L'Aube Insoumise

En solidarité avec le peuple de Colombie…

En solidarité avec le peuple de Colombie en lutte contre la politique répressive du “Macron de Colombie”, comme la presse locale désigne le président Ivan Duque, le cinéma Le Vagabond de Bar sur Aube organise une projection du film documentaire de Marta Rodríguez Testigos de un etnocidio, memorias de resistencia (Témoins d’un ethnocide, mémoires de résistance)

Voici la présentation qu’en faisait, à l’occasion d’un festival en 2017, le Forum des Images : “Après 40 années consacrées à filmer une Colombie niée et discriminée, celle des peuples indigènes victimes des massacres, des déplacements forcés et de l’exclusion, Marta Rodríguez parle de sa position face à l’Histoire et lance un appel à la solidarité pour accompagner le combat des organisations indigènes. Témoignages et archives filmiques, accumulés au fil du temps, constituent la matière féconde de ce film ; oeuvre de mémoire et de résistance.

 

La séance aura lieu sur la plate-forme La 25ème heure”.

VENDREDI 28 MAI – 20 H 30

Les entrées (5 € par spectateur) seront reversées à la communauté Nasa de Cauca.

Clic sur l'image pour accéder à la salle

Une communauté victime d'une double peine

Le mercredi 12 mai, en repartant du carrefour où s’étaient rejoints les manifestants,le leader indien Ermes Pete Vitas déclare : « Nous ne partons pas, nous nous déplaçons pour continuer la lutte dans nos territoires, contre le gouvernement d’Ivan Duque et ses mauvaises réformes ». Mais si le peuple tout entier se mobilise à l’heure actuelle contre les aspects économiques et liberticides de la politique du président Ivan Duque, les populations indigènes sont en plus victimes, structurellement,  d’une oppression supplémentaire, faite de colonialisme et de racisme. 

C’est ainsi que le samedi 15 mai un nouveau dirigeant indigène a été assassiné. Avec lui ce sont 65 dirigeants et défenseurs des droits humains qui auront été tués en 2021. Il y en aura eu 1181 depuis la signature des accords de paix (23 juin 2016).

Prise entre deux feux, entre le gouvernement et la guérilla, la communauté Nasa a subi les foudres des deux camps, pour ne pas avoir choisi le “business de la guerre“, comme le dit un dirigeant indigène dans un communiqué du comité pour les droits humains en Amérique latine.

Suite au massacre de Tayueco, où cinq indigènes ont perdu la vie et six autres ont été blessés, Luis Acosta, coordinateur national de la garde indigène, formée d’hommes et de femmes armés seulement de cannes, symboles de leur fonction, a déclaré : «Nous sommes en conflit avec des dissidents des FARC parce que nous contrôlons le territoire, rejetant les cultures illicites de coca et de marijuana.»

1181 victimes !

Un peu plus tôt, l’Organisation nationale des indigènes de Colombie (ONIC) avait dénoncé sur Twitter le gouvernement du président de droite Ivan Duque le jugeant «complice de par son silence» et demandé «jusqu’à quand va durer le massacre?» La Colombie compte environ 1,9 millions d’indigènes, qui représentent 4,4% de la population. (Le Temps – Suisse, 30 octobre 2019)

Merci à toute l’épquipe du Vagabond pour cette initiative de solidarité ! On vous espère nombreux-ses à la séance !

¡ El pueblo unido jamás será vencido !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :