L'Aube Insoumise

Les Insoumis-e-s lancent l’appel pour une fédération populaire dans le Grand-Est

Gilles Wodebo
Céline Léger

14 h 00… Un sourire de soulagement sur les visages de Gilles, maître d’oeuvre derrière le clavier, et Céline, responsable régionale du comité électoral de la France Insoumise pour le Grand-Est ! Il y a du monde en salle d’attente pour participer à la première visio régionale de la campagne… Une première dans l’histoire du mouvement dans notre région, et un beau lancement de campagne !

Le samedi 5 décembre, ce sont en effet quatre vingt insoumis-e-s qui ont participé à la réunion régionale de travail qui se donnait pour objectif de lancer un appel à fédérer les citoyens autour de causes communes pour les élections régionales et départementales, et réfléchir à la stratégie à mettre en oeuvre pour ces élections.

Avec gentillesse et humour, Caroline Fiat, députée de Meurthe-et-Moselle, a introduit la réunion, en soulignant les difficultés auxquelles étaient confrontés les habitants de la région : plans de licenciements, pollution nucléaire et chimique, inégalités croissantes entre les territoires…

Elle a bien sûr, en tant qu’aide-soignante encore au. poste pendant la crise malgré son activité de député, insisté sur les difficultés du secteur de la santé, en particulier dans le cadre hospitalier.

Elle a enfin, sans en minimiser les difficultés, inciter les camarades militantes à se présenter aux élections, à se sentir “légitimes” malgré le discours machiste encore trop répandu.

Caroline Fiat

La suite : un long temps d’échanges en petits groupes sur la proposition d’appel qui avait été rédigée par le comité de pilotage régional. Tous les départements de la Région étaient présents et nombreux ont été les amendements, et les ajouts : le handicap, le sport, les EHPAD, la gentrification des quartiers, les universités et la recherche.

Le matin en manif à Toulouse
L'après-midi en visio dans le Grand-Est
Bravo et merci camarade !

 Manuel Bompard, député européen de la France Insoumise, faisait une rapide présentation du contexte de ces élections : crise sanitaire et refus du gouvernement de prendre en compte nos propositions alternatives, crise sociale aigüe et nécessité de développer les initiatives de solidarité, et enfin recul des libertés et la mobilisation indispensable à organiser contre ces atteintes. Il a proposé de contribuer à une carte alternative des luttes dans notre région, et proposé de venir les soutenir (Amazon, Cigeo, Stocamine).Il a enfin expliqué les difficultés budgétaires auxquelles le mouvement serait confronté à financer en même temps élections régionales et présidentielle.

Pendant ce temps, les animateurs des groupes de travail ont intégré les nombreux amendements et propositions faites dans les groupes de travail pour proposer à validation une version amendée du texte initial de projet. Beaucoup d’ajouts, montrant le champ très vaste d’implication et de participation aux luttes des Insoumis… Se dégage une tendance très forte à vouloir pointer la responsabilité structurelle du mode de production capitaliste, et du modèle libéral, dans l’apparition des crises auxquelles nous sommes actuellement confrontés.

Quelques amendements ! 😀
Merci les camarades...

Lors d’un temps d’échange en plénière, deux camarades ont présenté la stratégie de campagne qu’essaie de mettre en place la comité de pilotage dans le Grand-Est, en travaillant à l’émergence de candidat-e-s et de chef-fe-s de file. Un temps de questions-réponses a permis d’aborder la question des alliances et des modalités concrètes de campagne. Une préoccupation spécifique à la région : comment se positionner par rapport à la Communauté Européenne d’Alsace, premier balbutiement vers les grandes régions européennes auxquelles nous sommes opposés.

Amendement qui fait l’unanimité, les Insoumis valident l’appel en le concluant par cet appel qui nous guide depuis la Résistance :

” Que reviennent les jours heureux !”

A moins que le mot de la fin revienne à Caroline, qui commentait le visuel de campagne lors d’une réunion préparatoire, par ces mots : “Le Grand-Est, c’est le soleil et la mer !”

Mais ce qu’ont surtout prouvé les militant-e-s insoumis-e-s ce samedi, c’est leur capacité à s’emparer d’un moment électoral comme moment constituant d’un processus de révolution citoyenne. Bravo et merci à eux !

1 réponse

  1. 19 décembre 2020

    […] Les Insoumis-e-s lancent l’appel pour une fédération populaire dans le Grand-Est […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :