormais ils relèveront de règles fixées au niveau des branches.
  • Rupture conventionnelle collective pour éviter les plans « sociaux ».
  • Périmètre national du bénéfice pour juger des difficultés de l’entreprise, sans tenir compte de l’implantation des multinationales : c’est la négation de la notion de consolidation des bénéfices.
  • Fusion des institutions représentatives du personnel avec diminution des moyens : en particulier, le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), outil au service de la protection des salariés, passe à la trappe. Globalement, la capacité d’expertise va être dégradée avec la création d’un unique Comité social et économique.
  • Que devient le compte pénibilité du travail  renommé compte professionnel de prévention ? À la demande du Medef, il sera « simplifié » par décret pour lui enlever les dispositions « inapplicables », comme la manutention de charges lourdes, l’exposition aux postures pénibles, aux vibrations mécaniques et aux risques chimiques. C’est ainsi que « l’obligation de suivi de l’exposition aux risques chimiques sera supprimée ». C’est cohérent avec la suppression des CHSCT !
  • Aggravation des conditions d’emploi des femmes, notamment par le recul de l’encadrement du temps partiel (auquel 31 % des femmes sont soumises) avec le contournement (déjà effectué dans certaines branches, notamment celle du nettoyage) du seuil minimal de 24 heures hebdomadaires).
  • Le candidat Macron avait promis d’étendre l’assurance chômage à tous les indépendants et de donner droit aux indemnités de licenciement aux salariés démissionnaires. Mais, baisse des dépenses oblige, le président Macron ne sait pas où trouver les « 8 à 14 milliards la première année » et les « 3 à 5 milliards les années suivantes ». Si l’on en croit la presse, pour alléger le coût pour l’Unédic, le gouvernement cherche à inventer un régime particulier comme il en existe pour les intermittents du spectacle. L’astuce consisterait à moins indemniser ces catégories que celles des chômeurs, au nom de l’idée que « universalité ne veut pas dire uniformité » (2). Il fallait y penser !

Au total, l’ensemble des mesures contenues dans les ordonnances et dans la loi qui les validera prochainement doivent être comprises comme une régression du droit du travail. Au-delà de celui-ci, il s’agit aussi d’une attaque brutale contre le travail lui-même, dans ce qu’il a de plus vivant, pour donner encore plus d’espace au capital, cette chose morte.

Fiscalité

Instauration d’une taxe forfaitaire de 30 % sur les revenus du patrimoine (dividendes, intérêts, loyers, plus-values), incluant les prélèvements sociaux : ils échapperont donc à l’impôt sur le revenu progressif (dont la tranche supérieure est imposée à 45 %). Plusieurs milliards de recettes fiscales en moins par an. Sans compter l’optimisation et l’évasion fiscales qui perdureront.

Transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en excluant la fortune financière, principale fortune des plus riches (71 % pour les 1 % les plus riches ; 84 % pour les 0,1 % les plus riches) ainsi que les objets de luxe (yachts, jets privés, voitures de luxe, œuvres d’art, chevaux de course…, certaines catégories étant encore en discussion), pour ne garder comme assiette que la partie immobilière : une perte de 4,5 milliards € par an de recettes fiscales.

Augmentation de la CSG de 1,7 point, dont le taux passera de 7,5 % à 9,2 % : cela pour baisser les cotisations sociales salariales maladie (0,75 %) et chômage (2,4 %). Au final, 60 % des retraités seront pénalisés, dès lors que le revenu fiscal de référence dépasse 14 404 € pour une personne seule et 22 095 € pour un couple. Le gain de pouvoir d’achat des salariés du privé atteindra 390 € par an pour un salaire brut mensuel de 2000 € et 1690 € pour un salaire brut mensuel de 20 000 €. Quant aux fonctionnaires, c’est la stagnation des salaires perpétuée.

Revalorisation des retraites de base de seulement 0,8 % en octobre 2017 (après le gel de 2016, une revalorisation de 0,1 % en 2015 et un gel en 2014), mais la prochaine revalorisation est renvoyée à janvier 2019. (3) Quant aux retraites complémentaires des salariés du privé, versées par l’Agirc et l’Arrco, elles devraient être normalement revalorisées au 1er novembre 2017, mais comme elles sont indexées sur l’inflation moins un point, il y a peu de chances qu’elles le soient cette année compte tenu de la faible inflation.

Suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers fiscaux (en deçà d’un revenu fiscal de référence de 28 000 € pour une personne seule et de 45 000 € pour deux personnes) : si l’assise de cette taxe n’est pas exempte de défauts puisqu’elle est vieille de plus de 30 ans, qu’est-il prévu pour compenser la baisse des recettes fiscales pour les collectivités territoriales ? D’autant plus que les annonces de coupes de dotations se multiplient.

Transformation progressive du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de cotisations sociales patronales : le CICE permet de déduire de l’impôt sur les bénéfices (IS) 7 % des salaires versés l’année précédente jusqu’à 2,5 fois le Smic. Il sera remplacé par une baisse de 6 points sur la part de la masse salariale inférieure à ce seuil. S’ajoutera une diminution de 4,1 points au niveau du Smic. Et le Medef n’est pas content : parce que, au contraire du CICE, la baisse des cotisations augmente le bénéfice comptable, donc potentiellement l’IS. Gageons que le patronat trouvera une astuce pour faire évader pas mal de choses… En attendant que la baisse du taux de l’IS de 33,3 % à 25 % promise en 2022 arrive…

Progression de la fiscalité environnementale : le litre de gazole taxé de 10,4 centimes de plus en 4 ans ; la Contribution climat énergie, dite taxe carbone, actuellement de 30,5 €/t/CO2, portée à 44 € en 2018 et 86 € en 2022. Ce pourrait être un bon signe, mais à quand la réaction des lobbies ? En attendant, le gouvernement prévoit de supprimer les aides « au maintien des agriculteurs biologiques »… Le marché y pourvoira, a déclaré le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert. Le marché agricole, nouveau bon exemple de marché ? Sous l’impulsion du lobbying pro-glyphosate de la FNSEA ? (4)

Quant à la taxe sur les transactions financières (TTF) dont discutent depuis plusieurs années une dizaine de pays européens, elle est toujours dans les limbes, et le projet a même reculé puisqu’Emmanuel Macron a remis en cause le début d’accord en proposant à la place une « stamp duty tax », sorte d’impôt de bourse à l’assiette étroite, confirmant ainsi la disposition du projet de budget français 2018 qui renonce à étendre la TTF aux opérations spéculatives infra-quotidiennes.[11] L’obsession des financiers de Paris est d’attirer ceux de la City après le Brexit.

Politiques budgétaire et de dépenses publiques

Entre 15 et 20 milliards de baisse programmée des dépenses publiques, selon les annonces variables du gouvernement. C’est le signe de la poursuite des politiques d’austérité : 7 milliards de moins pour l’État, 5 pour la Sécurité sociale et 3 pour les collectivités territoriales. La loi de financement de la Sécurité sociale de 2018 exige de l’assurance-maladie une économie de 4,2 milliards. Le forfait hospitalier augmente de 2 euros par jour : la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, affirme qu’il sera payé par les mutuelles et « non par les Français » : or, qui paie les cotisations aux mutuelles, de plus non dépendantes des revenus, donc moins solidaires que celles à la Sécurité sociale ?

Diminution des « emplois aidés » de 440 000 à 200 000 l’an prochain (5) pour économiser 2,6 milliards d’euros (un emploi aidé coûte 11 000 euros par an). Cela dans le contexte où les dépenses de fonctionnement des collectivités locales s’élevaient en 2016 à 168,5 milliards d’euros, en baisse de 0,2 % par rapport à 2015, et les dépenses d’investissement à 45,5 milliards, en baisse de 3 %. Les restrictions apportées à l’accompagnement des « parcours professionnels, carrières et rémunérations », commencées déjà à la fin du quinquennat Hollande, se font en niant l’utilité de ces emplois, tant en termes d’utilité des services rendus que d’aides pour entrer dans l’emploi. De plus, qu’est-ce qu’un emploi aidé quand les exonérations de cotisations sociales représentent 52 milliards d’euros par an (CICE et Pacte de responsabilité inclus), auxquels vont s’ajouter 4 milliards en 2018 au titre de zéro cotisation au niveau du Smic ?

Diminution de l’aide personnalisée au logement (APL) de 5 euros par mois qui va toucher 6,5 millions de ménages, dont 800 000 étudiants. Ainsi, les HLM auront 1,4 milliard d’euro sen moins s‘ils répercutent la baisse des APL sur les loyers.

Le gouvernement annonce un plan de 57 milliards d’investissement (20 pour la transition écologique, 15 pour la formation des chômeurs et des travailleurs peu qualifiés, 13 au titre dernier plan d’investissement décidé par Hollande, 9 pour la transformation numérique des services de l’État, dont la santé). Sur quel laps de temps : le quinquennat ? Le financement de ce plan, dans un contexte de baisse des impôts, se fera par emprunt, alors qu’on n’a guère de visibilité des politiques du taux d’intérêt des banques centrales dans un proche avenir.

Le gouvernement table sur un regain de croissance économique (1,6 ou 1,7 % par an ?) avec en ligne de mire l’équilibre budgétaire « structurel » (hors aléas de la conjoncture), c’est-à-dire un équilibre variable en fonction des… variations. Absurde. Aussi absurde que de déclarer improductifs les travailleurs dans les services non marchands (6) et de considérer les dépenses publiques comme n’alimentant pas la demande vers toute l’économie (7).

L’absurdité se nomme aussi allégeance au dogme de la compétitivité et à celui du couple contradictoire concurrence/concentration : Alstom avait déjà vendu sa branche électricité à General Electric, sa branche TGV passe sous contrôle de Siemens, et les chantiers navals de Saint-Nazaire seront dirigés par Fincantieri. Aux politiques budgétaire, fiscale et sociale injustes s’ajoute une politique industrielle évanescente.

Le fondé de pouvoir et les fondus de pouvoir

Au bout de quatre mois, la preuve est faite qu’Emmanuel Macron est le fondé de pouvoir de la haute classe bourgeoise, bruyamment applaudi par le Medef. Même l’éditorialiste du Monde, Françoise Fressoz, qui durant toute la période électorale appelait à ce qui ne s’appelait pas encore le macronisme, commente : « Au bonheur des riches ! » (Le Monde, 28 septembre 2017).

Il faut être au moins professeur au Collège de France pour affirmer que le volet sécurité de la flexicurité est en marche pour les salariés, que le ruissellement de la richesse des riches vers les pauvres est à l’œuvre et que l’argent placé à la Bourse alimente l’économie (Philippe Aghion, France-Inter, 21 septembre 2017). Et, être professeur à Polytechnique et à l’ENSAE donne la légitimité de réclamer d’aller encore plus loin dans la libéralisation (Pierre Cahuc, « Le big bang n’a pas eu lieu », Le Monde, 26 septembre 2017) qui a conduit à la crise (8).

Le fondé de pouvoir a derrière lui des fondus de pouvoir voulant imposer leur magistère sur une science économique galvaudée, au point de considérer que la cause du chômage est le droit du travail, comme les accidents de la route qui seraient dus au code de la route, c’est bien connu.

                                                                                                                                       4 octobre 2017

 

(1) Nous laissons de côté ici les débats sur l’état d’urgence permanent, même s’il y aurait beaucoup à dire en matière démocratique.

(2) Étienne Lefebvre, Les Échos, 3 octobre 2017.

(3) La date de revalorisation avait déjà été repoussée de janvier à avril en 2009, puis d’avril à octobre en 2014.

(4) Dans Le Monde du 1er et 2 octobre 2017, Stéphane Foucart raconte (« L’expert doit-il être un plagiaire ? »), comment l’Autorité européenne de sécurité des aliments a validé le rapport d’évaluation du glyphosate remis par l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques, qui était lui-même un « copier-coller » des déclarations des « sociétés demandant la réautorisation du glyphosate ».

(5) Dans son entretien avec Libération, 4 octobre 2017, Édouard Philippe affirme que le nombre d’emplois aidés passera de 280 000 à 200 000.

(6) Sur ce point très discuté, voir Jean-Marie Harribey, La richesse, la valeur et l’inestimable ; Fondements d’une critique socio-écologique de l’économie capitaliste, Les Liens qui libèrent, 2013.

(7) Voir Les Économistes atterrés, Changer d’avenir ! Réinventer le travail et le modèle économique, Les Liens qui libèrent, 2017.

(8) Voir Attac, Par ici la sortie, Cette crise qui n’en finit pas, LLL, 2017.

 

De Jospin à Macron, la pente descendante vers la médiocrité politique !

macrontrump

Souvenons-nous de Jospin qui déclarait en septembre 1999 sur TF1 « il ne faut pas tout attendre de l’État », Sarkozy qui prétendait « tout régler du haut de l’État », Hollande qui dans son programme annonçait « Réguler, contrôler, sanctionner » et enfin, Macron qui, sous couvert de modernité (tu parles !) déclare tout énervé en évoquant le cas GM&S, «bien connu dans la région», qu’on ne pouvait pas prétendre «protéger tous les emplois», y compris ceux qui n’ont «plus de destin économique». Ce serait, dit-il, «une mauvaise politique».

C’était il y a 2 jours en Corrèze, le mercredi 4 octobre 2017, lors de son déplacement qui portait sur la formation professionnelle et l’apprentissage. Juste avant sa déclaration il avait déclaré en off (capté par les caméras de BFMTV) «Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne pourraient avoir des postes là-bas […] parce qu’il y en a qui ont des qualifications pour le faire». C’était à propos des salariés de GM&S à La Souterraine qui étaient venus en car avec des élus en demandant à le rencontrer.

Pour toute réponse ils ont été accueillis par les lacrymos des CRS et le mépris de classe du Président. Il est bien en Marche, dans les pas de ses prédécesseurs, vers la médiocrité croissante en politique où le «destin» du Monde n’est «qu’économique».

S’il veut le bordel, il ne s’y prendrait pas mieux ! Reste plus qu’à tous les faignants à se réveiller !

Manuel Valls se radicalise, et, se ridulise.

dans Actualités, Assemblée nationale, Communiqués de presse, Le groupe

Communiqué du groupe LFI à l’Assemblée nationale

Manuel Valls a une nouvelle fois usé d’insultes insupportables envers la France insoumise.
Depuis le début des discussions sur la loi antiterrorisme, les députés de la France insoumise se sont employés à conduire un débat sérieux, à la hauteur de la gravité du sujet.

Nous aurions aimé que monsieur Valls démontre sa volonté réelle de lutter contre les actes terroristes en appuyant nos amendements visant à s’attaquer aux sources de son financement : réquisition de Lafarge, commission d’enquête sur le Qatar, etc.

Au lieu de ça, il préfère se vautrer dans l’outrance en maniant les amalgames et en adoptant le point de vue de l’extrême droite, qui l’a d’ailleurs chaleureusement applaudi dans l’hémicycle.

Cette attitude irresponsable est indigne d’un ancien Premier ministre.

Décidément, monsieur Valls ne sait plus quoi faire pour continuer à exister, alors que son élection dans l’Essonne risque l’invalidation par le Conseil constitutionnel. Préparer cette élection de cette façon en dit long sur l’angle qu’il a choisi contre son adversaire lésée de la France insoumise.

Indemnités prud’homales : les trois mensonges de Pénicaud face à Elise Lucet

pc3a9nicaud-muriel
Muriel Pénicaud, le 31 août à Matignon. Photo Alain Jocard. AFP

Tiré de Libération Pauline Moullot

Dans «Cash Investigation» sur France 2, la ministre du Travail a tenté de justifier l’instauration d’un barème des indemnités prud’homales, au prix de grosses contre-vérités.

C’était l’une des séquences attendues de l’émission Cash Investigation, mardi soir sur France 2. Après avoir constaté pendant deux heures les conditions de travail épouvantables chez Lidl ou chez Free sur lesquelles ont enquêté les équipes d’Elise Lucet, la ministre du Travail allait devoir justifier sa réforme, qui risque d’aggraver la situation de bon nombre de personnes.
Interrogée sur les indemnités prud’homales et le barème contraignant mis en place par les ordonnances, Muriel Pénicaud a notamment dû s’expliquer sur la situation de Nelson, licencié abusivement alors qu’il avait moins d’un an d’ancienneté. Aux prud’hommes, il a touché six mois de salaire d’indemnités, alors qu’avec le nouveau barème il n’aurait touché qu’un mois. Elle a donc essayé de s’en sortir au prix de plusieurs mensonges.

Continuer la lecture de « Indemnités prud’homales : les trois mensonges de Pénicaud face à Elise Lucet »

Macron et le CETA ou la politique « En même temps »

Maintenant on a bien compris, puisque les éditocrates nous le disent à longueur de temps, avec Macron on est dans l’ère du chamboule-tout politique. C’est forcément nouveau et frais puisqu’il est jeune !
Et gare à ceux qui voudraient promouvoir le maintien de droits acquis au prix de conquêtes plus que réformatrices puisque révolutionnaires.
Gare à ceux qui se réclament de la laïcité quand on évoque la religion du Marché et du Libre-échange.
Des ringards, des partisans du vieux monde qu’on vous dit !

Bon soit, mais regardons de plus près la logique macronienne. Durant la campagne, il fait de la communication davantage que de la politique. Il parle de projet, mais, même dans les débats publics, il parvient à ne pas parler politique. Il est déjà «en même temps» et on ne s’en rend pas encore compte.

L’écologie, par exemple, est la grande absente de sa campagne et on a pu, mardi dernier lors du face à face entre le 1er Ministre et Jean-Luc Mélenchon, mesurer à quel point ça n’avait pas évolué dans ce domaine puisque E. Philippe a été incapable de donner des réponses claires et précises sur la sortie du nucléaire.
De la même manière on a pu voir comment le gouvernement et son faux-nez vert Nicolas Hulot ont courageusement fait face à la FNSEA pour interdire le glyphosate (Ah pardon, on me dit dans mon oreillette que le glyphosate n’est pas interdit. Au temps pour moi).
Si on évoque Notre Dame des Landes ou le site d’enfouissement de Bure ou, plus récemment ce vendredi, la grogne des élus et habitants de la vallée de l’Arve, on ne peut pas dire que ce gouvernement affiche une volonté farouche d’aller vers la transition écologique et énergétique (en même temps, à ce sujet ça me fait penser que ces gens auraient dû s’intéresser à notre programme, car le ferroutage y figure, entre autres).
Et la baisse des APL ? Qui dans un premier temps apparaît comme une attaque sociale contre les plus nécessiteux, révèle en second plan (voir ici) le désintérêt de ce gouvernement pour les questions environnementales (au passage, c’est ce que nous défendons dans «l’Avenir en commun» au titre de l’écosocialisme).
On peut aussi évoquer les états généraux de l’alimentation et la réponse du Ministre de l’agriculture à François Ruffin.

Bref, la liste est longue et à quoi nous amène-t-elle ? Eh bien au constat que ce gouvernement, aux ordres de Président Macron, fait «en même temps» le contraire de ce qu’il dit. On a au final :

Jekkyl Emmanuel qui, il y a quelques jours à l’ONU, a appelé à la fin de ses trente-cinq minutes d’intervention « à réconcilier notre intérêt et nos valeurs, notre sécurité et le bien commun de la planète » et Hyde Macron qui applaudit des deux mains l’accord CETA et qui engage ses troupes pour le défendre ardemment (voir ici).

Rappelons pour enfoncer le clou,

  • que le gouvernement avait commandé une expertise qui a été remise au Premier Ministre le 8 septembre soit deux semaines avant la mise en application provisoire du CETA;
  • que ce rapport émettait des craintes sérieuses à propos des impacts  négatifs du CETA dans les domaines environnementaux, sociaux et démocratiques;
  • que Nicolas Hulot était farouchement opposé au CETA avant de devenir Ministre «en même temps»;
  • que même la FNSEA craint le CETA (bon rassurons-nous, pas pour des raisons d’intérêt général, mais pour le manque à gagner)…

Bon, «en même temps» j’dis ça pis j’dis rien !

 

Interdiction immédiate aux dirigeants de LIDL et FREE d’exercer leurs fonctions.

 

On est mal patron !

https://img.20mn.fr/Cy88oKgsTuS57evUHUyaUw/960x614_extrait-publicite-enseigne-lidl

Nous sommes choqués du comportement des dirigeants de ces entreprises, véritables esclavagistes modernes. L’émission Cash Investigation du mardi 26 septembre nous a montré sans que cela soit discutable que la “réussite joyeuse” de certaines enseignes se fait au détriment de la santé morale et physique d’une partie des employés. Les interviews des responsables de ces entreprises prouve que personne en haut lieu affirmer “les yeux dans les yeux” ignorer ce qu’il s’y passe. Leurs réactions montrent leur hypocrisie, leur arrogance et le peu d’importance qu’ils accordent aux traitements indignes que des employés de leurs entreprises subissent au travail. Et ce serait “le marché” qui en est coupable ? Quelle honte !
Suite à la diffusion de cette émission, l’une de ces sociétés, annonce que des directeurs de magasins allaient être sanctionnés. Mais les vrais décideurs, eux, resteront bien en place. C’est inadmissible ! Si des sanctions doivent être prises, elles ne peuvent se faire qu’à l’encontre des vrais responsables et de leurs complices. C’est pourquoi nous devons réclamer haut et fort l’interdiction immédiate d’exercer leurs fonctions pour ces personnes, par mesure de précaution, en préalable à l’ouverture d’une enquête.

La justice doit se faire, des sanctions sévères doivent être prononcées et un signal très fort doit être donné à d’éventuels autres esclavagistes en herbe. Madame la Ministre vous devez vous saisir de cette affaire sans plus attendre.

Pour signer, c’est ICI

Pour voir ou revoir l’émission, c’est

aubeinsoumise@gmail.com