L'Aube Insoumise

Elections régionales : les chef-fe-s de file de la FI

Le comité électoral a validé les décisions du comité de pilotage régional pour la désignation des chef-fe-s de file pour les élections régionales à venir. Il s’agit de Caroline Fiat, députée de Meurthe-et-Moselle, et de Jean-Marie Brom, militant du Bas-Rhin. (En fin d’article, une petite présentation des deux)

Attention ! Chef de file ne veut pas dire candidat : leur rôle est bien défini dans un mail envoyé aux signataires de l’appel du 5 décembre.

Les chef-fe-s de file “auront la mission de défendre les principes fondateurs de notre Appel pour une fédération populaire dans le Grand Est et du texte stratégique “Départementales, régionales : La France insoumise appelle à des programmes communs” adopté par La France insoumise, dans les phases de discussions engagées à l’avenir avec les organisations politiques, associatives et syndicales de la région qui nous auront répondu favorablement. 
“Ambassadeurs” de la France insoumise au cours de cette nouvelle séquence électorale, ils travailleront en collaboration étroite avec les binômes de chef.fes de file des 10 sections départementales prochainement désignés par le comité électoral, pour animer la campagne sur tout le territoire du Grand Est, en lien avec l’équipe opérationnelle et les groupes d’actions.

Voilà qui est bien… sur le papier ! La réalité est sans doute plus complexe…

Car le débat qui agite la France Insoumise du Grand-Est n’est pas encore tranché, à savoir : faut-il entrer dans une stratégie de très large union de la gauche, au risque d’y perdre son âme ?

C’est d’ailleurs avec surprise que nous avons lu les propos de Caroline Fiat dans L’Est Républicain du 24 janvier. A la question des modalités de sa désignation, elle répond : “Un comité de pilotage composé d’une vingtaine de délégués des départements du Grand Est a planché sur la question, et ensuite ce sont les militants qui m’ont désignée lors d’un grand meeting en visio le 5 décembre.C’est faux ! La visio du 5 décembre a été consacrée exclusivement à l’élaboration de l’appel Pour une fédération populaire dans le Grand-Est et à une approche très générale des stratégies à mettre en oeuvre pour ces élections. De désignation, il n’a pas été question.

Encore heureux d’ailleurs, car on pourrait alors se demander à quoi sert le comité de pilotage, et pourquoi Caroline aurait eu l’honneur d’être plébiscitée quand son binôme masculin, malgré son poids à l’intérieur de la France Insoumise, se contentait d’une approbation discrète et confidentielle du comité électoral (comme le veut la charte qui le régit)

Jean-Marie Brom, chef de file
Céline Léger, correspondante régionale
Martine Billard, comité électoral national

Le plus important est ailleurs, et pose deux questions :

La première est très spécifique à la Champagne-Ardenne. Comment, parce qu’on est prisonniers de règles nationales, a-t-on pu imaginer une équipe de négociation sur des enjeux régionaux en oubliant les quatre départements de l’ouest, dont les enjeux et les préoccupations ne sont pas tout à fait les mêmes que celles de départements plus riches et plus peuplés ? On aurait voulu cautionner le scandale anti-républicain que représente la loi Notre que l’on ne s’y serait pas pris autrement !

Loi Notre, oeuvre de Hollande et du PS ! C’est la deuxième question… Caroline est à l’initiative de “L’appel inédit” qui prône de construire un programme et une liste uniques avec des forces de gauche allant jusqu’au PS ! Il faut reconnaître à Jean-Marie Brom qu’il a pris plus de temps pour signer… Etait-ce la condition de sa candidature ?

 

Le retour de l’Union de la Gauche

Pour information, dans l’Aube, cet appel est signé par Olivier Girardin et Jean-Pierre Cornevin, et les signatures de Génération.s se mêlent à celles de ces personnalités du PS et du PC. Au point de rendre, de par la faute de l’aveuglement des responsables nationaux, la FI départementale complètement invisible… à preuve cet article de l’Est-éclair du 23 janvier 2021 “La gauche se prépare à reconquérir des sièges“, dans laquelle on découvre que 2017 n’a pas eu lieu, et que la gauche auboise, c’est le PC et le PS… Merci à la FI nationale de cette clairvoyance !

