L'Aube Insoumise

Comité de respect ?

Comme tout le monde sait que la France Insoumise est un mouvement de démocratie inclusive et bienveillante, et que les perspectives du mouvement sont au beau fixe, doit-on s’étonner que les membres de son Comité de Respect aient pu s’offrir un petit voyage en nostalgie stalinienne !

En effet, on peut lire sur le site officiel de la FI que “Lors de sa dernière réunion, le Comité de respect des principes a rédigé un texte de position concernant les insoumis·es et/ou groupes d’action qui soutiendraient une autre liste que celles ayant obtenu le soutien officiel du Comité électoral de La France insoumise aux élections régionales, départementales, consulaires et sénatoriales de 2021.”

C’est consultable ici… Pour le confort de la lecture, on l’a mis dans la colonne de gauche, sur fond rouge ! (faut bien leur laisser ça !)  

Lorsque le Comité de respect des principes est saisi, il vérifie auprès du Comité électoral si la liste et/ou les candidat·es signalé·es sont soutenu·es ou non par notre mouvement au premier et/ou au second tour.

Voilà un premier motif d’étonnement : d’après le texte qui le présente sur le site national, le dit comité est chargé de faire “respecter, au sein du mouvement, les textes, les valeurs, les principes et les orientations de La France insoumise.”

De liste ou de candidature, il n’est nulle question !

D’ailleurs, qu’est-ce que cela aurait à voir avec une appréciation locale de la situation, de l’engagement des uns et des autres, du nécessaire débat qui doit avoir lieu dans une organisation de lutte qui se veut “un mouvement ouvert et populaire” (principe 3 de la FI) ?

Si conflits il y a, c’est qu’il y a des désaccords… et on ne peut s’étonner qu’ils soient nombreux au vu de la gestion étroitement centralisée et largement chaotique de ces élections par le comité électoral !  Que fera donc notre valeureux conseil de respect pour apprécier la défection d’un habitant de Bordeaux hostile au NPA, d’un Strasbourgeois hostile aux notabilités du PS, un Lillois mal à l’aise avec l’union de la gauche… ou un Nantais ou un Angevin qui en veulent à Lorphelin et à LREM pour le mal qu’ils ont fait au pays et au peuple ?

  • la suspension de la plateforme des insoumis·es, (…). 
  • la dépublication de la plateforme des groupes d’action.(…)
  • la suppression de la plateforme des événements allant contre la liste officiellement soutenue par La France insoumise.

Dans le courriel qui sera adressé aux personnes ne respectant pas les choix stratégiques de notre mouvement, le Comité de respect des principes rappellera qu’une utilisation abusive de la plateforme contrevient aux décisions collectives du Comité électoral.

(…)

À l’issue des élections régionales, départementales, consulaires et sénatoriales de 2021, les personnes ayant été suspendues pourront demander à être réintégrées. Cette réintégration n’est toutefois pas automatique. Elle devra être demandée et justifiée par écrit, le Comité de respect des principes se réservant le droit de ne pas ré-intégrer les personnes ayant contrevenu aux décisions du mouvement.

 

Voici donc la liste des vexations inventées par nos valeureuses sentinelles de l’orthodoxie insoumise (vu ce qu’on est en train de faire du mot, ce n’est même plus un oxymore !)

Vous n’obéissez pas, on vous radie, on vous efface, vous n’existez plus… 

Paris sait, le centre sait, le comité sait… retournez dans l’ombre de votre crassitude ! 

Et l’on poussera la cruauté à rappeler que les décisions collectives du Comité Electoral le sont à 15 personnes… Certains initié-e-s font l’hypothèse que c’est beaucoup moins !

 

Les délices de l'autocritique !
(dessin Zhengsheng, d’après une photo publiée dans Chang et Halliday, 2006)

Pour conclure, ces mots de René Char, dans Fureur et Mystère :

A chaque effondrement des preuves, 

Le poète répond par une salve d’avenir

L' image mise en avant de cet article !

Jean Ignace Isidore Gérard dit J.J. Grandville et Eugène-Hippolyte Forest. . octobre 1832. Lithographie, 24×36,5cm.
Cette œuvre a été diffusée par « La Caricature », périodique satirique d’inspiration libérale et républicaine paru de 1830 à 1835. Dans ses attaques contre la Monarchie de juillet, les magistrats occupent une place de choix. Les artistes ont représenté la Liberté, à droite, dans le box des accusés. Elle est jugée par des hommes aux ordres de Louis-Philippe, président du jury, ici à gauche, qui déclare l’accusée coupable..

© Ordre des avocats de Paris

2 réponses

  1. Catherine Boussard dit :

    Tout ce que j’aurais voulu savoir dire… Si bien formulé ! L’insoumission ça se vit… La preuve !

  2. Maciazek Denis dit :

    Attention :La France Insoumise est en train de déraper grave…..
    A lire ce témoignage d’un membre de LFI auquel je souscris totalement.
    Pour mémoire, à Metz en Moselle, des Insoumis.e.s ont malheureusement déjà eu cette mauvaise expérience d’un stalinisme qui ne dit pas son nom… il y a moins de deux ans dans le cadre des élections municipales.
    Décidemment, même dans la France Insoumise, les vieilles habitudes persistent y compris sous des crânes pourtant jeunes en âge

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :