L'Aube Insoumise

Intervention de Jean-Luc Mélenchon après les menaces du YouTubeur d’extrême droite Papacito

Voici le texte de l’intervention…

« Bonjour.

J’ai choisi ce moyen de m’adresser à vous parce que je n’en ai aucun autre pour lancer, avec l’ampleur que je voudrais qu’elle trouve, l’alerte que je veux lancer après qu’un appel au meurtre ait été diffusé sur Youtube contre les électeurs insoumis, mon nom ayant été cité et le mot « communiste » figurant sur l’image de départ. Il s’agit d’un site influent d’extrême droite et cette vidéo a déjà été vue 100 000 fois. C’est un site qui a été recommandé comme étant celui d’un « ami » par le journaliste Eric Zemmour. Il appelle à cet instant au meurtre.

Je vais vous en montrer un résumé en image pour vous éviter d’avoir à subir la pseudo-démonstration qui précède les actes odieux qui sont suggérés. Je vous mets en garde sur le fait que ces images sont, à leur manière, d’une extrême violence et que tous ceux qui se trouveraient dans la catégorie visée par cette vidéo pourraient, en se transposant dans le personne qui est mise en scène, en subir psychologiquement toute la violence. Mais je crois indispensable de vous montrer de quoi il s’agit. De vous montrer la netteté de la violence qui est suggérée. Voyez ces images.

Qui que vous soyez, quelle que soit votre opinion politique à mon sujet ou à celui des insoumis, je suis certain qu’aucune, aucun d’entre vous n’approuve une telle mise en scène et que, plutôt, comme nous, vous êtes soulevés de dégoût et d’effroi. Je vous demande, autant que vous le pourrez, de le faire savoir car c’est la meilleure protection dont nous puissions tous, puisque nous sommes visés indistinctement, bénéficier. Je nous place sous la protection de votre opinion.

Je mets en garde, en discernant les choses, contre la violence verbale qui nous entoure et qui peut parfois conduire à nous désigner en permanence comme des cibles. Je mets en garde contre le fait que cette vidéo est parue en fin de journée dimanche, alors même que commençait à s’orchestrer une odieuse manipulation de mes propos à propos des attentats qui ont eu lieu au cours des précédentes élections et à propos desquels je veux renouveler à cet instant, comme je l’ai fait à beaucoup d’autres reprises dans le passé et encore au mois de décembre dernier, renouveler l’expression de ma compassion pour les victimes et les familles des victimes. Bien sûr c’est un tout autre registre sur lequel se situe cet appel au meurtre. Mais je crois que, tous, nous devons faire l’effort de faire redescendre le niveau de violence verbale et en image qui règne dorénavant à l’initiative de groupes dont le danger n’est plus à signaler alors même qu’il est souvent bien méconnu.

Un article du journal Mediapart, paru le 23 mai dernier, signalait que 6 projets d’attentat attribués à l’ultra-droite avaient été déjoués depuis 2017. Le journal Le Monde, deux jours auparavant, avait cité le service central du renseignement territorial pour indiquer la même chose en précisant qu’il s’agissait d’un noyau dur de 1 000 personnes entouré d’un halo de 2 000 sympathisants tout aussi déséquilibrés. Quant à moi, j’ai déjà fait l’objet d’innombrables menaces de mort, mais surtout, d’une préparation d’un attentat qui a fort heureusement été déjoué et dont les auteurs, qui avaient d’abord mimé l’insignifiance, ont pour finir été renvoyés en correctionnels par une ordonnance de mai dernier.

La politique ne peut, la politique ne doit jamais sortir des formes particulières, qui bien sûr sont parfois celles de la polémique avec des propos qui doivent être durs. Mais il ne peut être question que nous acceptions, dans ce pays, il ne peut être question que nous acceptions, ni maintenant, ni jamais, qu’on en vienne à la menace physique, au terrorisme intellectuel qui précède toujours le terrorisme physique. Je ne peux ni ne veux vous cacher l’émotion qui m’étreint ni celle de tous mes amis, ni celle de tous ceux qui, ayant vu ces images, ont immédiatement réagi pour me faire connaître l’angoisse dans laquelle elles les plongent.

Nous avons signalé à la chaîne YouTube la présence de ces images et je m’étonne qu’elles continuent à l’heure à laquelle je vous parle, à être diffusées. J’ai signalé cet appel au meurtre au commandant de la Garde républicaine, qui veille sur nous, au Palais Bourbon, siège de l’Assemblée nationale. Nous avons signalé ces images au système Pharos, qui pour l’instant n’a pas réagi. Nous portons plainte individuellement, je le ferai, et collectivement à la faveur d’un document qui bientôt sera en ligne pour que tous ceux qui le souhaitent se joignent à nous pour que cette plainte puisse trouver toute l’amplitude qu’elle mérite.

À vous tous, en vous priant d’excuser l’émotion que je ressens à cet instant pour moi-même, les miens et ceux qui accompagnent le combat que je mène, certain que la quasi-totalité d’entre vous ne peuvent supporter l’idée d’une telle violence. Je conclus de nouveau en nous plaçant sous la protection de votre opinion. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :