L'Aube Insoumise

Carte scolaire : l’Aube Insoumise en campagne !

Devant les 42 projets de fermeture de classe envisagées pour la rentrée, les groupes d’action du département ont décidé d’une action concertée au niveau départemental pour protester contre cette gestion comptable du système éducatif, encore plus inadmissible dans le contexte actuel de crise sanitaire.

Une campagne d’affichages dans les communes et quartiers touchés par ces mesures à eu lieu.

Un tract a également été distribué dans lequel nous posons nos revendications immédiates dans la période.

Télécharger le tract

Pour répondre à la crise, et au malaise profond de l’école, nous proposons : 

  • de refonder la carte scolaire pour prendre en compte les critères de mixité sociale :
  • de recruter des professeurs du premier et second degré, afin de baisser le nombre d’élèves par classe et qu’il y ait, en primaire, plus d’enseignants que de classes pour favoriser les activités artistiques, de soutien ou autres…
  • de recruter des assistants d’éducation et des étudiants à des fins de tutorat ;
  • de favoriser le recrutement d’infirmiers et de médecins scolaires en revalorisant ces professions essentielles à la santé de nos enfants !

Mais c’est aussi l’occasion d’une réflexion à plus long terme sur l’aménagement du territoire et la présence nécessaire du service public.

Quand arrêtera-t-on de proposer comme solution de regrouper les écoles (en milieu rural comme dans les quartiers où elles se transforment en monstres à trop de classes) ? Certes parfois on y sauve un poste – pour quelques années – jusqu’à ce nouvel effectif donne à l’administration la latitude de tailler à loisir dès que l’occasion s’en présente ! A preuve ces propos des maires du pôle scolaire de Maizières les Brienne, sur le site de Libération-Champagne en date du 15 février 2021 

“Chez William Minisini, Hervé Chambon et Jean-François Bertin, respectivement maires de Maizières-lès-Brienne, Hampigny et Perthes-lès-Brienne, le coup est également dur à encaisser. Simplement parce que ce pôle scolaire fait face à une fermeture de classe, seulement quatre ans après son ouverture et des investissements non négligeables.

« Nous avons mis en place des pôles pour pouvoir apporter des services (cantine, garderie) qui n’existaient pas et améliorer justement les conditions d’enseignement. La directrice a confirmé que c’était le cas », témoigne le second, vice-président de l’intercommunalité en charge des affaires scolaires au moment de cette création. Avant d’inviter l’Éducation Nationale à sortir de cette « logique du chiffre ». Une logique trop froide, selon eux.”

Comme nous le disons dans le tract, l’éducation n’est pas une marchandise. Elle est la principale richesse du peuple et du pays. Il est temps de réparer les dégâts !

Télécharger le livret

Dans son programme L’Avenir en commun, la France Insoumise est porteuse de propositions :

Adopter une loi d’orientation pour l’école

    • Abroger la réforme du collège du gouvernement Valls
    • Garantir le cadre national des programmes et des diplômes
    • Étendre la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, en adaptant les pédagogies et les parcours scolaire

Assurer l’égalité devant l’école

  • Instaurer une nouvelle carte scolaire établissant la mixité sociale
  • Mettre en œuvre un plan de lutte contre les inégalités à l’école maternelle et primaire, notamment avec un droit à la scolarisation dès 2 ans, la baisse du nombre d’élèves par classe en primaire, la présence de davantage d’instituteurs que de classes dans les écoles, le développement des Réseaux d’aide aux élèves en difficulté

Assurer la gratuité réelle de l’éducation publique, y compris les cantines, le transport et les activités périscolaires, fournir gratuitement aux élèves les manuels scolaires, ainsi que des fournitures sans marque, pour assurer une réelle égalité des conditions entre élèves et lutter contre l’intrusion marchande à l’école

Recruter au moins 60 000 enseignants supplémentaires (chiffres 2017) sur le quinquennat et mettre en place un dispositif de prérecrutement pour favoriser l’accès au métier d’enseignant pour les jeunes issus de milieux populaires

Revaloriser le salaire des enseignants, en particulier ceux du primaire

Réserver l’argent public au financement de l’école publique (abrogation de la loi Carle notamment)

Toutes et tous dans la rue pour défendre
les services publics Jeudi 8 avril - 13 h 30 Place Jean Jaurès TROYES

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :