Sondage – Les propositions de loi de la France insoumise massivement soutenues

Lire sur
le site original

Ce jeudi 4 juin, la France insoumise présentait à l’Assemblée ses propositions de loi. Un jour unique dans l’année (appelé « niche parlementaire ») où ce mouvement fondé par Jean-Luc Mélenchon peut être maître de l’agenda parlementaire. Un sondage, réalisé par l’institut Harris interactive, montre que les idées défendues par les insoumis sont massivement soutenues par les Français. Explications.

86% des Français favorables au plafonnement des frais bancaires

Pour leur niche parlementaire, les insoumis ont déposé quatre proposition de loi et de résolution pour une bifurcation écologique, pour plafonner les frais bancaires, pour l’annulation de la dette publique détenue par la BCE ou encore pour reconnaître le Covid-19 comme catastrophe naturelle et forcer les assurances à mettre la main au portefeuille. Deux de ces propositions sont testées dans le sondage Harris interactive pour la France insoumise. 

Première proposition testée : le plafonnement des frais bancaires. À la question « Êtes-vous favorable ou opposé(e) à un plafonnement par la loi des frais bancaires, incluant les agios ? », 86% des Français répondent favorablement. Ils sont même près de 60% à se dire « très favorables » à une telle mesure. Et on les comprend ! Les frais bancaires représentent chaque année une somme de 7 milliards d’euros qui passent directement du compte en banque des citoyens aux poches des banques. Pire : ils contribuent à l’appauvrissement des plus pauvres avec les agios, véritable impôt privé sur ce qu’on appelle pudiquement les « incidents bancaires ».

Soutien aussi massif pour une seconde proposition des insoumis : la reconnaissance du Covid-19 comme catastrophe naturelle. L’idée de cette proposition est simple : adapter la législation pour préciser le périmètre actualisé des catastrophes naturelles qui peuvent bénéficier d’une couverture assurantielle. Cela permettrait notamment aux entreprises d’obtenir au plus vite les indemnisations liées aux pertes d’exploitations subies à cause de la crise du coronavirus. À la question « Êtes-vous favorable ou opposé(e) à ce que les pandémies soient reconnues comme catastrophes naturelles ? », 83% des Français répondent favorablement et seuls 17% s’opposent. 

90% des Français favorables au pôle public du médicament

Si les insoumis ont déposé quatre propositions de loi et de résolution ce jeudi 4 juin, ils avaient en réalité initialement prévu d’en déposer trois de plus, pour encadrer la sous-traitance des femmes de ménage, pour créer un pôle public du médicament ou encore pour parer la crise alimentaire et agricole. Mais ces propositions de lois ont malheureusement été vidées de leur contenu en commission par La République en Marche et retirées en conséquence de l’agenda par les insoumis (voir notre article d’explication ici).

Pour autant, l’institut Harris Interactive a testé deux propositions des insoumis contenues dans ces lois finalement non déposées. Et là encore, les résultats sont impressionnants. À la question « Êtes-vous favorable ou opposé(e) à la création d’un pôle public du médicament, qui serait un établissement public scientifique et technique, ayant vocation à s’assurer de l’approvisionnement de la France en matière de dispositifs médicaux ? », 90% des Français répondent favorablement. Ils sont même 52% à se dire « très favorables » à cette idée. 

Même résultat extrêmement tranché pour une autre idée des insoumis contenue dans la proposition de loi pour parer la crise alimentaire et agricole. À la question « Êtes-vous favorable ou opposé(e) à la mise en place d’un “chèque alimentaire” mensuel pour les personnes les plus modestes (chèque qui pourrait exclusivement être utilisé pour acquérir des produits alimentaires et de première nécessité) ? », 79% des Français répondent favorablement. 

Au total, les idées défendues par les insoumis sont donc très largement soutenues par les Français. Malheureusement, entre les propositions de loi vidées de leur contenu par La République en Marche et celles contre lesquelles ils ont voté, ces idées n’entreront pas en application. Une déception d’autant plus grande que la proposition de loi d’Alexis Corbière pour le plafonnement des frais bancaires était par exemple soutenue par six groupes sur les dix que comptent l’Assemblée et aurait donc été adoptée sans l’opposition bornée des macronistes. 

Antoine Léaument

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.