L'Aube Insoumise

Mikis, la lutte au-delà de la mort !

Mikis Theodorakis est mort ce 2 septembre 2021.

Au delà des grandes phrases, c’est le peuple en lutte qui aura rendu le plus bel hommage qui soit à Mikis Theodorakis…

Solidarité

Le 3 septembre, c’est au son du Cantique des cantiques que la poupée Amal entrait dans Athènes.

Petite Amal, c’est une petite fille qui fait un GRAND voyage ! Du haut de ses 3,5 mètres, ‘Petite Amal’ n’est pas si petite que ça !

C’est en effet la marionnette géante d’une jeune réfugiée syrienne au cœur de La Marche qui entame un voyage de 8 000 km pour soutenir les réfugiés. Elle va traverser la Turquie, la Grèce, l’Italie, la France, la Suisse, l’Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni à pied pour mettre en lumière le sort des jeunes réfugiés dans le monde.

En savoir plus sur ce projet

Le chant repris par les participants est une des quatre aria qui compose La légende de Mathausen. Elle s’intitule Cantique des cantiques, et exprime l’angoisse d’un prisonnier juif en apprenant que la femme qu’il aime vient d’être emmenée dans la chambre à gaz

Comme elle est belle, ma bien-aimée
avec son habit de tous les jours
et son petit peigne dans les cheveux.
Personne ne savait qu’elle est si belle.

Jeunes filles d’Auschwitz
Jeunes filles de Dachau
n’avez-vous pas vu ma bien-aimée ?

Nous l’avons vue lors d’un lointain voyage
Elle ne portait plus son habit
ni son petit peigne dans les cheveux.

Comme est belle, ma bien-aimée
Choyée par sa mère
et par les baisers de son frère.
Personne ne savait qu’elle est si belle.

Jeunes filles de Mauthausen
Jeunes filles de Belsen,
n’avez-vous pas vu ma bien-aimée ?

Nous l’avons aperçue sur une place gelée
avec un chiffre dans sa main blanche
avec une étoile jaune sur le coeur

Comme est belle, ma bien-aimée
Choyée par sa mère
et par les baisers de son frère.
Personne ne savait qu’elle est si belle.

(En vidéo, un extrait de la chanson, par Maria Farantouri sous la direction de Mikis Theodorakis, en 1966, quelques mois avant la tempête….)

Résistance

Car Mikis, c’est aussi un symbole de la résistance à l’oppression et au fascisme… Engagé auprès des communistes lors de la guerre civile, il subit les camps de déportation… Sort que lui réservera aussi la dictature des colonels en 1967… Tenace, il ne cédera pas, jusqu’à aller manifester contre les politiques d’austérité de la troïka européenne avec le résistant de toujours, Manolis Glezos, en février 2012 : une fois encore, il sera victime de la répression et gazé par la police aux ordres du capital !.

La ténacité de la résistance, il l’évoque bien dans ce poème que Yannis Ritsos, emprisonné au camp de Léros par la dictature, écrit en 1967 : Bavardage avec une fleur et qu’il met en musique dans le cycle des Chansons de la patrie amère.

Lire la vidéo

Cyclamen, mon cyclamen, dans la fissure du rocher,
où as-tu trouvé couleurs pour fleurir, tige pour balancer ?
Dans le rocher, le sang goutte à goutte j’ai amassé,
tissé un mouchoir carmin et à présent je cueille le soleil.

Espoir

Le message de Mikis, c’est celui de l’espérance dans la lutte, dans le combat pour l’émancipation de l’humanité. Il a ainsi mis en musique le Canto General de Pablo Neruda, engagé pour la démocratie et la défense des libertés. Il s’y mêle les thèmes de l’oppression, de la révolte, des espoirs et des utopies, et c’est devenu un hymne aux nations opprimées. 

Plus tôt, en 1970, aux heures les plus sombres de la dictature, c’est les vers d’Angelos Sikelianos dont Mikis Theodorakis faisait, depuis l’exil,  l’hymne des combats du peuple grec et de l’humanité toute entière.

Ci-dessous en vidéos, sur des images de lutte du peuple grec !

En avant, aidez à élever le soleil au-dessus de la Grèce;
En avant, aidez à élever le soleil au-dessus du monde !
Car, regardez, sa roue s’est enlisée, profond dans la boue,
Et, regardez, son axe s’est enfoncé, profond dans le sang !
En avant, les gars, le soleil ne peut monter tout seul ;
Poussez du genou et de l’épaule, pour le tirer de la boue,
Poussez de l’épaule et du genou pour le tirer du sang.
Regardez, nous reposons sur lui, nous, ses frères de sang !
En avant, frères, son feu nous a cernés
En avant, en avant, sa flamme nous a enveloppés, mes frères !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :