L'Aube Insoumise

Les samedis se suivent… et se ressemblent !

Les musiques de la vidéo

Soolking feat. Ouled El Bahdja – Liberté

Gavroche – Le combat continue!

Au fil de la manif...

Merci à Alain pour les rushes, les photos et les commentaires !

Les samedis se suivent et toujours 15h une belle mobilisation à Troyes.
Allez pour être tout à fait honnête, un peu moins nombreux que la fois précédente …
Mais au moins autant qu’il y a deux semaines, soit à vue de nez de 900 à 1000.
Le décompte des bouchons pas encore finalisé, avoisinait les 900 !
Depuis la queue du cortège, on voit du monde jusqu’en haut de la rue Milo !
C’est ainsi que les Troyens nomment affectueusement la rue Émile Zola.
Encore une fois on retrouve cette ambiance bon enfant.
Avec des familles, des couples, des jeunes, des soignants…
Pas de signe de radicalisation, toujours pas d’agressivité : ça fait d’ailleurs partie des consignes des organisateurs de réinfocovid : pas de provocation, pas d’invective.
Toujours ce mot clé de bienveillance.
 
En groupe en ligue, en procession, ils sont de ceux qui manifestent !
Au fils des semaines, ça fait un mois qu’ils se retrouvent dans la rue.
Mais pourquoi donc ? C’est plié non ? Est-ce donc l’entêtement des anti-vacc ?
Quelle force peut bien pousser ces gens à sortir en nombre un samedi en plein été ?
L’égoïsme et le défaitisme,  prétendent nos détracteurs !
Il suffit de les voir pour comprendre qu’il faut une grosse dose de mauvaise foi pour qualifier d’égoïsme l’idée d’aller marcher deux heures sous un soleil de plomb.
Et du défaitisme que nenni, ils sont remontés à bloc !
Ils proposent à l’envie, leur bonne humeur, chaleur humaine, inventivité.
La solidarité, la résistance, la résilience, les soins naturels, les médecines douces.
Les liens, les échanges non monétaire, on parle d’une monnaie alternative ?
Oui oui, c’est pas la remise en cause du capitalisme de façon frontale.
Non c’est plutôt l’école buissonnière et les chemins de traverses.
 
Et pour autant …
Pas si naïf, il existe aussi l’expression de la nécessité du rapport de force.
Dans les discussions entendues que font les syndicats, ils sont où ?
Ou encore les routiers vont-ils s’y mettre ?
 
Et les motards dommage : bien tenté le coup du Contrôle Technique
Cette expression, il faut aussi la chercher aussi par exemple dans cette banderole à deux faces qui en dit toute l’aporie.Un appel à l’armée : rien que ça ! ça va encore polémiquer chez les anti-populiste qui craignent la montée de l’extrême droite…
A la première lecture tout de même ça dérange un peu …
Mais si on analyse qu’est-ce qu’un appel pacifique à l’armée ?!
Est-ce juste pour euphémiser ? C’est tout de même un bel oxymore !
Alors quel sens ça peut avoir de placer ce mot pacifique ? Pensons l’armée en ce qu’elle est toujours le recours des révolutions. Soit par son action, soit par son inaction. Ultime institution détentrice de la violence légitime lorsque les institutions de la république sont en faillite. Pensons la comme ce qu’elle devrait être : une garde nationale.
Souvenons nous de la révolution de œillets. Cette banderole je ne la lis pas au premier degré : c’est un appel à l’imaginaire des possibles.

Cela se confirme par le verso qui porte comme un credo : “Résistance – Liberté – Ayez la foi”

Et puis arrivé sur la Place Jean Jaurès.
Nous rechantons tous ensemble cette fois le chant des partisans, en effet les organisateurs avez à cœur de faire participer tout le monde.
Donc un drap était déroulé-enroulé au fur et à mesure du chant avec les paroles qui défilaient.
Astucieux, participatif, inclusif et quel hommage à l’esprit de la résistance.
Modèle du rapport de force inégal, inégalitaire s’il en est et pourtant qui finira par gagner à la fin.
A la différence des Gilets Jaunes qui furent pris dans une urgence et qui, assez vite, ont commencé à faire des propositions d’ordre politique :
Macron démission !, dans le mouvement des anti-pass pas de revendication franche autre que “Manu ton pass on en veut pas !!!”.
Oui mais voilà, le “passe” on en veut pas mais ton monde de contrôle et de contrainte, non plus.
Où on retrouve si l’on s’en souvient des accents de Nuit Debout …
Et la violence non plus, on en veut pas ! On veut la paix.
Car violence = répression = mort du mouvement populaire.
C’est un autre enseignement des Gilets Jaunes.
 
Donc aujourd’hui c’est Macron qui est pris dans l’urgence alors que ce peuple qui se lève, il a le temps. Et il va le prendre, c’est pour ça qu’ils ne vont pas s’arrêter de défiler et de défier tranquillement.
Ce mouvement est la preuve qu’autre chose est possible : qu’il y a une alternative.
Que l’imprévu peut advenir, que la fin de l’histoire c’est pas écrit.
C’est aussi la preuve que la liberté de conscience, qui fut vecteur d’un libéralisme émancipateur, ne s’arrête pas à l’individualisme atomisé, hors de toute société.
 
Et puis rien que de se retrouver met du baume au cœur à tout ceux qui justement ne veulent plus être isolés, confinés, QR codés etc. Ils le savent désormais, ils ne sont pas seuls, ils en font l’expérience sensible semaine après semaine et ainsi toute une éducation populaire se fait.
Et voilà !  Des phénomènes se produisent qui font plaisir à voir.
Place du marché : prise de parole des organisateurs, il est discuté de la question du parcours. Évènement, avènement du début d’une assemblée citoyenne. 😊
Pourquoi tourner toujours en rond comme des c.., toujours le même parcours ?
Que va t’on faire, va-t-on trouver un compromis ?
Aller devant l’hôpital ? plus symbolique mais moins de visibilité.
Se retrouver devant le Cube, à coté de la Police mais ce n’est plus en centre-ville.
Que vont-ils dire, s’ils ne nous voient plus en ville, ça y est, c’est fini ?
Garder la place de la Préfecture comme départ ?
Démocratie directe : par acclamations la chose est tranchée : ce sera la visibilité qui primera la semaine prochaine encore rendez-vous à la Préfecture. Dés 13h même, pour un pique-nique.
Ce Peuple n’abandonne pas La Place : La Place au Peuple.
De retour vers 17h place de Préfecture donc la boucle est bouclé.
Les familles se rafraichissent un peu, la manif prend un instant, le temps de souffler et quelques pas de danse sur l’air de HK : Danser encore : un hymne.
Puis ils faut se séparer, non sans avoir annoncé un agenda qui s’étoffe :
Conférence, la santé par les plantes ; la nutrition pour lutter contre les maladies.
Conférence, économie alternative et monnaie ; maraichage et permaculture.

ON SE DONNE RENDEZ-VOUS
SAMEDI PROCHAIN

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :