L'Aube Insoumise

Hauts de France (et ailleurs…) : et pourquoi pas le PS ?

On aurait quand même tendance à apprécier le commentaire de Deeplo à cette interview d’Ugo Bernalicis, qui envisage sans sourciller, “au vu des circonstances locales”  bien sûr, un accord avec le PS ! Comme toujours, le fond semble absent, ou en tout cas n’est guère lisible par les adhérents de base….

Hauts de France : un accord porteur d'espoir ?

Ci-dessous, une analyse plus approfondie de la situation par Pierre Jacquemain, rédacteur en chef de Regards.fr

À trois mois des élections régionales, EELV et LFI viennent de se mettre d’accord pour une alliance dans les Hauts-de-France dès le premier tour. Quelque chose serait-il en train de se décoincer à gauche ?

On croyait les écologistes entêtés dans une stratégie autonomiste et les insoumis récalcitrants à l’idée d’une soupe aux logos dans le cadre des élections régionales de juin prochain. C’est pourtant bien une stratégie d’union que viennent de valider, contre toute attente et à la surprise générale, EELV et LFI dans les Hauts-de-France.

L’eurodéputée écologiste, par ailleurs présidente de la Commission Transports au Parlement européen, Karima Delli, conduira une liste avec les insoumis dans la région présidée par Xavier Bertrand. L’enjeu dans cette région est important puisque la gauche s’était effacée en 2015, comme dans la région Provence-Alpes-Cote-d’Azur, pour ne pas prendre le risque de voir le Front national en prendre les commandes – bien qu’au second tour Marine Le Pen ait recueilli près des 46% des voix.

Des alliances en construction

Ainsi hier, un communiqué du député Ugo Bernalicis et d’Evelyne Becker – tous deux chefs de file LFI aux régionales – a confirmé cet accord : « La discussion avec Europe-Ecologie-Les-Verts et Karima Delli, cheffe de file dans la région des Hauts-de-France, offre les conditions d’un accord tel que nous l’appelions de nos vœux ». L’étonnement est d’autant plus grand que, depuis plusieurs semaines, les communistes semblaient assurés de bénéficier du soutien des insoumis et du Parti socialiste pour la candidature de Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français et député du Nord, à l’élection régionale. « Comme les communistes s’allient chaque jour toujours plus avec les socialistes dans la plupart des régions et que Roussel refuse de sceller un accord national avec nous – alors qu’il était demandeur dans le Nord –, ça devenait très compliqué. Nous avons pris nos responsabilités face aux tergiversations du PCF », lâche un cadre LFI.

Pour autant, les insoumis ne ferment pas la porte : « Nous appelons nos camarades du Parti Communiste Français et leur chef de file régional, Fabien Roussel, à rouvrir la discussion afin de construire ensemble ce rassemblement qui pourrait l’emporter face à Xavier Bertrand », écrivent en chœur Becker et Bernalicis. Côté place du Colonel Fabien, on grince des dents : « Roussel est furax. Il va attendre quelques jours pour réagir mais tout est possible. Il envisage tous les scénarii à ce stade. Et quand je dis que tout est possible, c’est que même le pire est possible ». Le pire sans doute serait un accord en tête-à-tête avec le Parti socialiste qui pourrait ne pas être en situation de franchir le second tour. Et si le chef de file des socialistes, Patrick Kanner, était prêt à s’aligner derrière Roussel, désormais sans les autres partenaires de la gauche rassemblés derrière le communiste, rien n’est moins sûr. « La dynamique va être du côté de Karima Delli », assure un proche du sénateur socialiste. De là à lâcher les communistes, il n’y a qu’un pas. Comme Roussel, Kanner devrait prendre son temps avant de réagir officiellement.

La présidentielle 2022 en ligne de mire

Mais si Place Publique, le mouvement initié notamment par Raphaël Glucksmann, aura visiblement sa place sur les listes de Karima Delli, un accord peut-il avoir lieu avec le Parti socialiste ? « Il n’y a pas de place pour les tambouilles. On ne négocie pas une région contre une autre comme semblent vouloir le faire certains partenaires de gauche », lance Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’EELV. Pour autant, l’écologiste veut croire qu’un « large rassemblement à gauche est à la fois souhaitable et possible parce que ça fait sens dans une région où le danger de l’extrême droite est très présent ». Et d’ajouter : « L’écologie doit être au cœur du projet. Si les communistes et les socialistes sont d’accord avec ça alors ils ont leur place à nos côtés ». Pour le député insoumis, Ugo Bernalicis, interrogé par France Bleu Nord sur l’éventualité d’un accord avec les socialistes : « Je ne suis pas demandeur d’un accord avec le Parti socialiste mais je n’y suis pas hostile non plus », a-t-il répondu.

L’enthousiasme n’est pas au rendez-vous mais LFI est prête à fermer les yeux. Si les communistes et les socialistes rejoignaient ce rassemblement, une dynamique à gauche pourrait alors créer la surprise en juin prochain, quand, en 2015, la dispersion des voix l’avait pulvérisée avec un PS à 18% (liste de Pierre de Saintignon), un PCF à 5% (liste de Fabien Roussel) faisant jeu égal avec les écologistes (liste de Sandrine Rousseau). Un rassemblement inédit dans un contexte de dispersion de la gauche et des écologistes qui exaspère leurs électeurs et leurs sympathisants pourrait inspirer d’autres régions où les accords ne sont pas encore totalement scellés. « Comme dans les régions Provence-Alpes-Côte-D’Azur, Pays de la Loire ou Grand-Est », estime Sandra Regol. Une chose est sure, à quelques mois seulement de l’élection présidentielle, les résultats du scrutin dans les Hauts-de-France seront scrutés à la loupe.

Réaction de LFI aux votes du PCF en AURA, Bourgogne Franche Comté et Centre Val de Loire

Cela rend d’autant plus savoureux le ton de vertu outragée du communiqué publié sur le site national, par rapport à la positon des camarades communistes dans d’autres régions de France !

Communiqué de l’espace élections – La France insoumise se réjouit du vote des communistes d’Auvergne Rhône Alpes. A près de 67% ils ont approuvé ce weekend le principe d’une liste commune entre nos deux organisations emmenée par Cécile Cukierman, sénatrice PCF. Après l’Ile de France et avec la Normandie, insoumis et communistes seront ainsi conjointement engagés dans au moins trois régions du pays.

En Centre Val de Loire et Bourgogne Franche Comté, La France insoumise prend acte, avec étonnement, du choix des dirigeants communistes de rallier le Parti socialiste. Nous avions pourtant accepté toutes les conditions du PCF dans ces deux régions. Les choix négatifs des conférences régionales nous ont été signifiés par voie de presse. Ces préférences d’alliances avec le PS plutôt qu’avec LFI nous paraissent d’autant plus stupéfiantes qu’elles conduiraient les communistes à rallier des sortants socialistes favorables à des accords avec LREM.

La France insoumise continue à tendre la main aux communistes pour un accord en commun dans ces deux régions. Bien que nous aurions souhaité un accord national, nous restons disponibles pour travailler dans les régions et les départements à une large coalition avec des forces de la gauche traditionnelle et des écologistes basée sur la défense de programmes de rupture avec le libéralisme et le productivisme, excluant tout compromis avec LREM.

Et dans le Grand Est ?

C’est pas comme si on avait ignoré le PCF dans le lancement de l’Appel Inédit…

C’est pas comme si le dit Appel Inédit n’était pas une opération de recyclage de tous les notables de la “gôche” !

Ce n’est pas comme si on en avait discuté entre militant-e-s LFI !

Ce n’est pas comme si, malgré tous les efforts de discussion consentis, les chef.fe.s de file du Grand-Est s’entêtaient à reprogrammer une réunion sans changer une virgule de l’ordre du jour, après un mois de courriers et de discussions !

Sans doute Deeplo a-t-il raison : un coin de table, c’est trop étroit pour inviter tout le monde au banquet !

1 réponse

  1. André dit :

    Tout ça est pathétique. Ça n’est même plus dans le pied qu’on se tire des balles. Ils vont quand même pas aller jusqu’à nous obliger à mener une campagne “Nous sommes CONTRE” ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :