Plus de morts aux États-Unis dans la pandémie de COVID-19 que dans la Première Guerre mondiale

Lire l’article original
en anglais

Le point de vue d’un syndicaliste américain sur l’épidémie qui ravage les USA, dans le cadre d’un néolibéralisme cynique et effréné

Plus de personnes sont mortes pendant la pandémie de COVID-19 aux États-Unis que de soldats américains sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Le nombre de morts reconnu des soldats américains dans la « Grande Guerre » est de 116 516. Au moment d’écrire ces lignes, 119 112 personnes sont mortes d’une infection à coronavirus aux États-Unis.

La Première Guerre mondiale est terminée. La pandémie de COVID-19 continue.

Plus de soldats américains sont morts pendant cette pandémie aux États-Unis que pendant la guerre du Vietnam et la guerre de Corée.

La Première Guerre mondiale, la guerre de Corée et la guerre du Vietnam ont chacune duré de nombreuses années. La pandémie de COVID-19 n’a duré que quelques mois – jusqu’à présent.

Les décès aux États-Unis liés au COVID-19 ont atteint les 100 000 morts le 27 mai. Depuis, nous enregistrons en moyenne plus de 800 décès par jour. C’est la nouvelle norme.

Les États-Unis sont le leader mondial en matière de décès par coronavirus. Pourquoi? La réponse est évidente pour tous. Il n’y a pas de plan ni de programme au niveau fédéral. Il n’y a qu’un gouvernement dysfonctionnel qui ne s’occupe que de se préserver et de préserver les profits inacceptables de la classe des milliardaires.

Ces milliardaires ont vu leur valeur nette combinée grimper de 434 milliards de dollars entre le 18 mars et le 19 mai, tandis que le reste d’entre nous était jeté aux oubliettes. Nos cinquante États, nos territoires coloniaux de Porto Rico à Guam, et nos milliers de villes et de comtés ont tous été laissés à eux-mêmes pour se débrouiller du mieux qu’ils pouvaient.

Tout véritable plan de lutte contre la pandémie accorderait la priorité :

  • Test universel de masse pour sortir l’infection de l’ombre.
  • Suivi organisé des contacts pour suivre et contrôler l’infection.
  • Des soins médicaux pour tous, sans égard au statut économique.
  • Équipement de protection individuelle (EPI) abondant pour les travailleurs de la santé.


Au lieu de cela, les tests sont au mieux sporadiques, le dépistage des contacts est presque inexistant, les soins médicaux sont une catastrophe, et il y a une pénurie désespérée d’équipements individuels. Ce que nous avons, c’est une dangereuse « réouverture » de l’économie – une économie qui a déjà laissé tomber les pauvres et les travailleurs bien avant que la pandémie ne nous frappe. Pour tous les billions de dollars dépensés pour soutenir les grandes entreprises et les banques, seulement quelques sous sont dépensés pour les millions d’entre nous contraints au chômage et à la pauvreté.

Les meilleures estimations sont que 5 à 10 % des personnes aux États-Unis ont été infectées par le coronavirus, ce qui a entraîné plus de 117 000 décès. Que se passera-t-il lorsque des dizaines de millions d’autres personnes seront infectées? Vous pouvez faire le calcul. Le virus est en train de gagner.

Dans les médias, on entend sans cesse parler des « travailleurs essentiels ». Nous savons tous que, en réalité, nous sommes des travailleurs remplaçables. Dans certains endroits et à certains moments, il y a des tests pour certains d’entre nous, pour protéger le «public» des «travailleurs essentiels» malades. Que diriez-vous de tester le public, pour protéger les «travailleurs essentiels» contre l’infection? Ce n’est pas ce qui se passe. Nous sommes censés travailler et mourir comme de bons soldats pendant la Grande Guerre pour préserver les profits des entreprises.

Cette dynamique fondamentale n’a rien de nouveau. Pour paraphraser les paroles du révérend William Barber de la Campagne des pauvres, bien avant que George Floyd ne trouve ce genou sur son cou, Floyd et des millions de personnes comme lui étaient étouffés par la pauvreté, le racisme et la cupidité des entreprises.

La crise en Amérique a atteint des dimensions inégalées. La classe dirigeante milliardaire et ses marionnettes gouvernementales ne peuvent plus efficacement servir de médiateurs parmi les forces combattantes de notre société. L’échec de la campagne pluriannuelle de Bernie Sanders a démontré une fois de plus l’incapacité de la « démocratie » électorale à résoudre nos problèmes. Même si nous aspirons à la fin du trumpisme, est-ce que quelqu’un croit vraiment que Joe Biden peut nous mener à la terre promise ?

S’il y a un moment dans l’histoire qui a montré que le capitalisme – le culte de la recherche privée du profit – n’est plus le chemin de la vie, de la liberté et de la recherche du bonheur, c’est bien celui-là.

Juste une semaine avant son assassinat, Martin Luther King Jr a dit:

« Le problème, c’est que nous vivons dans un système défaillant. Le capitalisme ne permet pas un flux égal de ressources économiques. Avec ce système, un petit nombre de privilégiés sont riches au-delà de leur conscience et presque tous les autres sont condamnés à être pauvres à un certain niveau… C’est ainsi que fonctionne le système. Et puisque nous savons que le système ne changera pas les règles, nous allons devoir changer le système… Malgré toutes les mesures que nous avons prises en vue de l’intégration, j’en suis venu à croire que nous nous intégrons dans une maison en feu. »

Henry Kissinger, un homme qui a vécu de nombreuses crises et qui a du sang qui coule de tous les pores, a regardé la pandémie grandissante en avril et a écrit:

« Le défi historique pour les dirigeants est de gérer la crise tout en bâtissant l’avenir. L’échec pourrait mettre le monde en feu. »

Pour une fois, Kissinger a raison. Le monde est en feu. Le pouvoir au peuple.

Marc Norton a travaillé toute sa vie dans les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie et des services alimentaires.Plus de 95 % des travailleurs de son syndicat, UNITE HERE Local 2, sont maintenant sans emploi. Vous pouvez explorer ses écrits en commençant par Marc Norton Online.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.