Ça fait plus d’un siècle qu’on se pose la même question : Que faire ? Certains Insoumis-e-s de la région tiennent à ce que les orientations anti-libérales contenues dans l’appel du Grand-Est contribuent à une fédération de militants et de citoyens, et non de carte de visite à une tambouille électorale, dont le plus grand risque est de détourner de nous tous les électeurs que la campagne de Jean-Luc Mélenchon doit enthousiasmer à l’échéance de 2022, afin de mettre en place une sixième République dont nous ayons le courage et dont nous avons le devoir de nous appliquer les principes fondateurs : transparence et confiance !

L’Aube Insoumise se fera l’écho de leurs initiatives, dans le cadre de la rubrique Débats internes qu’elle a mis en place.

Qui sont-ils ?

Jean-Marie Brom
Caroline Fiat

8 réponses

  1. André dit :

    Cette situation est scandaleuse et absolument de nature à démobiliser les militants.

    Comment en effet imaginer aller promouvoir l’Avenir en Commun auprès de nos concitoyens lors de la prochaine campagne présidentielle alors que nous aurons été totalement invisibilisés par nos propres instances durant la campagne des régionales ?

    Par ailleurs, je confirme que lors du meeting en visio du 5 décembre auquel j’ai participé, il n’a été à aucun moment question de la désignation par les militants présents de Caroline Fiat ni de Jean-Marie Brom comme chefs de file. Michel a donc raison d’écrire que la déclaration de Caroline Fiat à ce sujet dans l’Est Républicain est fausse.

    Les militants insoumis qui souhaitent défendre l’appel qui a été produit par l’ensemble des militants de la région Grand Est réunis en visio le 5 décembre peuvent s’inscrire sur le groupe de soutien en suivant ce lien : https://actionpopulaire.fr/groupes/7aadd4c6-6cb4-4e22-b878-e198fb840124/ Soyons nombreux à appuyer ainsi l’appel des militants.

  2. comoen dit :

    Après avoir bafoué la démocratie en contournant les orientations anti libérales de la plate forme du 5 décembre adoptée par l’ensemble des militant(e)s du grand est , Caroline FIAT y ajoute le mensonge , ce qui est proprement scandaleux à l intérieur de notre mouvement .

    Lors de ses voeux à la presse, jlM a annoncé la parution d un livret sur la 6 eme république et sur la démocratie…???? Caroline FIAT… c est sûr… n en est pas la rédactrice

  3. anne dit :

    merci Michel pour cet article. Participante de la Visio régionale du 5 décembre je ne peux que me scandaliser d’un tel mensonge de la part d’une élue LFI . Si les propos rapportés dans l’Est Républicain sont exacts ( et tous n’avons pas eu vent d’un quelconque démenti de l’intéressée ) elle devrait faire l’objet d’une procédure de révocation de la part des militants car elle ne peut en aucun cas bénéficier de ma confiance . Continuons comme cela et ne venons pas pleurnicher d’un statut quo ou de l’accession au pouvoir de l’extrême droite en 2022.
    de mon point de vue, nous devons interpeller les instances régionales et nationales sur le mépris des militants affiché par Mme Fiat.

  4. Josiane Mayor dit :

    Pourquoi un mensonge aussi énorme ? Le 5 décembre, lors de la visio des insoumis à laquelle j’ai participé, nous n’avons jamais été appelés à voter pour un ou une chef de file ! Ce n’était pas dans nos attributions… Comment peut-on continuer à leur faire confiance alors qu’ils ne cessent de nous mentir ? Elaboration de l’Appel inédit avec les socialistes, avant même qu’on ait élaboré notre propre appel et sans nous en informer, propos de Caroline Fiat dans le journal…
    J’en viens à me demander s’ils ne nous prennent pas pour des imbéciles, incapables de gérer nos propres affaires !

  5. Fiat dit :

    Bonsoir le journaliste s’est trompé en écrivant l’article ! J’avais à cœur d’expliquer notre mouvement de mettre en avant le travail des délégué.e.s du comité de pilotage mais vu que j’ai parlé aussi de la réussite de notre appel grand est et de meeting visio du 5/12 il y a eu confusion dans l’article. Ravie de voir la confiance que nous pouvez me porter ! Ne vous inquiétez pas le mépris glisse sur moi être une femme, aide soignante en politique il faut se blinder même dans sa propre famille…. Je me permettrai de ne pas vous saluer, Caroline Fiat ( quand la presse fait des erreurs dans un article de JLM l’insultez vous de menteur ?)

  6. gilleswobedo dit :

    Quelle violence à l’égard de Caroline F. ! Savez-vous dans quelles conditions s’est déroulée cette interview ? Doit-elle être tenue responsable d’une erreur de transcription, de compréhension du journaliste ? Devait-elle exiger un droit de réponse auprès du journal pour éviter la polémique ? Cette manière de la clouer au pilori est juste effrayante. Je trouve cet article polémique particulièrement malhonnête et malveillant. Ce n’est vraiment pas à l’image des valeurs d’un mouvement comme LFI.

  7. André dit :

    Bonsoir,
    Je veux bien admettre que le journal puisse avoir mal transmis les propos de Caroline Fiat. En revanche, le fait d’avoir signé l’appel Filippetti quelques jours après nous avoir “accompagnés” le 5 décembre dans l’élaboration de l’appel LFI pour le Grand Est, ça me reste en travers. Désolé Caroline, mais il faudra trouver d’autres arguments pour me convaincre que tu ne nous as pas abusés ce jour-là.
    Je salue ton courage et ton engagement sur le terrain, mais au plan politique il faut arrêter de nous prendre pour des buses. J’aime bien ce terme de buses, c’est celui qu’aime utiliser Antoine Léaumont.
    Je me permets de te saluer, car même en situation conflictuelle on peut se respecter. Cela dit le respect est une notion qui nous semble de plus en plus étrangère à mesure qu’on s’éloigne du sommet.

  8. Reynald dit :

    Bonsoir,
    Bien occupé par des engagements associatifs, je m’écarte de plus en plus de la politique “stratégique” alors que j’étais, depuis 2010, fortement investi pour que les forces partisanes de gauche sachent travailler ensemble sur ce département où les droites radicales se sont imposées au point d’anéantir toute initiatives humaine. Un copain m’a fait connaitre J.L. Mélenchon auquel mon attache est évidente pour que “nous renversions la table”.
    J’ai accompagné l’initiative du Front de Gauche et ai réussi à créer l’Association Départementale du Front de Gauche dans l’Aube (association ayant vocation de permettre de s’impliquer en politique sans être partisan), alors que l’appareil local du PCF ne voulait pas qu’émerge une autre force susceptible de remettre en cause leurs “orra”.
    Je connais localement les dirigeants des mouvements politiques de gauche comme de droite avec lesquels je me suis trouver à travailler pendant 40 ans dans le domaine du social. “L’humain” ne les intéressent que parce qu’il leur rapporte “notoriété”, “pouvoir”, “place”, “argent”, “puissance”.
    A l’exception de LO,et du NPA les représentants des partis de gauche de l’Aube (PCF, PS, Génération S, EELV,) ne remettent pas fondamentalement en cause le système qui nous gouverne et pour une grande partie de ces dernier “le libéralisme” (notamment économique et financier).
    Un jour, il y a une quinzaine d’année, j’ai fais une promesse à un groupe de “laissés pour contre” par notre société: “me battre pour que ce soit leur parole qui compte!”. C’est pour cette raison que je suis resté “petite main” auprès des “éclaireurs” d’un autre monde possible.
    Je n’ai pas suivi cette visioconférence du 5!
    Ce que je sais Caroline, … ce que je vous ai plusieurs fois rapporté Michel, Josiane, André, c’est que les gens n’ont plus confiance aux appareils et aux “magouilles” entre les partis politiques.
    Ce que je sais, c’est que J.L. Mélenchon à obtenu ses beaux résultats parce qu’il était un “porte-voix” des plus fragilisés.
    Ce que je sais, c’est que les gens se mobilisent quand les valeurs portées les intègrent dans l’histoire à écrire.
    Ce que je sais, c’est que ces mêmes gens ne comprendront pas que nous abandonnions (au moins en apparence) nos convictions pour quelques places dans un Conseil Régional qui est un des plus réactionnaires. (A quoi servirait un représentant FI dans cette assemblée?)
    Ce que je sais, c’est que le travail mené depuis que le PG, puis le FdeG et enfin la FI se sont affirmé dans le temps, risque d’être foutu en l’air par un message non compris.
    Ce que je sais, c’est que ceux qui souffrent ont besoin de recevoir un vrai coup de main.

    Les alliances qui se profiles sont-elles une garantie de réussite pour eux, en 2022?
    Ne serait-il pas plus souhaitable de maintenir le cap présenté en automne dernier, à savoir, celui de travailler sur le projet que les Gauches soutiendraient au motif qu’elles se le seraient approprié en y ayant mis leur marque.
    Cordialement
    Reynald

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com