L'Aube Insoumise

Ruffin : “Y a pas que le périnée qui craque”

Vidéo de l’Est-éclair 24/09/2021

Les sages-femmes étaient de nouveau appelées à la grève ce week-end, après une mobilisation réussie et massive fin septembre. Sous le slogan emblématique de “cigognes, pas pigeonnes”, c’est encore une fois une lutte pour le bien commun, associant les revendications légitimes en termes de rémunération et de conditions de travail et la préoccupation d’un service de santé au plus près des besoins de la population.

La France Insoumise ne pouvait que soutenir ses mobilisations.

La question écrite de Bénédicte Taurine

Mme Bénédicte Taurine interroge M. le ministre des solidarités et de la santé sur l’absence de prise en compte des alertes sur le statut et la rémunération des sages-femmes exprimées dans le dernier rapport de l’Inspection générale des affaires sociales.

En effet, le 15 juillet 2021, à la demande du ministre des solidarités et de la santé et du secrétaire d’État chargé de l’enfance et des familles, un rapport sur « L’évolution de la profession de sage-femme » a été remis par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Trente recommandations sont ainsi faites afin d’apporter des réponses au « malaise profond très clairement exprimé par les sages-femmes ».

Du point de vue des collectifs regroupant la profession, le statut des sages-femmes est dans un « entre deux » qui fragilise la profession et qu’il reste donc à clarifier. Elles appartiennent aux professions médicales mais leurs compétences définies les rapprochent des professions paramédicales. En écho, le rapport recommande également un statut « sur-mesure » face à la « dégradation préoccupante de l’attractivité des postes hospitaliers ». Les inspecteurs des affaires sociales proposent de leur octroyer « un statut d’agent public spécifique », arguant que « seul ce sur-mesure statutaire permettrait une réponse complète et adaptée ».

Or le jeudi 16 septembre 2021, M. Olivier Véran a fait le choix de ne répondre ni aux demandes des collectifs de sages-femmes ni aux recommandations de l’IGAS et de « conforter leur statut médical au sein de la fonction publique hospitalière ». Par ailleurs, le rapport de l’IGAS souligne bien que les niveaux de rémunération des sages-femmes sont inadaptés à leurs responsabilités. Mais sur cette préoccupation, le ministre de la santé n’aura là encore pas apporté de solutions significatives. Certes, elles ont bénéficié de la revalorisation du Ségur de la santé portée à 183 euros et le ministère a notamment annoncé une hausse des salaires d’environ 100 euros brut par mois pour les sages-femmes en milieu hospitalier à partir de janvier 2022 et une prime de 100 euros net. Mais cela signifie qu’elles ne gagneront toujours pas plus de 1 700 euros en début de carrière. Ce salaire reste sans rapport avec les responsabilités qu’elles assument et leur diplôme à bac + 5.

Le cas des sages-femmes est typique des métiers féminisés à fortes compétences mais pourtant sous-rémunérés. Pour quelles raisons le ministère n’a-t-il pas accédé aux recommandations de l’IGAS s’agissant d’un changement de statut ? Pour quelles raisons cette profession médicale reste-t-elle sous-payée par rapport aux compétences et aux niveaux d’études exigés ? Par ces manques de considérations pour les sages-femmes, le signal également envoyé par le ministère est la relégation de la périnatalité et de la santé des femmes au second plan. Elle souhaite connaître son avis sur le sujet.

L’intervention de François Ruffin

Au-delà du malaise actuel, les causes profondes : la remise en cause d’un savoir ancestral par un pouvoir médical machiste, déshumanisé et préoccupé de rentabilité…

“La crise des sages-femmes, Madame la ministre, les manifestations, les démissions, en voilà la cause, la cause essentielle : le sentiment, la conviction, de mal faire leur travail. Le fossé entre le désir des femmes, le désir des sages-femmes, que l’accouchement soit un moment à part et non un processus automatisé, et finalement, déshumanisé. Alors si vous placez l’argent avant le temps, si vous traitez le porte-monnaie mais pas les cœurs, si vous ne relevez pas, en salle d’accouchement, les taux d’encadrement, si vous ne permettez pas plus de lien, plus de soin, alors, vous n’aurez rien résolu. Et les sages-femmes continueront de craquer, plus que le périnée.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

aubeinsoumise@gmail.com
%d blogueurs aiment cette page :